Seigneur, enseigne-nous à prier

Seigneur, enseigne-nous à prier

« Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples. » (Lc 11:1)

Le demandeur : un disciple (1ère réunion)

Seul le disciple trouve Jésus dans un certain lieu.

Les motivations du disciple vs la foule.

Seul le disciple peut trouver le lieu de la prière.

Il reconnaît la seigneurie de Jésus

Le lieu de la prière ne peut être trouvé que par celui qui a une juste appréciation de lui-même. La prière est une déclaration de dépendance.

La prière est un lieu de soumission : Les paroles vaines qui servent à manipuler le bras de Dieu ne fonctionne pas.

(Chant à propos : Miséricorde insondable… Jésus je viens, je viens à toi…)

(Moment d’action de grâce de l’assemblée dans lequel nous déclarons notre dépendance et notre soumission à Jésus-Christ.)

Il ne cherche pas un intermédiaire ou de raccourcie, il va directement à Jésus

Il réalise qu'il ne sait pas prier

Il y a deux manières de prier (Adolf Monod)

- L’une suppose une piété sincère ; l’autre une foi toute puissante.

- L’une demande et espère ; l’autre veut et attend jusqu’à ce qu’elle ait obtenu.

- L’une est exaucée tant bien que mal ; l’autre reçoit toujours.

- L’une cherche Dieu et le trouve ; l’autre lutte avec Dieu et triomphe de Lui.

- La première observe scrupuleusement le temps de ses dévotions journalières ; la seconde demeure à genoux des heures, un jour, toute une nuit.

- La première s’accommode du cours ordinaire de la vie ; la seconde veille, jeûne, crie, pleure, transpire du sang.

- La première est le chemin battu des fidèles, serpentant mollement dans la plaine, la seconde est la voie rude des parfaits, escaladant le rocher, soudant les précipices, rasant l’abîme.

- La première est la méthode irréprochable de tel frère ou de telle sœur ; la seconde est la méthode divine de Jacob près du torrent, de Moïse au Sinaï, de Samuel à Mitspah, d’Élie au Carmel, de Jésus au désert, en Gethsémané, en Golgotha.

- La première nous est connue depuis que nous avons connu le Seigneur ; la deuxième… « Seigneur enseigne-nous à prier ! » (Luc 11.1)

(Moment d’intercession pendant lequel nous implorons un esprit de prière sur notre propre vie et sur le peuple de Dieu)

Il intercède pour ses frères (il utilise la 1ère personne du pluriel : « enseigne-nous »)

Plus nous sommes intimes avec Jésus, plus notre cœur se portera vers notre prochain. (Ex. : Jn 2 : André et Simon)

(Chant : Jésus te confie une œuvre d’amour… Prie, agis jour après jour…)

(Moment de prière en petit groupe : Intercession pour les besoins des gens)

Il écoute

Il entend son maître prier : il est à l'écoute, être à l'écoute de Jésus démontre une attitude de soumission et développe notre désir de le connaître.

« Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j'écoute comme écoutent des disciples. Le Seigneur, l'Éternel, m'a ouvert l'oreille, Et je n'ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière. » (Es 50.4,5)

La foi vient de ce qu'on entend (Rm 10.17) : Plus nous apprenons à écouter, plus notre foi grandira.

(Moment de prière : Le leaderships de l'église : qu'il soit à l'écoute de Dieu)

La demande : Enseigne-nous à prier (2e réunion)

La prière demande une décision de la part du disciple. Le disciple a décidé de demander à Jésus. Tôt ou tard, il nous faut développer une certaine routine. Même Jésus semble en avoir développé une en allant prier tôt le matin. Il n’y a pas de discipline sans routine.

Le disciple demande un enseignement, il souhaite donc recevoir une éducation.

La prière a un aspect collectif : « enseigne-nous ». L’importance de la communion fraternelle. L’expression « les uns, les autres » dans les épîtres revient très régulièrement.

La prière c’est ce qui prend place naturellement lorsque nous rencontrons Jésus. Plus nous sommes éloignés de Jésus, plus nous négligeons notre vie de prière et notre intensité dans la prière démontre la proximité de notre relation avec lui.

Le demandé (3e réunion)

Un Seigneur : Notre besoin d’un roi

« En ce temps-là, il n'y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. » (Jg 21.25)

« Je suis errant comme une brebis perdue; cherche ton serviteur, Car je n'oublie point tes commandements. » (Ps 119.176)

« L’Éternel est mon berger… »

- Celui qui est entre les mains du Berger divin est celui qui reconnaît sa condition de brebis.

- Le disciple reconnaît qu’il a besoin de Dieu, de quelqu’un pour donner un sens à sa vie et lui donner une direction.

« Si l'Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; Si l'Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain. En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard, Et mangez-vous le pain de douleur; Il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil. » (Ps 127.1-2)

- Celui qui laisse Dieu diriger sa vie peut accomplir infiniment davantage et avec souvent moins de tracas et de confusion : « Il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil. ».

« Heureux tout homme qui craint l'Éternel, Qui marche dans ses voies! Tu jouis alors du travail de tes mains, Tu es heureux, tu prospères. » (Ps 128.1-2)

« C'est la bénédiction de l'Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d'aucun chagrin. » (Pr 10.22)

Le Seigneur : Une personne accessible

« Vers le matin, pendant qu'il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria. Simon et ceux qui étaient avec lui se mirent à sa recherche; et, quand ils l'eurent trouvé, ils lui dirent: Tous te cherchent. »

(Mar 1.35-37)

- La foule ne trouvait pas Jésus mais les disciples l’on trouvé. La différence se trouve dans la motivation de la foule et celle du disciple.

Mt 9.27-30 : Les aveugles suivent Jésus jusqu’ « à la maison »… Bien que Jésus ne réponde pas à leur requête immédiatement, il s’assure de ne pas les perdre en chemin.

Jésus, l’unique sauveur du monde

Les disciples de Jésus connaissait bien Jean-Baptiste, mais ils avaient compris comme ce dernier que « Jésus était l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jn 2.29).

« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. C'est là le témoignage rendu en son propre temps. » (1Ti 2.5-6)

« Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Ac 4:12)

(Chant à propos : Mon seul ami, c’est l’ami céleste, Jésus seul, Jésus seul…)

2 commentaires