Religieux ou spirituel : les différences N° 32

Religieux ou spirituel : les différences N° 32
Infecté ou purifié ?

Remplis de mauvais désirs

«Malheur à vous, maîtres de la loi et pharisiens, hypocrites ! Vous nettoyez l'extérieur de la coupe et du plat, mais l'intérieur reste rempli du produit de vos vols et de vos mauvais désirs. Pharisien aveugle! Nettoie d'abord l'intérieur de la coupe et alors l'extérieur deviendra également propre.»

Soigner et, au besoin, sauver les apparences est toujours aussi populaire! Tenues de circonstance, programmes impressionnants, techniques de pointe, éclairages aux mille projecteurs et effets spéciaux n'ont rien de condamnable pour autant qu'ils ne dissimulent pas l'incrédulité, les scandales, les luttes de pouvoir, les trahisons, les divorces, la convoitise et d'autres pratiques de même acabit.

L'homme spirituel

- «Il n'avait pas l'allure ni le genre de beauté qui attirent les regards. Il était trop effacé pour se faire remarquer.»
- «On l'a arrêté, jugé, supprimé, mais qui se souciait de son sort ? Or, il était éliminé du monde des vivants, il était frappé à mort du fait des crimes de mon peuple.»
- «Les masses humaines reconnaîtront mon serviteur comme le vrai Juste, lui qui s'est chargé de leurs fautes.»
- «Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.»
(Esaïe 53:2, 8, 11, Jean 1:29)

Ressembler à des tombeaux...

«Malheur à vous, maîtres de la loi et pharisiens, hypocrites! Vous ressemblez à des tombeaux blanchis qui paraissent beaux à l'extérieur mais qui, à l'intérieur, sont pleins d'ossements de morts et de toute sorte de pourriture. Vous de même, extérieurement vous donnez à tout le monde l'impression que vous êtes fidèles à Dieu, mais intérieurement vous êtes pleins d'hypocrisie et de mal.»

Donner l'impression de la fidélité


Si le légalisme de tous les temps camoufle le péché, le libéralisme actuel, lui, le tolère, l'apprivoise, l'humanise... Quelqu'un a dit : «Le légalisme rend absolu ce que Dieu considère comme relatif; le libéralisme rend relatif ce que Dieu considère comme absolu.»
Un pasteur affirmait : «Je ne sais quel péché moral je pourrais commettre pour être repris par ma communauté. Tromper ma femme avec un homme ou fréquenter plusieurs femmes à la fois ? Ma dénomination tolère absolument tout !»

Le libéralisme religieux cherche à donner l'impression d'être fidèle à Dieu, mais il a perdu ses repères. Il ne connaît plus aucune limite dans ses attaques contre la Parole dont il prétend pourtant être un expert. Certains théologiens mettent simplement en doute tel passage de l'Ecriture, d'autres font d'Adam et Eve un mythe, d'autres encore questionnent les miracles, nient la divinité de Jésus, sa résurrection, et jusqu'à l'existence d'un Dieu personnel. Leur discours tente de garder un semblant de foi, mais il n'a plus rien de la simplicité, de la pureté et de la beauté de l'Evangile. La joie a disparu, l'espérance s'est voilée, l'amour s'est transformé en haute critique. Ils cherchent à légitimer leurs dires par quelques fondements scientifiques ou archéologiques, mais ces derniers évoluent ou changent deux décennies plus tard, faisant place à de nouveaux courants de pensée. La foi limpide et confiante de l'enfant, et par conséquent le Royaume, leur échappe. Ils n'y entrent pas et tentent de décourager ceux qui cherchent à y entrer. C'est ainsi que l'homme met, comme à son habitude, sa pensée au-dessus de celle de son Créateur. Voulant être sage, il est devenu fou.

A la question d'un pasteur à un comédien, auquel il demandait pourquoi les théâtres étaient pleins et les églises vides, l'acteur répondit : «Vous, pasteurs, vous racontez des histoires vraies comme si elles étaient inventées; nous, nous racontons des histoires inventées comme si elles étaient vraies.»

L'homme spirituel

«Jésus leur répondit : «Vous vous trompez, et savez-vous pourquoi ? Parce que vous ne connaissez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. [...] Pour ce qui est des morts qui reviennent à la vie, n'avez-vous jamais lu dans le livre de Moïse le passage qui parle du buisson en flammes ? On y lit que Dieu dit à Moïse: «Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob.» Dieu, ajouta Jésus, est le Dieu des vivants, et non des morts. Ainsi, vous êtes complètement dans l'erreur.» (Marc 12:24, 26-27)

«Nous prêchons donc que le Christ est revenu d'entre les morts: comment alors quelquesuns d'entre vous peuventils dire que les morts ne se relèveront pas ? Si tel est le cas, le Christ n'est pas non plus ressuscité; et si le Christ n'est pas ressuscité, nous n'avons rien à prêcher et vous n'avez rien à croire. [...] Mais, en réalité, le Christ est revenu d'entre les morts, en donnant ainsi la garantie que ceux qui sont morts ressusciteront également.» (1 Corinthiens 15:12-14, 20)


Mise en page de Marianne Dubois

Carlo Brugnoli est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site : www.carlobrugnoli.net

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

2 commentaires
  • clody Il y a 8 années

    Je bénis mon Dieu parce que j'avais vraiment besoin de tous ces enseignements qui me remplissent et me fortifient d'avantage. les apparences je les vit au quotidien à l’Église c'est pourquoi je réplique souvent en disant: vous ne savez pas quel relation j’entretiens avec mon Dieu. vraiment mes frères et sœurs ne nous décourageons pas notre Seigneur revient. persévérons en Christ et ouvrons nos cœurs sincères a lui! Soyez bénits!!
  • dinaouedraogo Il y a 8 années

    Ce passage nous rappelle, que nous devons veillez plus sur notre coeur, que sur notre apparence. Puisse Dieu nous aider a avoir des coeurs purs, afin d'elever vers lui des mains purs pour l'adorer. Que Dieu vous benisse.