Si votre vie est faite de journées toutes prévisibles...

Si votre vie est faite de journées toutes prévisibles...
Si votre vie est faite de journées toutes prévisibles, si elle paraît être en apparence un long fleuve tranquille, alors arrêtez-vous un instant et méditez Jean 3/8 :

" Le vent souffle où il veut et tu en entends la voix
, mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit."
Curieusement, dans ce texte, l’Esprit n’est pas opposé à la matière, mais à l’immobilisme ou à une action routinière et prévisible.

Les trois personnes de la trinité nous invitent, par leur être même, à viser autre chose que la monotonie.

Dieu dans sa création a déployé diversité et inventivité à profusion : aucun ADN n’est le même qu’un autre, chaque feuille d’arbre est différente, tous les cristaux de neige sont uniques, chaque être humain à sa propre empreinte digitale et… nous pourrions allonger l’énumération.

Jésus sur terre, a abordé chaque personne de manière personnelle; chaque malade guéri l’était d’une manière adaptée à son cas; ses réponses n’étaient ni stéréotypées, ni prévisibles.

L’Esprit produit le mouvement et la vie.
Toujours dans l’Evangile de Jean, au chapitre 7/37-39, il est parlé des fleuves d’eau vive qui couleront du sein de celui qui croit en Jésus. Et il est précisé que ces fleuves d’eau vive c’est l’Esprit .

Cette image évoque le surgissement de la vie, l’enthousiame, le débordement de la joie, la volonté de se tourner vers les autres. Tout sauf la monotonie ou l’immobilisme.
Il y a un excès dans ces fleuves qui coulent: c’est l’excès de la vie. Jésus nous appelle à un excès d’amour.

La monotonie peut endormir, voire tuer une vie de couple ou de famille. Si nous avons un souci authentique de l’autre, l’Esprit travaille en nous. Il nous pousse à l’extraversion, à rencontrer les attentes de l’autre.

Demandons à l’Esprit en nous de nous inspirer des manières nouvelles et inédites d’être et de nous comporter, pour rejoindre notre conjoint, nos enfants dans leurs aspirations profondes.

Commençons par des choses toutes simples :
Une table joliment décorée pour le dîner (avec des serviettes en papier et quelques cailloux ou morceaux de verres… on peut faire des merveilles pour peu cher), un petit bouquet cueilli (ou acheté) et apporté le soir, une bougie, une musique, un jeu en famille avant d’aller se coucher… Provoquons la surprise, sortons de nos stéréotypes, de nos routines, réfléchissons à ce qui peut faire plaisir !

Aimer l’autre, c’est construire quelque chose avec lui. Construire une complicité, ça demande du temps et de la persévérance.

Comprendre l’autre est le résultat d’un travail et d’une conquête.
Utilisez l’amour qui est en vous pour vous mettre au service des autres. Celui qui est rempli de l’Esprit de Dieu devient compréhensible et serviable : ainsi il rejoint l’autre dans ses besoins, dans son appel.






Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires