Persévérer : ça s'apprend

Persévérer : ça s'apprend
En tant que parents nous nous plaignons souvent du manque de persévérance des enfants.

Oui, et les remarques des profs sur le manque d’assiduité de notre chère tête blonde, les jeux ou bricolages commencés dans le salon et laissés inachevés nous montrent que la persévérance n’est pas une chose innée. Pourtant la persévérance est une qualité qui fera passer l’enfant du risque à une perspective de vie positive.


N’est ce pas un peu chez nous parents qu’il faut en chercher l’origine ?

C’est une bonne question. Sommes-nous en tant que parents une génération persévérante ?
Eh bien force est de constater que non.
Nous donnons à nos enfants l’image d’une génération qui divorce facilement : nous ne persévérons donc pas dans le mariage ; une génération qui souvent ne persévère pas dans le travail : quand mon patron me fait une remarque je suis tenté de chercher ailleurs ou en tout cas je râle à la maison ; une génération qui ne persévère tous simplement pas dans l’affrontement de la vie, preuve en est le nombre de suicides.


Mais là nous sommes dans des exemples de société. La famille ne contrebalance-t-elle pas cette vision pessimiste ?

Elle le devrait, mais combien de fois sommes nous tenté de rater le culte, de laisser tomber l’entrainement, de remettre au lendemain, de baisser les bras face à un comportement que nous n’acceptons pas.


L’influence des parents est-elle donc si grande ?


Elle est primordiale. Les psychologues ont montré que baisser les bras et se croire incapable de quoi que ce soit est une chose qui s’apprend facilement mais ne se désapprend que difficilement. Autrement dit nos enfants peuvent apprendre l’incompétence, le défaitisme et la désillusion.


Ce n’est pourtant pas ce que nous souhaitons pour eux, alors que pouvons- nous faire ?


Le seul conseil à retenir est soyez persévérant vous-même. C’est le seul moyen de leur donner le goût de l’effort. La question est : savez-vous pourquoi vous devez persévérer ? Relisez Romains 5 : 3-4 « … L’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. »
SI vous avez cela en tête pour votre propre vie, alors vos enfants pourront gagner leurs épreuves et avoir de l’espoir.


Je vais vous donner 4 pistes :

1.Reconnaitre avec eux que le monde dans lequel ils vivent est difficile et ne pas minimiser leurs difficultés sociales, scolaires, sportives, émotionnelles…
2.Les aider à interpréter ce monde comme une épreuve à remporter pour gagner en espérance et voir s’ouvrir de nouvelles portes, tout en gardant et proposant des défis à leur mesure.
3.Les encourager et discuter avec eux des meilleures manières de faire ou des choses à mettre en œuvre pour réussir après un échec.
4.Valoriser l’endurance et la réussite après avoir persévéré plutôt que de mettre en avant l’échec, le fatalisme ou d'accepter l’abandon.

Bonne semaine

www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

9 commentaires