"On ne voit bien qu'avec le coeur"

Au feu rouge nous regardons ce jeune homme  bronzé, lunettes de soleil, en BMW décapotable, musique techno et en l'espace d'un éclair nous avons posé un jugement sur lui peut-être pensons-nous "quel frimeur il veux en mettre plein de vue"…

A la caisse du supermarché nous suivons cette jeune femme mal arrangée, au langage vulgaire et nous la jugeons avec mépris.

Puis nous suivons cette petite dame aux vêtements usés, mal coiffée, qui courbe le dos sous la poids de ses sacs un peu trop lourds et nous avons déjà une opinion "pauvre femme !"

Plus loin nous croisons cette femme élégante, bijoux en or, manteau de fourrure, et nous pensons " quelle bourgeoise, qui se plaît à faire  étalage de ses richesses " .

Mais nous ne savons pas si la " pauvre femme " n'est pas en fait une personne qui cache des billets sous son matelas, si la "bourgeoise" n'est pas une personne qui consacre beaucoup de temps à visiter les malades et qui donne beaucoup pour les œuvres humanitaires, si " la jeune femme vulgaire " n'a pas été une enfant battue et négligée,  si le " jeune frimeur " n'est pas engagé dans une association qui fait de l'aide aux devoirs dans les quartiers défavorisés.

Allez ne nous en défendons pas : nous avons tendance à très vite mettre une étiquette sur les personnes que nous rencontrons et parfois que nous côtoyons régulièrement. Nous enfermons celui ou celle qui ne correspond pas à nos normes,  dans une de nos petites cases construites sur nos préjugés, nos à–priori.

Si nous réagissons ainsi c'est bien souvent par insécurité : l'autre différent de nous, nous dérange, nous fait peur, nous déstabilise. Mais en enfermant l'autre prenons conscience que nous nous enfermons nous-même et nous privons de la richesse de la différence. De plus nous désobéissons à Dieu qui nous dit " ne jugez pas selon les apparences "

Mon fils a été un de mes enseignants en la matière ! Par ses choix de ' looks ' qui ne me plaisaient guère, qui d'emblée me faisaient réagir par peur du regard des autres, il m'a poussée à la réflexion. Est-ce que j'allais choisir de rester enfermée dans ma conception rigide ou  de croire que derrière l'apparence il y a une personne à découvrir ? Quel apprentissage ! Allais-je y parvenir toute seule ?

Il est écrit en 1 Samuel 16 : 7 : " l'homme ne voit que ce qui frappe les yeux mais l'Eternel regarde au cœur ".  Dieu a un regard différent du nôtre sur les personnes qui nous entourent. Alors je veux avoir ce regard ! Je veux être de ceux qui ne s'arrêtent pas à ce qui est visible mais  qui voient avec le cœur. Cela nous rappelle la phrase célèbre de Saint Exupéry  " on ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux ". Bien sûr c'est marcher à contre-courant dans notre société du " Paraître ". Les magazines, les spots publicitaires, les reportages sur les stars nous éduquent à juger sur les apparences !

" Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel mais laissez vous transformer par le renouvellement de votre pensée " Rom 12:2. Cultiver ma relation au Christ, le laisser habiter pleinement en moi, me laisser transformer par le Saint Esprit : voilà le chemin que je veux suivre.

Prière: Seigneur je te demande pardon de si souvent juger les gens sur leur apparence, je désire avoir ton regard sur les personnes qui m'entourent, les voir avec ton amour.


en partenariat avec : www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires
  • Marie-anne Berne Il y a 5 années, 4 mois

    C'est vrai nous avons tendance à un jugement superficiel, demandons à Notre-Seigneur de ne pas juger mais de VOIR avec le coeur!!!!
  • RAOERA Il y a 10 années, 7 mois

    Bonjour à tous, Merci Evelyne d'avoir bine voulu partagé tes expériences. C'est du bien vu. C'est la nature humaine que de juger, qui que nous soyons, chrétien ou non. C'est inné en nous, tout come l'égoïsme et autre. POur nous Chrétien c'est un péché alors efforçons nous de vaincre ce mal ou plutôt ces maux. Comabttons les par des prières par des lectures permanentes des Siantes Ecritures. O notre Dieu des miséricordes, notre Père en Jésus Christ, pardonnez nous pour tous ces maux.Intervenez en nous par l'Esprit Saint afin que nous allions dans le chemin que Tu veux que nous suivions, tel ne pas juger pour ne pas être jugé. Nous concevons que c'est dur mais rien ne t'est impossible Mon Dieu. Au nom de Jésus, merci. Amen
  • Patricia Il y a 12 années, 3 mois

    C'est vrai que nous avons la facilité de juger trop vite. Merci parce que le texte me fait réfléchir personnelement aussi.
  • Afficher tous les 6 commentaires