Sauvé(e) ... et après ? n°2

Sauvé(e) ... et après ? n°2

Ephésiens 2 :10 « En effet, c'est Dieu qui nous a formés, il nous a créés, dans notre union avec Jésus Christ, pour que nous menions une vie riche en actions bonnes, celles qu'il a préparées d'avance afin que nous les pratiquions.»

Tout chrétien, à un moment de sa marche spirituelle, éprouve le désir de faire quelque chose pour Dieu, quelque chose qui a de la valeur et qui donnera un sens à sa vie.
Je pense que nous avons été créés avec ce besoin de faire, la question est de savoir pour qui et par qui nous faisons ces choses. Beaucoup d’œuvres à l'apparence bonnes selon le cœur de l'homme ne seront jamais déclarées justes ou bonnes devant Dieu, pourquoi ? Parce qu'il n'en est ni l'auteur, ni l'initiateur, alors celles ci ne portent pas la marque de son Esprit. Or son désir est nous faire entrer dans les œuvres bonnes préparées d'avance pour nous, elles sont source de vie et il souhaite nous y introduire. Par ailleurs certaines œuvres dites bonnes, mais charnelles, produisent désolation, ou frustration. C'est afin de les reconnaître que je nous propose de nous arrêter sur différents témoignages d'hommes et de femmes qui ont marché avec Dieu.

Voici dans un premier cas, les caractéristiques des ces œuvres dites bonnes que nous pouvons accomplir sans l'approbation de Dieu.
Prenons par exemple la vie d'Abraham ; malgré son âge avancé, Dieu lui dit dans Genèse 18 :10 « Je reviendrai chez toi l'an prochain, à la même époque Sara aura un fils »
Or la naissance de son fils Ismaël par Agar la servante de Sara, avait été le fruit de l'impatience de la chair, motivé par le besoin de donner un coup de main au Seigneur et le désir de faire à sa place. Il n'y a rien de mauvais, dans le fait de vouloir s'assurer une descendance, mais Dieu avait un autre dessein pour ce couple, à savoir que le fils de la promesse serait de Sara et non d'Agar. Nous connaissons tous les conséquences (jalousie, mépris, conflit) que cela a engendrées dans la famille d'Abraham. Dans Galates 4 :29 il est écrit : « Autrefois le fils né conformément à l'ordre naturel persécutait celui qui était né selon l'Esprit de Dieu. »

Il me semble donc nécessaire d'évaluer sous le regard du Seigneur la qualité des fruits de nos différentes œuvres au sein de nos familles, de nos églises, autour de nous. Quel est leur impact ? En effet, en Jésus nous sommes sauvés et notre vie entière sur terre doit être le prolongement de la vie de Christ qui coule en nous. Pour cela, nous devons nous attendre à lui dans un esprit de consécration, lui faire confiance sans prendre de raccourcis. Il agira à sa manière et en son temps.

Ensuite dans un deuxième cas, la vie de Marthe ; dans Luc 10 :38, elle était occupée à diverses tâches. Elle met tout en œuvre pour accueillir ses hôtes, dont le Seigneur lui même, elle est très affairée, ce qui est en apparence honorable. Mais au verset 40 elle dit : « Seigneur cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule accomplir tout le travail ? » Quelle est son attitude ? Manifestement, elle fait des reproches à sa sœur, mais aussi au Seigneur. Son agitation la détourne de l'essentiel, elle essaie par ses propres forces de tout gérer dans son service pour le Seigneur mais, bien que ses œuvres soient louables, elles sont imprégnées de murmures et de ressentiment. La réponse du Seigneur au verset 41 va nous introduire dans la reconnaissance des œuvres bonnes et justes qui portent la marque de son Esprit

« Marthe Marthe, tu t'inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses, mais une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, qui ne lui sera pas enlevée »


La part choisie par Marie nous est révélée au verset 39 : « Marie, qui après s'être assise aux pieds du Seigneur, écoutait ce qu'il enseignait. » Je me suis demandé quelle attitude aurait eu Marthe si, avant de s'atteler à toutes ces tâches, elle avait pris le temps de s’asseoir aux pieds de Jésus ? Je pense que dans cette communion, elle aurait puisé toutes les ressources nécessaires pour accomplir ce service ; elle aurait expérimenté la dépendance de Dieu, ainsi la paix, la joie et le repos auraient été son partage, selon Galates 5 :22 : « Mais ce que l'Esprit produit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi. »

Êtes-vous en ce moment plus préoccupés par l’œuvre que par l'auteur ? Recentrez-vous plutôt sur lui, Jésus, pour qu'il puisse agir en vous, pour ensuite agir par vous. C'est seulement à ce moment là que vous pourrez entrer dans ses œuvres prévues d'avance pour vous.

Prière

Père je m'offre à toi, comme un sacrifice vivant.
Je renonce à toutes œuvres mortes au nom de Jésus.
Fais-moi entrer dans les œuvres bonnes que tu as préparées pour moi.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

13 commentaires
  • geogui Il y a 3 années, 6 mois

    Cette exhortation garde toute son actualité! Des deux exemples cités, il en ressort que" la patience et l'écoute" sont deux qualités qui nous sont indispensables pour entrer dans la volonté de Dieu: la patience, parce qu'elle suppose la foi en Dieu , croire en la Parole de Dieu et s'y attendre même si la promesse semble tarder. L'écoute, la méditation de cette Parole , jusqu'à ce qu'on en saisisse le sens profond et que l'on s'engage à la suivre (à obéir à son injonction.) Alors, nous serons mieux à même à accomplir "les œuvres bonnes préparées d'avance".
  • emiliev Il y a 7 années, 2 mois

    Merci seigneur que je puisse accomplir ton œuvre, ton plan est merveilleux pour moi. Je veux ton amour ce matin
  • mirabelletrust Il y a 7 années, 2 mois

    merci beaucoup et que DIEU vs benisse. en comparaison a abraham qui a voulu selon la chair (aider DIEU) pcq la promesse tarder, je suis aussi dans des questions. je ne doute pas de la promesse audible de DIEU dans ma vie, celle de me donner issacc, au dela de mes 42 ans bientot, ns avions une fille de 12 ans et un desir intense surtout moi d'avoir un autre enfant et pourquoi pas plus. mon mari 52 ans a peur vu son age et n'y crois presque plus. au fond de moi je continue a croire en la promesse car c'est impossible que DIEU mente mais de l'autre coter le desir de l'adoption est la. j'ai refuser l'aide de mes soeurs de me faire des don d'ovocyte pcq ma foi me convaint que DIEU est le restaurateur et createur et si je recois ce don j'aurais l'impression d'avoir douter de la capacite de DIEU. mais si je me lance dans l'aoption en attendant et restant confiant en DIEU, croyer vous que ce serais vouloir aider DIEU, douter de sa promesse?si quelqu'un est passer par la, aider moi. un jour j 'ai recu le passage de la sortis des enfants d'istrael ect et tout ce qui ont vecu et finalement les ennemis a vu la force de DIEU et eux un cantique ete monter dans leurs bouche ...alors je comprend la reponse de DIEU , je crois mais que penser vous de l'adoption? priez aussi pour moi svp. DIEU vous benisse
    • titi77 Il y a 7 années, 2 mois

      à gauche de la page d'accueil (rectification)
    • titi77 Il y a 7 années, 2 mois

      chère mirabelle,afin de vous répondre en toute confidentialité je vous proposerai de vous adresser au top conseil,situé à cause de la page,merci à vous et à la prochaine.l'auteure.
  • Afficher tous les 13 commentaires