Rien de pire qu’un plat tiède !

Rien de pire qu’un plat tiède !

Apocalypse 3:14-16 : A l'ange de l'Eglise de Laodicée, écris : «Voici ce que dit celui qui s'appelle Amen, le témoin digne de foi et véridique, celui qui a présidé à toute la création de Dieu. Je connais ta conduite et je sais que tu n'es ni froid, ni bouillant. Ah ! Si seulement tu étais froid ou bouillant ! Mais puisque tu es tiède, puisque tu n'es ni froid, ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche. »

Voilà le message que Jésus-Christ a laissé à Jean, lorsqu’il était sur l’île de Patmos, pour l’église de Laodicée. Les derniers mots sont particulièrement explicites : « Je vais te vomir de ma bouche ». Mais qu’est-ce que cette église a fait de si mal pour être ainsi rejetée ? C’était une ville extrêmement prospère avec de nombreux établissements bancaires, placée sur une grande voie de communication. Cette ville était si riche que lors de sa destruction par un tremblement de terre en 60, elle refusa l’aide du Sénat.

Christ ne mentionne strictement aucune qualité de cette église (alors qu’il le fait à d’autres églises dans cette série de lettres). Cette église était dans l’illusion. Pensant n’avoir besoin de rien, croyant posséder tout ce qui était nécessaire, elle s’illusionnait sur son propre état. Il le dénonce sans concession : misérable, pitoyable, pauvre, aveugle et nu.

Combien de fois sommes-nous dans l’illusion de notre situation ? Lorsque les problèmes s’éloignent, lorsque nous sommes dans « la réussite », ou sur « une bonne lancée », ne sommes-nous pas tentés d’oublier ce que nous étions vraiment auparavant ? Ce que nous devrions être maintenant ?

Le courant de la vie souvent nous emporte dans nos habitudes et nous entoure du monde. Notre cœur est plus terne face à la Grâce de Dieu et les responsabilités qui nous incombent en tant que chrétien se diluent.

Dieu ne nous empêche pas d’avoir des biens matériels ou de vivre dans un certain confort, mais il connaît le cœur de l’homme mieux que quiconque et il sait qu’il est vulnérable à cet environnement matériel. Il sait que l’aisance est quelque chose qui nous rassure, mais qui représente également un véritable danger pour notre Foi.

Alors prudence ! Sachons nous remettre en question, voir nos faiblesses et nous en repentir. Nous avons besoin de recevoir par l’Esprit ce discernement nécessaire pour comprendre les vraies valeurs de Dieu, celles qui comptent et qui demeureront dans l’éternité. C’est une question de choix, de responsabilité. C’est avant tout individuellement que nous prenons le parti de suivre notre Seigneur Jésus-Christ pour ne plus être un citoyen du monde, mais un citoyen des cieux.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

4 commentaires