Portes ouvertes et adversaires

Portes ouvertes et adversaires

1 Cor 16:8-9 Je resterai néanmoins à Ephèse jusqu'à la Pentecôte; car une porte grande et d'un accès efficace m'est ouverte, et les adversaires sont nombreux.

Introduction

Les portes des nations ne sont pas toujours ouvertes, mais quand elles le sont cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’adversaires.

Le Seigneur ouvre les portes

La porte d’Ephèse était ouverte en ce temps pour l’apôtre Paul, mais il y a d’autres endroits où les portes sont fermées. Dans ce cas, il nous faut persévérer dans la prière pour que les portes s’ouvrent.

Col 4:3-4 Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, et le faire connaître comme je dois en parler.

Le Seigneur est Celui qui ouvre et personne ne fermera (Apo 3 :7).

Malgré toutes les atrocités de l’empire Romains, les nations qui furent conquises par cet empire ont pu jouir d’une certaine paix (pax romana), où l’on pouvait circuler sur les routes et avoir des échanges entre ses différents pays sans trop de danger, les brigands mis à part ! ! (2 Cor 11 :26).

Le Seigneur avait ouvert la porte d’Ephèse à Paul et son équipe, il s’agit d’une ville et non d’une nation. Il peut y avoir des villes ouvertes alors que d’autres sont fermées au sein de la même nation. Ce fut le cas pour Paul dans cet empire Romain, les portes n’ont pas été grandes et d’un accès efficace partout, car il y avait des pouvoirs locaux et des traditions locales tenaces qui faisaient obstacles à l’évangile.

Une ville ou une nation peut être ouverte une génération ou plusieurs et se refermer plus tard, constamment l’église doit prier pour l’ouverture de ces villes et nations à l’évangile.

Ouvrir les portes

Que ce soit le Seigneur qui nous ouvre les portes est une certitude, mais cela ne doit pas nous conduire à une certaine passivité, en se disant : « à quoi bon s’efforcer, c’est le Seigneur qui nous ouvrira les portes », cela peut cacher une certaine paresse, ou peut-être une crainte.

Le Seigneur nous invite à l’initiative et à la persévérance : Matt7 :7 «frappez et l’on vous ouvrira » . Ces initiatives inspirées par le saint-Esprit produiront leurs effets. Ne nous décourageons pas non plus, car souvent il nous faut insister, frapper longtemps à la porte pour qu’elle s’ouvre.

Lorsque nous sommes devant une porte obstinément fermée, à côté il y a peut-être une porte ouverte ou qui peut s’ouvrir. Prenons l’illustration de Jérusalem, Nous voyons dans la bible que cette ville avait plusieurs portes (porte des brebis, porte des poissons, etc), il y avait donc possibilités d’entrer dans la ville par plusieurs endroits. Si une porte est fermée, d’autres sont peut-être ouvertes. Lorsque la porte « officielle » de la religion est fermée nous empêchant d’évangéliser librement certains pays, celle de l’humanitaire est peut-être ouverte, ou peut-être celle du tourisme, ou du commerce, etc, par ces portes nous pouvons faire entrer l’évangile.

Et même lorsque les portes sont barricadées, que des murailles s’élèvent contre l’évangile, elles peuvent s’écrouler comme celles de Jéricho, par l’intercession fidèle et persévérante de l’église, et par des actions conduites par le Saint-Esprit.

Les adversaires sont nombreux

La porte d’Ephèse était grande et d’un accès efficace, mais cela n’a pas empêché Paul d’avoir contre lui des adversaires dans cette même ville. Il parle, en effet, de son combat contre les « bêtes » à Ephèse (1Cor15 :32), de l’affliction qui leur survenue en Asie (2Cor1 :8) où se trouvait Ephèse. Nous avons dans Actes 19 les débuts de l’histoire de l’église dans cette ville, commençant par un petit groupe d’homme, Paul a enseigné pendant presque trois ans à Ephèse, il y a eu de nombreux miracles, mais les fabricants d’idoles ont soulevé une émeute contre Paul et son équipe.

Ne nous étonnons donc pas, si la même chose nous arrive. Le Seigneur nous ouvre des portes grandes avec des accès efficaces, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas des tribulations, des adversaires de toutes sortes, des difficultés et même des faux frères qui troublent l’église. Mais comme pour Ephèse cela n’arrêtera pas l’œuvre de Dieu.

Conclusion

Une porte ouverte ne signifie donc pas facilité, mais soyons persévérants même dans la souffrance, comme l’église d’Ephèse, sans bien sur abandonner notre premier amour, Apo 2 :3-4.

N’oublions pas que celui qui a vaincu le monde est avec nous (Jean16 :33).

Lionel Fouché

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire