Nous souvenir des pauvres

Nous souvenir des pauvres

Chacun a son idée sur le pourquoi une église est en bonne santé :
- "A cause des ministères !"
- "A cause des dons spirituels, des guérisons et des miracles !"
- "Parce qu'ils persévéraient dans la prière !"
Etc...

Toutes ces choses sont bonnes, utiles pour aujourd'hui. Elles sont des critères de bonne santé d'une église en développement. Néanmoins elles ne sont pas les uniques raisons. Le danger consiste à ne parler que de "puissance, puissance, puissance" ou "prières, prières, prières" au détriment d'autres vérités.
Ici il nous est aussi parlé de grâce reposant sur l'église lorsque celle-ci s'occupe des indigents. La prière et les dons spirituels ne remplacent pas la solidarité avec des actions concrètes :

Jac 2:16 et que l'un d'entre vous leur dise, Allez en paix, chauffez-vous et rassasiez-vous! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il?
1Jean 3:17 Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure -t-il en lui?
1Jean 3:18 Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.

Le constat de cette église c'est qu'il n'y avait au milieu d'elle aucun indigent ou pauvre. Ils faisaient ce qui était en leur pouvoir pour éradiquer ce problème. Cela ne veut pas dire que les apôtres encourageaient l'assistanat mais chacun peut connaître des temps difficiles et avoir besoin des autres :

1 Thes 4: 10 Mais nous vous exhortons...
11 et à mettre votre honneur à vivre tranquilles, à vous occuper de vos propres affaires, et à travailler de vos mains, comme nous vous l'avons recommandé,
12 en sorte que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux du dehors, et que vous n'ayez besoin de personne.

Si seulement "aucun indigent parmi nous" pouvait être le mot d'ordre de chaque assemblée beaucoup de choses changeraient ! Car le soutien doit commencer par les frères en la foi :

Ga 6:10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.
1Ti 5:8 Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle.


Une des exhortations que Paul a reçu des colonnes de Jérusalem (Jacques, Pierre et Jean) n'était pas "comment libérer plus de puissance en vous" ou "les 7 clés pour être un leader respecté" mais seulement :

Ga 2:10 Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j'ai eu bien soin de faire.

Qu'auriez-vous attendu, vous, qu'ils vous disent ?

Il y a plusieurs choses qu'il faut aussi dire quand on désire donner, quand on désire que les autres donnent et quand on désire recevoir.

Premièrement il est dit ici que ceux qui possédaient des champs et des maisons les vendaient. Cela ne signifie pas que les gens vendaient leur maison ou leur champ pour ainsi se retrouvaient sans toit ni revenu mais il est question ici de gens qui possédaient plusieurs champs et plusieurs maisons !

Le principe reste toujours le même : on ne déshabille pas l'un pour habiller l'autre :

2Co 8:13 Car il s'agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d'égalité, dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins,

Ce passage nous parle du superflu c'est à dire de ce que Dieu nous donne en plus des revenus nécessaires aux soins de notre famille (1Tim 5:8). Le superflu suffit souvent largement au soutien des autres.

Eph 4:28 Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

C'est pourquoi Dieu nous donne un travail et des revenus aussi dans le but d'aider les autres ...

Il peut arriver parfois de faire un effort supplémentaire mais c'est toujours selon une résolution avec joie et simplicité de coeur :

2 Cor 8:3 Ils ont, je l'atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au-delà de leurs moyens,
2Co 9:7 Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.

Il nous faudra donc conclure sur ce thème en disant que si l'argent était déposé aux pieds des apôtres c'était pour en faire ensuite la distribution aux nécessiteux. Ils étaient soutenus financièrement mais n'étaient pas les uniques bénéficiaires de ces dons d'argent.

Il faut aussi dire que donner engendre de grandes bénédictions.

2Co 9:10 Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.

Mais ces dernières nous seront surtout rendues à la résurrection :

Mt 10:42 Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense.


C'est pourquoi on peut vivre la solidarité dans l'église et connaître quand même des moments de disette afin que d'autres puissent à leur tour nous aider et ainsi mettre un trésor de côté dans le ciel. Car il est faux de dire que systématiquement si nous donnons nous deviendrons riches ou que nous ne connaîtrons jamais de difficultés : l'église de Jérusalem que nous citons en référence a connu des temps difficiles de famine malgré tout ce que les chrétiens avaient fait.

Ac 11:28 L'un d'eux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l'Esprit qu'il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude. Les disciples résolurent d'envoyer, chacun selon ses moyens, un secours aux frères qui habitaient la Judée.
Rom 15:26 Car la Macédoine et l'Achaïe ont bien voulu s'imposer une contribution en faveur des pauvres parmi les saints de Jérusalem.


Enfin la distribution n'était pas aveugle. Les diacres dans Actes 6 étaient élus du milieu du peuple. Ils étaient censés connaître les gens et leurs besoins. On donnait selon le besoin de chaque cas.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire