S'aimer n'est pas une option ...

S'aimer n'est pas une option ...
... mais un commandement !

Matthieu 22 : 36-40
« Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. »

Dieu a des plans de bonheur et non de malheur pour chacun d'entre nous.

Jérémie 29 : 11
« Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. »

Quand nous examinons nos vies, il est facile d'y retrouver une manifestation de La Miséricorde de Dieu, de Sa Fidélité et de Son Amour. Il apparaît alors comme logique, pour la majorité d’entre nous, de s'accrocher et de confesser vivre selon ces deux commandements en toutes circonstances.

Psaumes 23 : 1; 3-4 
« L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. (…) Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi (…) »

Oui, aux yeux de Dieu, nous avons de la valeur. Peu importe qui nous sommes, ce que nous faisons (ou ne faisons pas), peu importe notre statut social (ou l’inexistence de ce dernier) : Dieu nous a aimé, nous aime, et nous aimera d'un même amour inconditionnel. Il n'a pas hésité, pour cela, à donner ce qu'il avait de plus précieux : Son Fils Unique afin que nous soyons réunis et que nous vivions dans Sa Présence.

Jean 3 : 16
« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. »
Jean 17 : 3
« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

Si malgré ton passé, tes erreurs, ton comportement ambivalent caché aux yeux des hommes (mais non à ceux de Dieu), tu as trouvé grâce aux yeux du Véritable, du Créateur de l'univers, L'Unique et Incomparable Yahvé qui t'aime....pourquoi te semble t-il si difficile de t'aimer toi-même ?

En tant que chrétien, dans le monde, lorsque nous faisons notre quota de bonnes actions, nous nous disons intérieurement que « nous méritons l'amour de Dieu ». Pendant ce temps, nous refusons de nous accepter, de croire que Dieu a fait de nous un chef d'œuvre unique dans tout l'univers. Nous préférons (oui même en étant chrétien) nous conformer au dictat de la société mondaine pour nous sentir dépassés, et pouvoir rester « dans le coup ». Malheureusement, nous sommes plus conscients de ce que les hommes pensent ou disent de nous, plutôt que ce que Dieu dit, proclame et fait dans nos vies.

Alors que Jésus dit dans Matthieu 22 : 39 : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », la plupart d’entre nous ne retenons pas les trois derniers mots : « comme toi-même ». Il est évident que pour aimer les autres, il faut d'abord s'aimer soi-même. En d'autres termes, nous ne pouvons pas donner aux autres ce que nous n’avons pas.
Et pour arriver à s’aimer soi-même, encore faudrait-il, dans un premier temps, se laisser remplir par L'Amour de Dieu, expérimenter les tranches du fruit de l'Esprit de Dieu, qui détaille bien ce qu'est l'Amour véritable.
C’est alors que rempli de cet amour il nous est possible d'aimer nos oppresseurs et d'avoir de la compassion pour nos ennemis. C’est remplis de cet amour, que nous devenons ouvriers de Dieu et co-ouvriers de Christ, et que nous soupirons après les œuvres qui font battre le cœur du Père.

C'est remplis de cet amour que nous pouvons nous laisser utiliser par le Saint Esprit comme le véritable instrument de la manifestation de La Gloire de Dieu, impactant sur nos environnements et notre génération afin de donner de la saveur aux vies du plus grand nombre. Nous pouvons alors, comme Job, confesser :
Job 42 : 5
« Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t'a vu. »
5 commentaires