Une prière juste et véritable

Une prière juste et véritable

Il est un élément fondamental dans la vie quotidienne du chrétien : c’est la prière. Nombreux sont les versets qui y font référence dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament. La vie et les paroles de Jésus en furent l’exemple majeur de son importance. Ainsi en Matthieu -après son sermon sur la montagne- Jésus nous exhorte à ceci :

« En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés » (Matthieu 6,7- NEG).

Le terme employé en grec et traduit par « vaines paroles », a été traduit également par bavardage, rabâcher ou encore bafouiller révélant ainsi la difficulté à laquelle on se confronte face à cet apax (verbe, mot employé une seul fois dans la bible) du Nouveau Testament. Malgré son sens incertain, Jésus a voulu condamner une attitude de prière précise qu’il pouvait aisément observer chez les païens.

En disant cela, Jésus ne condamne d’aucune manière les prières répétitives car lui-même n’a-t-il pas prié, au jardin de Gethsémané, en répétant à quelques nuances prêt les mêmes mots. Non, ce dont Jésus parle ce sont toutes prières constituées de mots dénués de sens, une prière faite sans que notre pensée soit sollicitée.

En d’autre terme, ce que Jésus réclame de nous c’est que, lorsque nous prions, nous soyons totalement présents lors de ce face à face avec lui. La prière ne devra donc pas être machinale car c’est alors qu’elle risque de devenir hypocrite, mais devra être emprunt de sincérité et réfléchie.

Dans un monde qui nous offre toutes les distractions pour ne pas vivre notre relation à Dieu à travers la prière, ne réduisons pas, nous chrétien, le sens de cet acte relationnel.

La prière que Jésus réclame se devra donc de solliciter toute notre attention, toute notre réflexion, tout notre cœur et toute notre passion. Ne confondons pas de tels instants avec les instants ou nous pouvons adresser quelques paroles à Dieu tout en accomplissant d’autres tâches. Bien que de tels moments contribuent à entretenir notre dialogue à Dieu et notre relation, cela ne peut être qualifié d’instants de prière. Car Jésus réclame notre présence totale et entière.

Il est également une chose importante à comprendre : la prière doit le résultat naturel de la connaissance que l’homme a de sa filiation divine. Elle ne peut être un flux de paroles sans fin : N’oublions jamais, qu’au travers de notre prière nous nous adressons à notre créateur (Père), à notre sauveur (Jésus) et à notre consolateur (Saint Esprit).
Alors si nous voulons voir nos prières se réaliser et que la vie de ceux qui nous entourent et le monde, soit bouleversés : que notre présence soit consciente et totale.

J’aimerais vous laissez avec cette citation :

« Les croyants ne prient pas en vue d’informer Dieu de ce qu’il connaîtrait pas, de l’encourager à faire son devoir ou de le persuader de vaincre ses réticences. Au contraire, ils prient pour se stimuler à le chercher, pour exercer leur foi en méditant ses promesses […] ; en un mot pour déclarer qu’en lui seul ils espèrent et qu’en lui seul ils attendent, pour eux même et pour autrui, toute bonne chose ». Jean Calvin

9 commentaires