Pourquoi ne pas saluer ?

Pourquoi ne pas saluer ?

Question d'un Internaute : "Pourquoi, dans 2 Rois 4.29, Élisée interdit-il à Guéhazi de saluer ceux qu'il pourrait rencontrer ?"

En Orient, les gens, lorsqu'ils se saluent, sont beaucoup plus cérémonieux et prolixes que ce à quoi nous sommes habitués. Nous trouvons souvent dans la Bible des exemples de ces salutations dithyrambiques et solennelles.

Même encore de nos jours, les salutations orientales sont très particulières. Dans un de ses récits de voyages, un auteur raconte comment sa caravane rencontra un bédouin qui connaissait leur chamelier. Les deux amis prirent un bon bout de temps pour se saluer. Se serrant la main, ils se donnèrent cinq baisers sur la joue, et ce n'est qu'après s'être posé tranquillement l'un à l'autre trois ou quatre questions qu'ils purent continuer leur chemin.

On comprend mieux l'ordre d'Élisée à son serviteur Guéhazi : "Si tu rencontres quelqu'un, ne le salue pas ; et si quelqu'un te salue, ne lui réponds pas." (2 Rois 4.29). La mission de Guéhazi étant extrêmement urgente, il ne fallait pas qu'il perdît son temps en d'inutiles paroles.

C'est sans aucun doute la même raison qui fit dire à Jésus :

"Partez ; voici, je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni souliers, et ne saluez personne en chemin." (Luc 10.3-4)

Dans ces deux cas, il ne s'agit pas de prôner l'impolitesse, mais d'éviter de vaines palabres.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire