Schtroumpf Grognon et ses disciples

Je sais que les Schtroumpfs appartiennent à une autre époque, mais de mon temps, le dessin animé passait tous les mercredis. J’aimais bien les Schtroumpfs, j’aimais bien Gargamel aussi, et son chat. A l’époque, je pensais que c’était normal que Gargamel veuille manger les Schtroumpfs. Mais à présent, je trouve cela complètement illogique. Pourquoi un sorcier, aussi méchant soit-il, voudrait-il passer à la casserole des petits bonhommes bleus ? Ca pourrait lui faire un repas, à la rigueur deux s’il en met la moitié au réfrigérateur. Mais ce n’est pas avec un village de Schtroumpfs qu’un humain pourrait vraiment agrémenter son régime alimentaire. En ce qui concerne le chat de Gargamel, je comprends mieux qu’il veuille attraper les Schtroumpfs. Ayant eu des chats, je sais que ces bêtes peuvent être innocemment cruelles envers des souris ou des créatures bleues. Et on ne peut jamais convaincre un chat que c’est « pas bien ». C’est dans sa nature, c’est dans ses gènes.

Pour en revenir aux schtroumpfs, il y en avait un qui m’étonnait toujours, c’était le Schtroumpf Grognon. Il disait constamment : « J’aime pas ceci, j’aime pas cela… » Donnez-lui un cadeau, et il dit « Je n’aime pas les cadeaux ». Invitez-le à une fête, et il répond « Je n’aime pas les fêtes. » Schtroumpf Grognon a toujours une bonne raison pour ne pas aimer quelque chose. Qu’aime-t-il alors ? Il aime une seule chose : il aime se plaindre. Mais dites-le lui, il vous dira qu’il n’aime pas les gens qui se plaignent. Ce Schtroumpf a un réel problème, car il ne sera jamais capable de profiter de quoi que ce soit.

 

Si vous cherchez le Schtroumpf Grognon ailleurs, vous le retrouvez (lui ou son fils spirituel) dans d’autres histoires. Vous le retrouvez sous le nom de Grincheux parmi les 7 nains. Vous le retrouvez aussi au collège ou au lycée. C’est celui qui n’arrête pas de se plaindre. Vous retrouvez toute une équipe de Grognons autour de Moïse à la sortie d’Egypte : « Le peuple murmura contre Moïse, en disant : Que boirons-nous? » (Exode 15.23-24) Vous voyez ces Hébreux sans cesse en train de murmurer, et de vouloir la peau de Moïse. Leur particularité à tous, qu’ils soient des personnes réelles ou des Schtroumpfs, c’est qu’ils ne voient jamais que le problème, et si le problème n’est pas suffisamment grand, ils vont se charger de l’exagérer. Par exemple, les tribus d’Israël avait sélectionné 12 champions de la grogne et les avaient envoyés comme espions dans la Terre Promise. Et voici le rapport qu’ils ont fait :

 

« Nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles.(…) Tous les enfants d’Israël murmurèrent contre Moïse et Aaron, et toute l’assemblée leur dit : Que ne sommes-nous morts dans le pays d’Egypte, ou que ne sommes-nous morts dans ce désert! » (Nombres 13.33-14-2)

 

Des sauterelles ! Vous imaginez, c’est comme si vous alliez avec votre équipe pour un match de basket-ball, et vous disiez avant même le début du match : « Nous sommes comme des Schtroumpfs face aux adversaires ! » Quelle attitude pessimiste ! Même s’ils sont plus grands, est-ce que pour autant abandonner est une solution ?

 

Malheureusement, la culture grincheuse n’épargne pas les chrétiens non plus. Elle dit par exemple : « De toutes façons, le pasteur est trop ceci, ou sa femme est trop cela… les musiciens ont appris la musique avec Chantal Goya… les moniteurs se croient chez les scouts… » Je me demande parfois si les gaulois ne sont pas les dignes héritiers des hébreux dans le désert : toujours à trouver ce qui ne va pas et à le faire savoir haut et fort. Ce qui est inquiétant aussi, c’est lorsque des contestataires deviennent des héros aux yeux de tous. Il y a des revendications qui sont justifiées, mais il faut reconnaître qu’on se plaint bien plus facilement qu’on ne propose des solutions ! Et puis se plaindre pour se plaindre, ça n’a jamais fait avancer les choses.

 

Combien de chrétiens aujourd’hui se trouvent dans un désert parce qu’ils ont décidé de se plaindre ? Parfois, Dieu ne bougera pas son petit doigts pour nous pousser dans le pays promis tant qu’on n’arrêtera pas de se plaindre ! On peut alors s’endurcir dans la grogne, ou alors chercher à avoir une attitude un peu plus reconnaissante. C’est seulement alors qu’on peut commencer à apprécier ce que l’on a déjà, et recevoir d’autres choses que seule une attitude reconnaissante est capable de recevoir.

 

Si tu veux sortir de ton désert, ce ne sont pas les murmures qui t’en feront sortir !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire