Esclave de Naaman

Esclave de Naaman

À l'époque du prophète Elisée, Naaman est le chef des armées de Benhadad, roi de Syrie. Il jouit d’une grande estime de la part du roi parce qu’il a sauvé son pays. Mais cet homme fort et vaillant est lépreux, et n’espère aucun remède à sa triste maladie. (2 Rois 5.1-19)

À ce moment-là, la Syrie et Israël ne sont pas en guerre à proprement parler. Il s’agit plutôt de razzias ponctuelles des deux côtés, comme le faisaient les Philistins au temps des Juges, pour s’emparer de récoltes ou kidnapper des femmes et des hommes pour les réduire en esclavage.

C'est ainsi qu'au cours d'une de ces campagnes, une petite fille israélite est faite prisonnière et se retrouve esclave de la femme de Naaman. 

Nous ne savons rien de cette jeune fille, si ce n'est qu'elle est humiliée, exilée dans un pays étranger, séparée de sa famille qui a peut-être été massacrée. 

Naaman est gravement malade et certainement que sa lèpre devait probablement peser lourd dans le fonctionnement de sa maison. La jeune esclave, dépourvue de tout, connaît le Dieu de ses pères et ses commandements. Et avant de servir les hommes, elle sert Dieu qu'elle connaît comme "un Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité qui conserve son amour jusqu’à mille générations". 

Plutôt que d'avoir de la rancune et de la haine, plutôt que de chercher à se venger de ceux qui sont la cause de son malheur, elle manifeste la compassion et la bonté de Dieu. Elle fait, bien avant l'heure, ce que Jésus demande à ses disciples de faire, c'est-à-dire d'avoir compassion de tous les hommes, de pardonner et même d'aimer nos ennemis.

Elle obéit à Dieu plutôt qu’aux hommes et elle pense à Lui plutôt qu’à elle-même.

Alors elle prend la parole et dit à sa maîtresse : " Oh ! Si mon seigneur était auprès du prophète qui est à Samarie, le prophète le guérirait de sa lèpre" ! Et c'est ce que Naaman va faire. Il se rend auprès du prophète Elisée qui après diverses péripéties lui indique le chemin de la guérison.

Le prophète Esaïe dit : « Qui est aveugle, sinon mon serviteur, et sourd comme mon messager que j’envoie ? Qui est aveugle, comme l’ami de Dieu, aveugle comme le serviteur de l’Eternel ? ».

Trop souvent nous sommes impressionnés par ce que nos sens perçoivent et c’est au travers de notre culture, nos projets, notre vécu ou encore ce que nous espérons que nous réglons nos attitudes, nos pensées, nos paroles.

La jeune servante de Naaman avait bien des raisons de ne rien dire. Elle n’a pas pensé à elle-même et à l’épreuve de sa vie, elle a regardé à Dieu qui demande d’aimer tous les hommes, d’avoir de la compassion et de ne pas juger.

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Quelle leçon pour chacun de nous…

Le résultat ? Naaman devient témoin de l’Éternel dans son pays et la situation de la jeune servante a sans doute changé à partir de cette heure, parce qu’elle a obéi à la Parole de Dieu.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires