Otage, Esclave, Liberté…

Otage, Esclave, Liberté…

Les médias nous divulguent quotidiennement le cas de personnes prises en otage. Quelle tristesse pour elles et leurs familles. La liberté n’est pas encore gagnée sur terre, ni en France d’ailleurs !
Qu’en est-il dans le monde des croyants ? Les guerres de religions ont-elles cessé ? Le chrétien est-il libre ?

Ainsi tu n`es plus esclave, mais fils. Et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. Galates 4/7

Otage, Esclave, quelle similitude dans ces mots ! L’un et l’autre sont entravés dans leur liberté.

« Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres » Jean 8/36

-Libre, Racheté,  Affranchi ! –

Effectivement la (vraie) liberté (chrétienne) réhabilite l’esclave et déjoue la prise d’Otage

« Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira »
Jean 8/32

Mais qu’est-ce qu’être esclave ou otage ?

* L’esclave n'est pas de condition libre et se trouve sous la dépendance absolue ou partielle, le pouvoir d'un maître dont il devient la propriété.
- Nous n’ouvrirons pas en ces lignes le grand débat de l’esclavagisme de l’humain par l’humain, mais sachons que même dans nos pays ‘dit civilisés’ la pratique de l'asservissement a encore cours. Un être seul, (ou une communauté) faible et désemparé est une proie facile pour les exploiteurs de tout acabit. ‘‘Libre est synonyme de disponible mais disponibilité peut être antonyme de liberté !’’- (exploitation du malheur)
« L'homme isolé est un homme vaincu, pour avoir voulu être tout à fait libre, il est tout à fait esclave. » Emile-Auguste Chartier
« Ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui » 2 Pierre 2/19

Mais être dans un état de dépendance totale vis-à-vis de quelqu'un ou d’un Etat ne supprime pas obligatoirement la liberté civique. On peut, tout en étant libre, ne pas disposer librement de soi. L’esclave qui se soumet entièrement à la volonté de quelqu'un peut le faire par intérêt, par passion. Ainsi les passions, les instincts, les contraintes sociales ou les (non) valeurs morales peuvent entraver la volonté personnelle, la liberté de jugement ou d'action.
« Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs »
Galates 5/24

Malheureusement cet esclavagisme est parfois volontaire ou passionné. (Addiction)
« L`insensé met en dehors toute sa passion, Mais le sage la contient » Les Proverbes 29/11

* Un otage est une personne, une entité qui est tenue par un ravisseur. On s'en est emparé et il est utilisé comme moyen de pression en garantie d'un accord, d’un chantage dans le but d'obliger l'autre partie à faire ou ne pas faire. Servir d'otage.
L’otage est privé de liberté. C’est une victime. L’Otage n’est pas responsable de son rapt mais sa sûreté est réellement sujette à caution.
« L’expérience prouve qu’il est beaucoup plus facile de prendre des otages que de les relâcher » André Frossard 
La prise d’otage est soudaine et résulte d’un enjeu qui divise deux antagonistes et l’Otage en est la monnaie d’échange ou de vengeance.
« Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous-mêmes dans un corps » Hébreux 13/3

Mais pourquoi donc établir un lien entre le chrétien d’aujourd’hui et l’esclavage qui semble d’hier ?
Le chrétien est-il, ou peut-il, être Esclave sans dépendance physique ou devenir Otage  sans enlèvement ?

Nous réunirons ces deux mots, à la connotation si proche, esclave/otage à une seule négativité. Et en relèverons le sens profond de dépendance, asservissement, joug, soumission, servitude, assujettissement… captivité.

Si nous chrétiens avons fait nôtre : « Vous avez été rachetés à un grand prix, ne devenez pas esclaves des hommes » 1 Corinthiens 7/23, il n’en reste pas moins vrai que le fil est ténu quant à devenir esclave, non pas des ‘hommes’ mais de ce qu’ils nous offrent !
Le ‘Moi’, aussi, est un preneur d’Otage redoutable capable, à notre insu, de nous dissoudre dans cette drogue douce du "moi-même". Analgésique puissant, qui s’insinue parfois lentement mais toujours avec effet dévastateur.

