Religieux ou spirituel : les différences N°16 Peut-on fatiguer Dieu et les hommes ?

Religieux ou spirituel : les différences N°16 Peut-on fatiguer Dieu et les hommes ?
Vous fatiguez Dieu et les hommes par des prières et des cérémonies interminables et hypocrites

- «Quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites: ils aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues pour que tout le monde les voie.» Matthieu 6 : 5
- «Quand vous priez, ne répétez pas sans fin les mêmes choses comme les païens: ils s'imaginent que Dieu les exaucera s'ils parlent beaucoup.» Matthieu 6 : 7

Dieu peut-il trouver une prière longue ? Oui ! «Que tes paroles soient peu nombreuses» disait déjà l'Ecclésiaste à ce sujet (Ecclésiaste 5 : 2). Si, sur le plan individuel, nous sommes exhortés à prier sans cesse, c'est sous la direction de l'Esprit Saint de manière vivante, constructive et sous des formes variées, et non en boucle comme une litanie devant un dieu insensible. Sur le plan collectif, il est de la plus haute importance d'apprendre à écouter, à être concis dans nos interventions et à se taire. «Rappelez-vous bien ceci, mes chers frères: chacun doit être prompt à écouter, mais lent à parler.» Quelqu'un a dit: «Avant de parler, assure-toi que ce que tu vas dire est plus beau que le silence...»

Celui qui préside une rencontre quelconque tout comme ceux qui prêchent, témoignent, ou font des annonces devraient être sévères à leur encontre. Terminez votre message quand les gens voudraient encore vous entendre; terminez vos annonces alors que le public pourrait encore en retenir et surtout terminez vos réunions avant que chacun n'intercède secrètement pour que vous vous taisiez enfin !

Dans les cours que je donne sur la communication publique (présidence, témoignage, prédication), je pose la question suivante à mes élèves: «Qui, parmi ceux qui sont mariés, s'est ennuyé à son propre mariage? » Il peut arriver qu'une ou deux mains se lèvent. Je demande ensuite à tous: «Qui s'est déjà ennuyé en assistant à un mariage?» Rares sont ceux qui ne lèvent pas la main... La conclusion s'impose et nous ne devrions jamais l'oublier: ceux qui sont au coeur de l'action ne voient pas le temps passer, alors que ceux qui y assistent peuvent terriblement souffrir de longueurs, de rajouts et d'autres parenthèses sans fin.

Dieu, lui, n'est jamais ennuyeux; si un homme l'est, tout en prétendant être son porte-parole, il s'abuse lui-même. Une personne aura deux annonces à faire qui ne devraient guère prendre plus de soixante secondes, pourtant rien ne pourra lui faire lâcher le micro avant que vingt minutes ne se soient écoulées... Parler en public ne consiste pas à dire tout ce qui nous passe par la tête, mais à choisir le meilleur et l'indispensable. Ce n'est pas une question d'âge, car il est possible d'avoir quatorze ans et d'ennuyer tous les adolescents réunis par une présidence médiocre et fatigante. Si vous n'êtes pas particulièrement doué en communication et que vous deviez cependant assumer une tâche en rapport, je vous en supplie, soyez bref ! Un orateur moyen qui est concis progressera, mais le même orateur qui ne sait pas conclure torturera son auditoire. Peu de fidèles accepteront ce régime des années durant.

Un groupe de prière devait être lancé dans une région franco-belge. En début de soirée, vingt-cinq personnes se retrouvèrent dans un grand salon privé. Proposition fut faite de faire connaissance; la première personne dit quelques mots sur son cheminement de foi, la deuxième se fit un peu plus précise, la troisième dépassa déjà les cinq minutes de parole et, peu à peu, ce qui était pétillant et intéressant devint inquiétant. Comme le responsable n'eut pas le courage de présider, croyant que ce serait une offense d'interrompre qui que ce soit, la réunion se termina par la vingt-cinquième présentation à une heure du matin! De quoi écoeurer la majorité et tuer le mouvement dans l'oeuf !

Vous souvenez-vous du sketch de Mister Bean à l'église ? Ce comique anglais caricature l'ennui et l'effet soporifique qu'il y subit. Pour ma part, quelque temps après l'avoir vu, j'ai assisté à une cérémonie de consécration non loin de chez moi. Je dois être honnête, c'était bien pire que le sketch : à mourir d'ennui ! Le terme n'est pas trop fort quand on pense aux multitudes qui ont cessé de fréquenter l'église et se sont refroidies dans leur foi pour cette raison. On a d'ailleurs retrouvé, gravé sur un banc: «Ici, je suis mort d'ennui.»

Aucune longueur ne devrait avoir place dans une rencontre qui se réclame de Christ: ni dans une bénédiction, ni dans les annonces, ni dans la prière et encore moins dans le témoignage ou la prédication. Une réunion chrétienne doit ressembler à un festin d'où l'on ressort rassasié, non dégoûté !

Mise en page de Marianne Dubois


Carlo Brugnoli est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site: www.carlobrugnoli.net

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires