Pour une meilleure foi

Pour une meilleure foi

Or, il y avait à Capernaüm un officier royal dont le fils était malade. Il alla vers Jésus et le pria de guérir son fils qui était près de mourir. Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point. L'officier lui dit: descends avant que mon enfant meure !, Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla". (Jean 4/47 à 53).

Ce seigneur de la cour d'Hérode, gouverneur de la Galilée, a fait une journée de marche pour rencontrer Jésus et le presser de venir guérir son fils, et ce, bien qu'il fût membre de la cour, païen, et occupant étranger en Israël !

Jésus le reçut et dialogua avec lui, prouvant encore une fois sa bonne volonté, sa tolérance, et son désir d'honorer la foi d'un père qui veut sauver la vie de son enfant, et qui, malgré les obstacles dus à son rang, à ses origines et son statut d'occupant, voulut croire à la grâce et au pouvoir du Christ.

Mais le Seigneur va relever un point important, non pour décourager cet officier courageux, mais pour éduquer, guider, construire sa foi (et la nôtre !) sur une bien meilleure base que :

1) La vue des miracles ;

2) La présence jugée indispensable de Christ pour guérir.
Jésus lui dit: "Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point".

Et là, le Maître enseigne que sa Parole peut et doit convaincre autant que les signes visibles. La parole prononcée vaut autant que sa présence, pour démontrer sa messianité, sa divinité et son merveilleux pouvoir de délivrance.

II faut souligner que la femme Samaritaine et les hommes de son village ont cru en Jésus et reconnu qu'Il était le Messie...sans avoir vu de signes visibles, de miracles, de prodiges (Jean 4/7 à 42).

Cette femme pécheresse fut convaincue d'être en présence du Christ, par la manifestation du don de la parole de connaissance, grâce auquel le Maître lui révéla surnaturellement sa vie dissolue. Elle put alors décider les hommes de son village à venir voir et entendre cet homme qui lui avait dit tout ce qu'elle avait fait (Jean 4/29). A leur tour, ces hommes diront: "Nous I'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'il est le Sauveur du monde" ! (Jean 4/42).

Ainsi, les Samaritains avaient cru sans voir de miracles, mais les Galiléens et les habitants de Judée croyaient au Seigneur, "voyant Les miracles qu'il faisait" (Jean 2/11-23, 6/2-14, 11/45).


A/ Mais le père insiste, car le temps passe et il renouvelle sa prière: "Descends, avant que mon enfant meure", supplie-t-il, anxieux, mais confiant.

"Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla".


Par ce récit, et dans beaucoup d'autres, la Bible enseigne que dès que quelqu'un prend contact avec le Seigneur par la foi, il I'éduque, I'encourage et la porte à la perfection, celle-ci consistant à le croire, lui, ce qu'il est, ce qu'il dit, plutôt que de croire seulement à ce qu'il fait! (Voyez Matthieu 8/5-13, 15/21-28, Jean 9/1-38...)


L'apôtre Jean a choisi de raconter ce miracle pour nous faire savoir que:

1. La vraie foi ne doit pas reposer seulement sur des manifestations visibles et évidentes de la toute-puissance de Dieu, mais sur Jésus-Christ lui-même qui incarne la Parole, la personne et la puissance de Dieu (Luc 5/6).

2.Sa présence physique n'est pas indispensable, car il est Dieu, et sa Parole, (il est le Verbe) a le même pouvoir que sa présence visible.

Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit ont les mêmes attributs dans la Bible : omnipotence, omniscience, omniprésence. La foi n'obtient des résultats que si elle s'attend à la Parole de Christ

(Romains 10/17, Luc 5/6). L'enfant fut guéri miraculeusement sitôt la parole prononcée par Jésus, alors que le père était encore !

B/ "Et il crut, lui et toute sa maison". Jésus a enseigné à cet homme de croire ce qu'il dit, avant de voir le miracle accompli. Ces deux manifestations divines simultanées ont permis à I'officier et à sa famille de croire que Jésus-Christ est Seigneur et Maître, leur foi devenant une foi de disciple!

A partir de ce remarquable récit, nous apprenons comment, à partir de la grave maladie d'un enfant, Christ fait grâce, instruit et élève la foi d'un père sincère, transformant un miracle physique en source de salut pour toute une famille ! La Bible nous donne trois autres cas où, grâce à un membre de la famille touché par Dieu, toute la famille fut sauvée (Rahab: Josué 6/23; Lydie: Actes 16/15; le géôlier: Actes

16/33-34).

Pour ceux qui I'aiment et qui croient, Dieu change toujours le mal en bien !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire