Quatre hommes…

Quatre hommes…

Les Pharisiens font partie d'une organisation religieuse sectaire qui met fortement l’accent sur l’observance pointilleuse de la loi coutumière. Les docteurs de la loi et les scribes qui la constituent majoritairement sont en opposition ouverte avec une autre secte judaïque, les Sadducéens, qui sont plutôt des notables issus de la bourgeoisie, disposés à composer avec l'envahisseur romain.

Les Pharisiens et les Sadducéens ne s'apprécient pas. Ils ont des conceptions différentes de l'observation de la Torah et ils sont même parfois en opposition sur des points de doctrine comme la résurrection des morts. Il y a donc d'un côté ces organisations religieuses qui détiennent le pouvoir moral et spirituel en Israël. Et d'un autre côté, le pouvoir militaire qui appartient aux Romains. Puis il y a le peuple soumis aux religieux et haïssant les Romains.

C'est dans ce contexte que Jésus accomplit son ministère terrestre. Il est en Galilée. Il enseigne et fait de très nombreux miracles. Sa réputation s’est étendue dans tout Israël. La foule est admirative ; les religieux sont dubitatifs et deviennent de plus en plus hostiles.

Ce jour-là, la foule est immense, les Pharisiens et les docteurs de la loi sont venus de toutes parts pour écouter Jésus. L’endroit où il se tient est bondé. Quatre hommes portant un paralytique se présentent à la porte de la maison. Alors qu’ils ne sont pas concernés dans leur propre chair, ces quatre hommes montrent une grande détermination pour apporter ce malade à Jésus. Il devait certainement y avoir une histoire d'amitié très forte entre eux, mais nous ne savons rien d'autre sur ces hommes. L'Évangile est focalisé sur Jésus, la gloire est à lui seul et non aux hommes, aussi remarquables soient-ils. (Marc 2)

Comme ces quatre hommes veulent absolument présenter le paralytique à Jésus et qu'ils ne peuvent entrer dans la maison, ils en font le tour, se hissent avec leur précieux fardeau sur le toit en terrasse, et de là descendent dans le lieu où est Jésus. 

Il leur faut de la détermination et du courage pour arriver à leur fin. Aussi l’Évangile fait-il hautement l’éloge de leur foi et plus que cela, de leur acte de foi qui est conforme à ce qu'ils croient.

Si la foi est importante aux yeux du Seigneur, l’acte de foi l'est plus encore.

L'apôtre Jacques dit que " La foi sans les œuvres est morte, la foi sans les actes de la foi est inutile ". Jacques 2.17

La majorité des gens qui nous entourent sont des paralytiques spirituels. La Bible va encore plus loin puisqu’elle les qualifie de morts. Ce sont des morts-vivants paralysés par tout ce qui fait leur vie et les encombre. En conséquence, ils sont incapables d’une démarche rationnelle en direction de Dieu. Il faut alors des hommes qui les portent aux pieds de Jésus à l’image du paralytique porté par ses compagnons.

Comment se transportent les paralytiques aujourd’hui ? Par la prière, le témoignage, l’accompagnement, la fidélité dans la relation, la bonté et l’amour. 

Jésus nous demande de manifester toutes ces vertus dans nos relations avec les autres, seul moyen de les gagner à l’Évangile.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires