Seule, seule, terriblement seule!

Seule, seule, terriblement seule!
Mon coeur et mon corps brûlants ont besoin de sa paix !

Parent seul ? Oui je suis parent seul, mais je suis aussi personne seule.
En plus d'avoir à assumer seule bien des choses de la vie quotidienne, je me retrouve aussi seule dans mon coeur, dans mon corps.

Après pas mal d'années de vie de couple, mon corps a vécu une véritable « torture », et je pèse mes mots.
Le soir je me couchais souvent harcelée de désirs, mon corps traversait de véritables « crises de manque ». Le corps en boule, un coussin serré contre moi, je luttais, je pleurais, je souffrais.

Mon profond désir de respecter mes principes (pas de sexe hors mariage) et toutes les « recommandations » que je mettais avec, avaient bien forme de sagesse mais n'étaient d'aucune valeur pour maîtriser les passions de ma nature humaine dans ces moments là. " La chair rend la loi sans force" (Rom.8v3)

Céder aux tentations de trouver l'apaisement par des moyens peu glorieuse laisse un vide affectif et engendre une mauvaise estime de soi sans parler de la culpabilité.
Refouler mes désirs laisse mon esprit vagabonder à des fantasmes et à des expériences imaginaires.
Alors que faire ?
Le problème me semblant purement « humain » j'ai longtemps lutté avec mes seules forces « humaines ». Tant bien que mal, je gérais, j'assumais......

Et puis la Parole m'a parlé. Elle me disait : " Dieu pourvoira à tous vos besoins" (Ph.4v19),  "Quand les justes crient, l'Eternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses" (Ps.34v18), et aussi "Par votre union avec lui, vous êtes pleinement comblés" (Col.2v10). Bref, « je peux te satisfaire » me disait Dieu ! Mais comment imaginer qu'il puisse le faire dans ce cas là ? "Je suis capable de faire pour toi plus que tu pourrais imaginer" (Eph.3v20) me répondait-il.

Alors je lui ai abandonné ce fardeau là aussi.
Ce jour-là, j'ai senti ses bras pleins d'amour autour de moi, m'entourer, me serrer sur son coeur, et mon corps s'est apaisé. Il n'a pas été un « amant virtuel », mais j'ai reçu ce soir là une conscience renouvelée de son amour pour moi.
Peu à peu, il m'a appris à "fixer mon coeur et mes pensées sur les choses d'en haut" (Col.3v1à3) et depuis, sur ce plan là, "la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, garde mon coeur et mes pensées en Jésus Christ" (Ph.4v7).

Les pensées et désirs sexuels n'ont pas disparu mais je ne les laisse pas s'installer, et je veille à ne pas alimenter le « feu ».
Son aide et son soutien me permettent de tenir la promesse que je lui ai faite tout en gardant mon équilibre émotionnel.
Et dans les moments plus difficiles, je me blottis dans ses bras, et "comme un berger porte un agneau, il me porte près de son coeur" (Es.40v11)

Bon courage à toutes et tous...........

                                                                      en partenariat avec : www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires
  • JesusKS Il y a 8 années, 3 mois

    Très bon témoignage ma soeur ! Moi aussi j'ai eu à lutter durant une année environs apres ma "conversion" (j'n'aime pas trop ce mot, j'prefere dire "accepter Jésus comme mon Seigneur et Sauver" :-S ) effectivement j'me suis fais baptiser en début juillet 2009 (etant tres jeune "convertie") et je fut délivrer en début juillet 2010. Ce qui se passait, c'est que quand j'ai décider de suivre Jésus, j'ai décider d'arreter la masturbation. Cela a durer quoi, maximum 2 semaines. La chaire en voulait autrement ! J'avais honte, me cacher de la face de Dieu, jusqu'à que je reprenne la décision de resister encore une fois. ça a durer quelques jours. Et ça a été comme cela durant un an, lutte sur lutte. Un matin, j'l'ai fais, puis j'me sentais mal comme à chaque fois. Et là, la Parole m'interpella, par la grâce de Dieu, Sauver de l'humanité, et les passages du style "Car rien est impossible à Dieu" "Je ne vous laisserez pas etre tenter au delà de vos forces" etc. Et j'ai plainement réaliser que seul Dieu pouvait m'aider, je n'avais pas à lutter. J'ai flechis les genoux, demandant misericorde à Dieu, lui rappelant sa Parole et j'lui ai dit merci de m'avoir libéré, sachant qu'il m'avait entendu. Alléluia !! Ca s'est passé comme cela environs, si mes souvenirs sont bons, mais en globalité c'est à peu pres ça. Et depuis ce jour je fut délivré, plus jamais je ne l'ai pratiqué et plus jamais je ne pratiquerais d'immoralité sexuelle. Que toute la Gloire lui soit rendu !!! Alléluia ! Nous avons reçu l'Autorité de Christ ! J'avance avec Dieu, il le faut. Et nous sommes ambassadeur mes freres et soeurs, ne l'oublions pas. Ma soeur Nicolnadege, non, pourquoi croire que tu mens ? Si tu le dis aux non-croyants, cela est normal, mais aux freres, aucunement. Sois bénie et soyez tous bénis ! Fraternellement en Christ
  • mamanybobosa Il y a 10 années, 8 mois

    merci pour ce beau témoignage.il est tout à fait naturel de ressentir ce manque.je n'aurai plus à culpabiliser mais à m'en remettre à mon Créateur qui me connait très bien
  • Marie Blanche Il y a 11 années, 3 mois

    Laurence c'est édifiant ce témoignage puisse t-il nous servir de model "Céder aux tentations de trouver l'apaisement par des moyens peu glorieuse laisse un vide affectif et engendre une mauvaise estime de soi sans parler de la culpabilité." le péché laisse toujours un vide en nous