Un fromage …

Un fromage …
Ne m'as-tu pas coulé comme du lait ? Ne m'as-tu pas caillé comme du fromage? Job 10.10

Job nous parle du mystère de la chimie du vivant dans des termes du quotidien : le lait, aliment contenant de précieux nutriments, la présure, coagulant d'origine animale ou végétale, dont l'action permet de donner une forme personnelle à ce qui n'en avait pas.

Dans cette analogie avec la conception d'un être humain, David dira plus tard : « Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient. » (Psaume 139.16). Quelle vérité profonde et belle que la vie qui se développe dans le ventre maternel, et ce dès le premier jour !

Elle est déjà le centre des soins du Dieu vivant et vrai, Créateur et Gardien de la vie.
A chaque stade, l'embryon, le fœtus, le nouveau-né, l'enfant, l'adulte, Dieu agit pour le bien de sa créature.

Et si la souffrance et l'incompréhension viennent se loger pour un temps en nous, comme ce fut le cas pour Job, rappelons-nous que le Dieu qui nous a donné la vie physique est aussi celui qui nous maintient en vie, celui qui nous suit chaque jour de notre cheminement terrestre, celui qui conduit toutes choses à bonne fin pour ceux et celles qui l'aiment.

S'il faut parfois crier vers le Dieu Très-Haut, s'il faut chercher un refuge jusqu'à ce que la tempête passe (Psaume 57), soyons assurés que nous sommes entre les mains de Dieu, qu'il travaille pour notre bien, qu'il nous façonne, qu'il nous prépare à sa rencontre, au ravissement de notre âme.

Pour faire du fromage, après la formation de la masse et la séparation du petit lait, il faut encore bien des étapes.
Il faut affiner ce qui a commencé et qui doit se poursuivre afin d'acquérir une texture particulière, des saveurs et des arômes personnels. Le sel et les ferments naturels, petit à petit, produisent une heureuse maturation qui fera le goût, en plus de l'apport de ce qui est nécessaire au corps.
Tout cela est contrôlé, dirigé, mené à bien, par le fabricant qui aime à former un bon produit.

N'en est-il pas de même, spirituellement, pour le croyant ?
Né de nouveau, amené à la vie éternelle par une merveilleuse opération de l'Esprit Saint, il doit se laisser modeler par son Sauveur qui, utilisant le sel de sa Parole et les ferments des difficultés du quotidien, n'a de cesse de soigner ses rachetés afin qu'ils tendent vers la maturité qui réjouit le cœur de Dieu et celui des hommes.

D'autre part, comme il y a, à partir d'un même lait, différents fromages, selon les techniques employées, il y a diversité de serviteurs et servantes, le divin Affineur respectant ce que nous sommes tout en œuvrant au but qu'il s'est fixé.

L'affinage spirituel est nécessaire. Il donne son goût à chaque étape et permet de parvenir à l'état de croyants aguerris, de ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal (Hébreux 5.14), de ceux qui finissent par offrir des fruits mûrs.
 

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • FB.fassoujacques.loua Il y a 5 années, 3 mois

    Merci Homme de Dieu pour ce message si profond,sois béni au nom de Jésus christ.Ma prière est que l'affineur divin,m'affine et me donne une forme,un caractère et une qualité spirituelle selon son bon plaisir au nom de Jésus Christ.Amen !!!
  • jeanmarie19 Il y a 5 années, 3 mois

    Essayons, comme pour le fromage, d'affiner notre spiritualité tous les jours envers Notre-Seigneur, demandons lui le discernement, la Sagesse pour lui offrir des fruits mûrs.