Sur les traces de Jésus

Sur les traces de Jésus

Dernièrement, nous avons revu un film retraçant la destinée de Jésus, de sa naissance à la croix du calvaire.

Ce qui m’a beaucoup marqué, c’est l’amour merveilleux (que je connais) de notre Sauveur. Ici, Il va transformer l’eau en vin, lors d’un mariage, à Cana. Il est dit que le vin manquait (Jean 2.1-11). C’était un déshonneur pour les jeunes mariés. Le premier miracle est intervenu. Plus loin, Il rencontre un aveugle, et lui demande : « Que veux-tu que je fasse ? ». Surprenant. L’aveugle répondit : « Que je recouvre la vue ! ». Jésus le fait. Puis, je vois notre Seigneur bien aimé, se diriger vers Gadara. Là un homme possédé et tourmenté va être libéré. Je le vois aussi rencontrer une femme adultère que les religieux voulaient lyncher. Jésus la relève en lui disant : « Va et ne pèche plus » (Jean 8.11).

Plus loin, alors que le soleil du midi est au zénith, une femme samaritaine vient puiser de l’eau. Jésus lui demande à boire, ce qui est étonnant pour ses contemporains, car il adresse la parole à une femme étrangère, alors qu’un homme juif ne s’adresse jamais à une femme, surtout une samaritaine. Jésus lui révèle pourtant son passé, lui parle de son présent, et lui propose de « l’eau vive » pour l’avenir, et qui pourra réellement la restaurer. Elle retourne à son village et raconte qu’un homme lui a révélé ce qu’elle était : « Ne serait-ce pas le Messie ? » (Jean 4.29) . Elle venait de le rencontrer.

Je vois aussi Jésus devant une foule affamée, qui a beaucoup marché, et Jésus est ému de compassion. Avec cinq pains et deux poissons, il accomplit le miracle de la multiplication. Puis je le vois, avec quelle tendresse, prendre les petits enfants dans ses bras. Quel amour le Seigneur manifeste.

Puis, dans le temple, à un moment donné, il voit une pauvre veuve qui a mis dans le tronc ce qu’elle avait. Il fustige les pharisiens, parce qu’il connaît leurs pensées.

Qui a touché le bord de mon vêtement ? Les disciples sont surpris, il est entouré par la foule, et cependant, « une force est sortie de Lui » (Marc 5.30) Faible et tremblante, elle a saisi la grâce et a été guérie.

Plus loin, Jésus est invité chez Simon le lépreux. Une femme arrive. Elle n’est même pas invitée. Elle répand un parfum de grand prix sur la tête de Jésus, et essuie les pieds de Jésus avec ses cheveux. Les disciples, encore une fois, ne comprennent pas. Mais Jésus leur dit : « elle a fait tout ce qu’elle a pu » (Marc 14.8). Quelle délicatesse de la part du Seigneur.

Combien de récits démontrent la compassion dont Jésus fait preuve. Jusqu’au douloureux calvaire. Et là encore, alors qu’il souffre le martyr, il remet Marie, sa mère, aux bons soins de Jean.

Que dire aussi du sacrifice que Jésus a consenti sur la croix, pour me sauver, pour te sauver. Quel amour infini !

Ô Seigneur, donne-nous d’être remplis de compassion, sensibles aux besoins de notre prochain, quel qu’il soit, quel que soit son rang social, et donne-nous de manifester un des fruits de l’Esprit les plus précieux : l’Amour.
Que nous puissions répandre un peu de cette compassion pour cette foule affamée, désespérée, marchant sous le poids de lourds fardeaux. Et que dire de nos contemporains, avec la crise que nous traversons actuellement.

Que notre joyeux sourire soit un baume pour ceux qui soupirent, pour consoler leurs coeurs.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire