Avec mon Dieu TOUT est vraiment possible !

Avec mon Dieu TOUT est vraiment possible !
Rien n'est impossible à Dieu. Luc 1:37

J'ai passé presque toute mon enfance à une altitude de 6 mètres au-dessus du niveau de la mer ! L’océan était à quelques dizaines de kilométres et en hiver quand la Charente débordait, elle s’étalait à perte de vue. Tout ça pour vous dire que le ski (je pense à un comique très connu) n'était pas le sport départemental !

Alors la glisse, très peu pour moi ! Jeune adulte j'ai fait quelques essais de ski de descente puis de ski de fond, et tout allait bien jusqu'au moment où ça descendait, même juste un petit peu. Alors là catastrophe, angoisse, perte de repères … En résumé je déteste parce que je suis trop mal à l'aise. Pas grave me direz-vous. C'est vrai mais …

J’habite depuis des années en Limousin, une région de France magnifique où presque toutes les routes tournent et retournent, allez-donc savoir pourquoi, et montent et descendent à n'en plus finir. On a tout le loisir et le plaisir d'admirer le paysage, les forêts, les dizaines de lacs et d'étangs … De ma fenêtre j'aperçois au loin des petites montagnes qui culminent à 600 m d'altitude. La vue est magnifique, surtout quand il a bien neigé. Le seul problème c'est pour circuler.

Pendant très longtemps j'ai eu une peur horrible de glisser sur du verglas et d'avoir un accident. En effet j'avais un jour cassé un cardan en m’arrêtant brutalement contre un trottoir car la route en pente glissait. Il y a maintenant une dizaine d'années, je contemplais d'un air désespéré la petite route qui sortait de chez moi : elle était recouverte d'une bonne quinzaine de centimètres de neige verglacée, très dure, et je devais absolument aller faire des courses pour nourrir ma petite famille. Si j'avais été seule, c'est sûr, je serais restée chez moi ! J'aurais mangé des conserves, même si ce n'est vraiment pas ce que je préfère.

Alors j'ai prié : Seigneur j'ai vraiment peur, et pourtant je dois absolument y aller, alors je te demande ton secours et j'y vais. J'ai réussi à descendre la côte avec le cœur battant très fort. Arrivée en bas près de la grande route dégagée, je me suis arrêtée et j'ai regardé derrière moi. J'ai béni le Seigneur de tout mon cœur. J'étais aussi fière qu'un enfant qui vient d'écrire son nom pour la première fois. Alors j'ai fait demi-tour, j'ai remonté la côte et je suis descendue une deuxième fois ! Je jubilais presque. Je n'ai pas noté la date, mais je me rappelle de ce jour comme si c'était hier.

Aujourd'hui même paysage, même route très enneigée et verglacée devant chez moi. J'ai repoussé le moment d'aller faire les courses, mais la température entre moins dix et moins vingt ne me permettait pas de croire que le soleil arriverait à dégager la chaussée avant un certain nombre de jours … Alors je me suis décidée et je suis toujours aussi reconnaissante au Seigneur de m'avoir (presque !) guérie de cette peur du verglas.

Je vous rassure tout de suite, j'ai fait de plus grosses courses, avec l'intention très évidente de ne pas ressortir les jours suivants !

J'avais à cœur de vous faire partager ce sujet de reconnaissance, pour vous encourager.

Seigneur tu es vraiment le maître de l'impossible et tu prends vraiment soin de chacun de nous. A toi soit toute la gloire !


PS : Pour moi c'était le verglas, mais pour vous, en Afrique par exemple, ça peut être un autre sujet : n'ayez crainte, le Seigneur sait tout et il peut tout. Nous pouvons en toute confiance nous attendre à lui !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

11 commentaires