Retour de manivelle

Retour de manivelle

Cher Pasteur,

Les expressions françaises évoluent avec le temps, et certaines d'entre elles deviennent aussi obsolètes que les circonstances qui leur ont donné naissance.

Je conserve un souvenir ému de ma première automobile. C'était une Ford A, et nous étions nés la même année, elle et moi, en 1929 ! Nous habitions la Norvège, et en 1954, dans ce pays, il n'était pas facile de se procurer une voiture. Celle que j'avais réussi à acheter avait depuis belle lurette perdu ses amortisseurs, son compteur de vitesse n'indiquait plus rien et son klaxon était muet ! Et, bien qu'elle présentât sur les précédents modèles de chez Ford l'immense avantage de posséder une boîte de vitesse, cette dernière n'était pas synchronisée, obligeant le conducteur à s'initier aux joies du double débrayage ! Bien entendu, elle n'avait jamais eu de démarreur électrique. Il était donc nécessaire de la démarrer à la manivelle, opération dangereuse s'il en fut.

En effet, à cause de l'avance à l'allumage, il arrivait que la manivelle fût violemment refoulée en sens inverse. C'est pourquoi il ne fallait jamais tourner la manivelle en poussant dessus de haut en bas, pour éviter une fracture du poignet, mais toujours la tirer de bas en haut.

C'est ce phénomène qui a inspiré la formule "retour de manivelle", pour exprimer qu'une action entreprise se retourne contre soi. Sachant que depuis bien longtemps déjà les moteurs des automobiles ne peuvent plus se démarrer à la manivelle, je me suis demandé si les nouvelles générations étaient capables de comprendre le sens de cette expression ! Mais le fait qu'elle tombe en désuétude n'empêchera pas le phénomène d'exister, que l'on peut également exprimer ainsi :

"Quand on crache en l'air, par vent nul, et la malchance aidant, ça peut vous retomber sur le nez" !

Jésus nous met en garde contre certains "retours de manivelle" :

"Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez." (Matt. 7.2)

Ou bien :

"Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu'ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent." (Matt. 7.6)

Il est vrai que les automobiles, même à manivelle, devaient être rares du temps de Jésus, et que de ce fait cette expression n'est pas dans la Bible ! Mais la chose elle-même s'y trouve, et il n'est pas rare, encore aujourd'hui, de la rencontrer sur notre route. Faisons donc bien attention de tirer la manivelle dans le bon sens !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire