Ah, cette brèche !

Ah, cette brèche !

LEA : Lire Genèse 29:15-30

Triste histoire, Léa la femme mal-aimée, une femme qui a tout fait pour attirer son mari vers elle, mais rien n’a changé. Elle a eu des enfants, et chacun d’eux fut pour elle un cadeau d’amour qu’elle faisait à son mari. Ella a dû passer des nuits à pleurer sur son oreiller en pensant à cet homme qu’elle aime tellement, des nuits courtes, car ses pensées ne la laissaient pas dormir. Chaque fois qu’elle tombait enceinte, j’imagine la joie et l’espérance qui l’envahissaient.

Nous ne savons pas grand-chose sur elle, mais certainement Léa était une fille qui manquait d’amour. Depuis son enfance, la bible nous dit qu’elle avait « les yeux fragiles », probablement un strabisme. Etait-elle moins aimée par son père, tous les compliments allaient-ils vers sa sœur, la belle Rachel ?
Son père a du tricher pour la donner comme épouse à Jacob (personne ne voulait se marier avec elle !?), la jeune fille avait sûrement des sentiments pour Jacob, mais elle ne s’imaginait pas être un jour son épouse, et là sans le savoir, un soir elle se voit envoyée au lit de Jacob, à la place de sa sœur.

Imaginez-vous les sentiments contradictoires qui devaient l’envahir : joie de devenir l’épouse de celui qu’elle aimait en secret et tristesse de se savoir utilisée comme un lot d’échange à la place de sa sœur… Le lendemain n’a pas dû être facile à supporter pour cette jeune fille. Rien que de penser à la réaction de Jacob en voyant son épouse, j’éprouve de la tristesse pour elle.

La suite de l’histoire nous dit qu’elle a donné des enfants à son époux, et chacun d’eux était un élan d’espoir, une façon de chercher à être aimée par son mari, un cadeau d’amour pour lui. Mais rien n’a fait changer les sentiments de Jacob, il aimait plus Rachel. Quatre beaux enfants qui ont été à l’origine des tribus d’Israël, puis elle a arrêté d’enfanter.

Quel bon récit pour nous montrer que le manque d’amour, d’attention, crée en nous une brèche qui vient nous enquiquiner la vie durant, si nous ne réalisons pas qu’elle existe.

Des amitiés, des couples sont mis à rude épreuve à cause de ces sentiments, qui nous font chercher l’amour de l’autre : nous VOULONS être aimée, même quand l’autre ne veut rien de nous.
Nous avons tendance à tout accepter des autres car nous les aimons. Les paroles, gestes et actions des autres nous ne les voyons pas, car à trop vouloir être aimés, nous devenons aveugles.

Léa a fait trois enfants toujours dans l’attente d’être aimée par Jacob, c’est seulement à sa quatrième grossesse qu’elle a compris que ça ne valait pas la peine de faire, encore, un tel cadeau à Jacob car jamais il ne l’aimerait comme elle l’attendait depuis longtemps. C’est à ce moment-là qu’elle a compris que ce qui comptait par-dessus tout c’était la louange de son cœur pour Dieu, car Il l’avait comblée dans sa vie de mère en lui donnant ses enfants.

Quel grand don le Père nous accorde avec nos enfants. Nous pouvons même vivre seules, divorcées, délaissées, ignorées et affronter tous les problèmes de la vie quotidienne pour nos enfants. Une famille unie, un bon travail, un futur serein, ce sont des dons de Dieu pour celles qui ne connaissent pas encore cette joie d’être mère.

Voilà ce que Léa a réalisé, et sa vie a changé car elle n’a pas eu besoin de chercher encore à faire un cadeau à son époux, pour attirer son attention sur elle, l’amour de l’Eternel lui suffisait et elle n’avait plus besoin de combler cette brèche car Dieu l’avait fait.

En amitié, (en amour) c’est pareil, parfois nous apprécions beaucoup certaines personnes, et nous leur accordons une place importante dans nos vies, si elles viennent chez nous, elles sont reçues avec tout l’amour que nous leurs portons, car elles sont précieuses à nos yeux.

Malgré des commentaires blessants ou des réponses dures, des mails sans réponse ou le barrage de la secrétaire qui vous dit « elle est sortie ! (il est sorti)» nous continuons à les aimer et à faire preuve de notre amour avec des attentions particulières, on sait ce qu’elles (ils) aiment, alors à chaque occasion qui se présente nous lui apportons un présent, car nous voulons leur faire plaisir, on appelle cet acte le « langage de l’amour ».
Ce n’est pas pour acheter leur amitié, (amour), mais simplement pour manifester notre amitié, l’amour que nous avons pour elles (pour lui). Avec le temps nous devenons tristes car nous voyons que cette amitié n’est pas réciproque, et que finalement nous ne sommes pas dans la case « amie », (future épouse), mais dans celle de  « connaissance »,  (petite amie), qui n’implique pas une relation plus profonde.

Mais grâces soient rendues à notre Père, car Il nous ouvre les yeux un jour en nous montrant que ces sentiments-là, cette brèche qui est ouverte depuis tellement d’années, peuvent être comblés par son amour. Plus besoin de chercher à être aimée, car Son amour peut tout combler, et il est suffisamment grand pour le faire au-delà de notre attente

Apprendre à refouler ces sentiments de « mal aimée » nous amènera à mieux comprendre l’amour du Père pour nous, à mieux réaliser tous les cadeaux qu’Il nous accorde dans sa grâce. Nous devons bénir ces amitiés, connaissances et les laisser partir sans amertume, sans pleurs.
Ce n’est plus notre affaire, c’est l’affaire de Dieu, car lui nous guidera vers ceux qui deviendront nos véritables amis, ou notre futur époux.
Allons, plus de tristesse, fermez cette page de votre vie et repartez avec la certitude du plan de Dieu pour vos vies, car il a préparé de bonnes choses pour nous, à Lui seul la gloire.

Une prière :

Merci Seigneur de me montrer
Cette brèche qui me fait souffrir.
Merci de la combler par ton amour.
Merci de m’aimer.
Fais-moi comprendre chaque jour
L’immensité de ton amour pour moi.
Amen




Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

27 commentaires