Que fais-tu de ta liberté ?

Que fais-tu de ta liberté ?

 J’aime taquiner mes amis qui sont sur le point de se marier. « Hé, mon gars, tu sais, elle aura un anneau pour son doigt mais toi, tu en auras un pour le nez, pour qu’elle puisse te mener où elle voudra.

Le mariage est une grande institution, mais qui souhaite vivre dans une institution ? 

Je le dis pour plaisanter, mais il y a un peu de vrai là-dedans : quand tu te maries, tu abandonnes une grande partie de ta liberté.
 
Le deuxième jour de notre lune-de-miel, nous roulions en voiture le long d’un lac bleu et, soudain, j’ai eu une pensée qui m’a presque suffoqué : « C’est fait. Plus de rendez-vous avec d’autres filles. Plus de décisions de « cow-boy solitaire » sans la consulter. Tu es marié. »

(Au cas où ma femme lirait ceci, je précise que cette pensée n’a duré que quelques secondes et que j’en ai été très heureux depuis.)
 
J’ai perdu une grande partie de ma liberté, mais je n’ai pas perdu au change.
 
Tu peux rester célibataire et garder ta liberté dans ta poche si tu veux, mais alors, tu n’as pas la fille. Et une fille bien vaut plus que l’or.

Il fait affreusement froid quand on est seul pour les longues soirées d’hiver. Dans un mariage qui fonctionne bien, un plus un fait largement plus que deux.

J’ai renoncé à une bonne partie de ma liberté il y a 42 ans, mais j’ai obtenu une compagne, une meilleure amie, un partenaire de prière, des enfants, des petits enfants, une aide pour l’œuvre de ma vie et un lit chaud pour les nuits d’hiver. Je sais que ce n’est plus politiquement correct de dire ça, mais elle est aussi une excellente cuisinière.
Un bon investissement !
 
C’est la même chose dans le monde du travail. J’ai parlé à des gens qui vivent dans la rue et qui se rengorgent de ne pas avoir à payer de facture d’électricité. Tu peux vivre sous un pont et ne pas payer de facture d’électricité ou bien tu peux perdre un peu de ton indépendance et travailler pour un patron. Les patrons ne sont pas toujours gentils, mais c’est quand même bien d’avoir un peu d’argent dans sa poche lorsqu’on a faim.

Tu peux toujours mendier, c’est vrai, mais pour ma part, je préfère échanger un peu de liberté me permettant de faire ce que je veux quand je veux contre un peu de réelle indépendance.
Et tu n’es pas si fâché contre la facture d’électricité quand il fait moins cinq dehors.
 
Certains ne veulent pas s’attacher à une église locale. Ils veulent être libre de pouvoir dormir le dimanche matin ou de rendre visite à quelqu’un qu’ils n’ont pas vu depuis quelques temps.

Un des meilleurs investissements que j’aie jamais fait est de renoncer à un peu de liberté pour m’impliquer dans la vie de mon église.

Nous voyons sans cesse des gens qui utilisent leur liberté pour attraper des poissons, collectionner des timbres, regarder la télévision et regarder la télévision et regarder la télévision (ou aller sur internet et aller sur internet), enfin, tu vois le principe…
 
Laisse moi te donner un petit conseil. Sois bien certain que tu échange ta liberté contre quelque chose qui la vaut.
Ceux qui sont « libres » de regarder des films pornographiques se retrouvent en fait prisonniers. Ils dépensent bien plus qu’ils ne le pensaient et reçoivent nettement, nettement moins en échange. Ils utilisent leur liberté pour devenir esclaves.
Certains échangent leur liberté contre une nuit de plaisir ou essaient d’oublier leurs problèmes à l’aide d’un joint ou d’une bouteille. Mais quand tu n’as plus de liberté, tu te retrouves esclave.

« En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. » (Jean 8:34)
Il existe une liberté qui nous délivre de l’esclavage.

Jésus a dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. » (Jean 8:31-32).

« Allons, David. C’est ce qu’on attend de toi (enfin, j’espère). Mais moi, je ne veux pas être lié par tout ça. Je veux être libre de faire ce que je veux. »
 
Nous dépensons notre liberté chaque jour. Assurons-nous seulement de ne pas la dépenser pour quelque chose qui nous enchaîne. Beaucoup de gens se rendent esclaves de quelque chose en se persuadant qu’ils sont indépendants. Et ils le croient vraiment, jusqu’à ce qu’ils essayent de s’en détacher.
 
Mais, lorsque nous donnons notre liberté au Seigneur, Il change notre cœur et nous nous retrouvons plus libres que jamais !
« Vous tous qui avez soif, venez aux eaux,
Même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez et mangez,
Venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer !
Pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui ne nourrit pas ?
Pourquoi travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ?
Écoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon,
Et votre âme se délectera de mets
Prêtez l’oreille, et venez à moi,
Écoutez, et votre âme vivra :
Je traiterai avec vous une alliance éternelle,
Pour rendre durables mes faveurs envers David. »
(Esaïe 55:1-3)
 
 
 

Découvrez l’histoire de Mike Genung , anciennement dépendant au sexe et à la pornographie dans son livre «  Chemin de la grâce »



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

12 commentaires