Pourrais-je aimer à nouveau ?

Pourrais-je aimer à nouveau ?

Le célibat n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des pics d’espérance et des gouffres de déception ; des relations qui filent un bon coton et des ruptures éprouvantes. On se croirait dans l’Ecclésiaste.

J’aimerais vous partager ce que j’ai appris sur l’amour lors de mon dernier passage de gouffre, suite à la fin d’une relation amoureuse.

La première chose, c’est que j’ai senti l’amour de Dieu m’envahir. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment senti la différence entre cet amour-là, qui cherche mon coeur et qui se donne pour moi, et l’intérêt que pouvait me porter cet homme. Parfois, nous avons l’impression que c’est la relation de couple qui va nous combler, alors qu’un seul nous comble réellement.

La deuxième chose c’est que j’ai imaginé ce que pouvait sentir Dieu lorsqu’il nous poursuit avec son amour. Il ne cherche pas son intérêt, mais se donne complètement pour nous. Il donne tout et pourtant sa création le refuse si souvent. Tellement de personnes le rejettent et cherchent leur bonheur ailleurs.

Je me suis dit que c’était ça, l’amour : donner, pardonner, être patient, persévérer, ne pas chercher son intérêt, faire confiance. Il s’agit de l’amour agape décrit dans 1 Corinthiens 13. La personne en face est libre de recevoir ou non cet amour. Sa réponse ne nous appartient pas. Notre responsabilité, notre devoir, c’est d’aimer. Comme Jésus qui est allé jusqu’à mourir à la croix pour des hommes qui l’avaient complètement rejeté.

Quand nous sommes dans une relation amoureuse, nous nous demandons souvent « Est-ce que je l’aime? » et nous tentons de répondre à cette question en observant nos émotions, ce qui sous-entend que nos émotions seraient un bon instrument de mesure de notre amour. Nous sommes loin de l’amour décrit dans la Bible :

« Alors la mère de l’enfant vivant, poussée par son amour pour son fils, s’écria: « De grâce, mon seigneur, qu’on lui donne le bébé vivant, qu’on ne le fasse pas mourir! » Mais l’autre dit: « Non, coupez-le en deux. Ainsi il ne sera ni à moi ni à elle. » 1 Rois 3:26
Vous souvenez vous de l’histoire de cet femme qui est prête à donner son enfant à une autre pour éviter sa mort? L’amour n’est pas possessif.

« De plus, par amour pour le Temple de Dieu, je donne pour sa construction des biens précieux en or et en argent que je possède personnellement, en plus de tout ce que j’ai préparé pour le sanctuaire. » 1 Chroniques 29:3
L’amour est généreux.

« Ordonne à ton amour, à ta fidélité, de prendre soin de lui! » Psaume 61:8
L’amour prend soin.

« Loué soit l’Eternel, car il m’a témoigné son merveilleux amour lorsque j’étais comme une ville que l’on assiège. » Psaume 31:22
L’amour vient à la rescousse, il délivre.

« Jésus savait que l’heure était venue pour lui de quitter ce monde pour s’en aller auprès de son Père. C’est pourquoi il donna aux siens, qu’il aimait et qui étaient dans le monde, une marque suprême de son amour pour eux. (…) il versa de l’eau dans une bassine et commença à laver les pieds de ses disciples, puis à les essuyer avec la serviette qu’il s’était nouée autour de la taille. » Jean 13: 1;5
L’amour sert.

« Ton amour, ta fidélité sans cesse me protégeront. » Psaume 40:12
L’amour protège.

« Il nous a appris quel amour l’Esprit vous inspire. » Colossiens 1:8
L’amour vient de Dieu. Nos coeurs sont trop égoïstes pour aimer vraiment. Seul Dieu peut nous donner son coeur pour les autres, nous inspirer l’amour.

Alors oui, nous serons toujours prêts à aimer de nouveau, à faire confiance et à donner sans compter, si nous laissons Dieu nous remplir de cet amour-là, cette source d’eau vive qui jaillit à travers nous et ne tarit jamais. Demandez-le lui !

« Or, notre espérance ne risque pas d'être déçue, car Dieu a versé son amour dans nos cœurs par l'Esprit Saint qu'il nous a donné. » Romains 5 :5

21 commentaires