Nous pouvons concevoir que le risque de devenir " Esclave ou Otage"  concerne chacun
.

Un exemple :
* Qui donc est insensible au jugement porté par son prochain… malgré Esaïe 40/ 23 ?
« C`est Lui qui réduit les princes au néant, Et qui fait des juges de la terre une vanité ».
Nous pouvons tomber insidieusement otage du jugement d’un proche, être irrité, blessé jusque dans notre comportement.
« Ne deviens pas esclave du jugement des hommes, sinon tu périras comme les gladiateurs de Rome. » Daniel Desbiens
Offensés par une remarque, un comportement, nous glisserons doucement vers Jean 7/24 :
« Ne jugez pas selon l`apparence » sans tenir compte de la fin du verset : « mais jugez selon la justice. »
La bonne recette "anti- otage" / "anti- esclave"du jugement d’autrui ne serait-elle pas :
« Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés » Romains 14/13
« Ne nous jugeons donc plus les uns les autres » 1 Corinthiens 11/31
« Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous » Luc 6/37

* Mais ne nous limitons pas au seul exemple du jugement…
Les pièges anodins sont légions. Sans voir l’esclavage pur et dur sachons que : L’incompréhension, l’ignorance, l’inexpérience, la maladresse, la naïveté, la crédulité, la critique, la franchise, la suffisance, en sont aussi le froment..
Nous ne sommes pas de ce monde mais nous vivons dans ce monde. Dès notre plus jeune enfance nous sommes façonnés par nos Parents (nos Nounous), l’enfant est enseigné tout au long de sa vie scolaire, l’adulte se construit de son environnement…Le vieillard de sa solitude…(parfois ! - souvent ?) Sommes-nous sujet à la prise d’otage ? Sommes-nous Otages de nos pensées  ? !
Le grand débat de l’inné et de l’acquis n’y fera rien. Nous sommes les otages et parfois les esclaves de ce que nous vivons, de ce que nous regardons, de ce que nous lisons, de ce que nous entendons et par conséquence de ce que nous faisons et pensons !
Nous sommes tous sous influence. Reste à savoir sous laquelle !

Notre liberté est-elle Otage de notre esprit ?
« Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être »" Johann Wolfgang von Goethe.
Cicéron a dit : « Nous sommes esclaves des lois pour pouvoir être libres. »

Esclave, Libre !

La vraie liberté est d’être Esclave…en Christ.
« Car l`esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l`homme libre qui a été appelé, est un esclave de Christ ». 1 Corinthiens 7/22

De ce fait devons- nous nous rappeler :
« Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l`égard de la justice » Romains 6:/20
« Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » Romains 6/18
«  Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » Luc 20:25

« Car c`est la volonté de Dieu qu`en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés, étant libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu. Honorez tout le monde; Aimer les frères; craignez Dieu » 1 Pierre -2/15à17

« Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif, et son futur est toujours conditionnel » Jean Cocteau

« Parlez et agissez (regardez) comme devant être jugés par une loi de liberté » Jacques 2/12

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • ronath Il y a 8 années, 5 mois

    Merci pour cet enseignement très très riche. Je suis heureux que je sois l'esclave de Jésus-Christ, car je vis pour Lui est toute ma vie est à Lui. J'aime beaucoup ça. Merci beaucoup Lerdami pour votre intelligente analyse, que Dieu vous bénisse!
  • Eveline Simonnet Bénévole du Top Il y a 8 années, 5 mois

    Merci pour cette très fine analyse. Nous avons passé, nous passons ou nous passerons tous par tous ces stades d'otage-esclave. L'important c'est de ne pas rester bloqués dans l'un de ces stades et de les dépasser tous. Lorsque nous sommes appelés à être "l'esclave de Christ", prenons garde de ne pas le vivre par habitude ou par devoir, mais par AMOUR, car c'est ainsi qu'une "fusion", qu'une unité se fait permettant d'ÊTRE et de se sentir en LIBERTÉ..