COLLABORER AVEC DIEU

COLLABORER AVEC DIEU
1) INTRODUCTION.
1 Corinthiens 3 /9: ⇒ "Ouvriers" ou "collaborateurs", "compagnons d'œuvres".
Le mot grec désignant ces termes a donné en français: "Synergie" ⇒ "Action conjointe d'éléments, matériels ou non, qui forment un tout organisé concourant au même résultat et dont l'interaction augmente le potentiel."

A partir de cette définition, on peut effectuer l'analogie spirituelle suivante: travailler en collaboration authentique induit une réalité de synergie impliquant des personnes (Jésus et Son disciple) qui sont unies et dont les actions sont bien orchestrées (Un tout organisé).
Elles poursuivent un même but et atteignent la réussite (Même résultat) avec efficacité (Augmente le potentiel).
Il ne s'agit donc pas d'une relation esclave/maître.
En effet, le chrétien peut tomber dans le piège de faire les choses pour Dieu, d'accomplir un service principalement par devoir, par obligation, pour espérer être aimé et recevoir l'approbation ou la faveur divines.
Nous sommes plutôt invités à découvrir et à cultiver une communion Père/fils (fille), ce(te)-dernier(ère) servant Jésus de tout son cœur dans l'amour et l'harmonie.


2) EXEMPLES DE COLLABORATION ENTRE DIEU ET L'HOMME.

a) Exode 3 /7-10 ⇒ Le texte précise l'attention de Dieu pour Son peuple, Son désir de le sauver de l'esclavage.
Le verset 8 souligne la future intervention libératrice du Seigneur.
En même temps, la bible affirme que Moïse conduira le peuple et l'affranchira.

Question: qui a réellement agi pour délivrer Israël ? Moïse ou Dieu ?
Réponse: l'Eternel par le moyen de Son serviteur, au travers d'une collaboration étroite et intime.
Ainsi, on réalise que Jésus peut, dans Sa souveraineté et Sa seigneurie, intervenir seul, sans intermédiaire humain. Mais Son désir et Son plan sont de travailler avec Ses disciples.
Il convient donc d'éviter de formuler des prières au travers desquelles on demande au Seigneur de se manifester alors que l'on reste dans la passivité. Il est important d'intercéder pour les malades, les personnes isolées chez elles ou en maison de retraite et de solliciter
Jésus pour qu'Il les visite, mais il est essentiel d'être disponible pour les rencontrer soi-même.
Bien évidemment, cela est à recevoir dans l'équilibre, car plusieurs sont impliqués et actifs dans l'église.
Le Seigneur ne va pas leur demander d'être partout et de monopoliser tous les services.

b) Nombres 10/29-32 ⇒ Le chapitre 9 du livre des Nombres nous apprend que l'Eternel dirigeait Israël dans le désert par une colonne de nuée qui se déplaçait dans la journée.
Dans ces conditions, pourquoi chercher à s'attacher les services d'un éclaireur ?
Tout simplement parce que l'action de Dieu est à associer avec celle de l'homme.
Ainsi, dans le désert, le peuple Hébreu était orienté par la nuée (Symbole de l'Esprit dans la vie du croyant) et par les commandements donnés au Sinaï (Symboles de la Parole de Dieu pour le chrétien. Cependant, la part du Seigneur était associée à celle de Moïse qui a pris des initiatives, des décisions, effectué des choix dictés par le bon sens, la logique, l'évidence, ces éléments étant en harmonie avec la volonté de Dieu.

c) Nombres 13 /1 ⇒ L'ordre de l'Eternel consiste à envoyer des espions en Canaan avant la conquête pour faire un état des lieux du pays et des forces en présence.
Cette précaution était-elle vraiment utile, car le Seigneur n'avait-Il pas promis de donner cette contrée à Son peuple ?
Ce passage montre que la part de Dieu ne remplace pas celle de l'homme qui est invité à entreprendre des actions dans la foi et l'obéissance au plan du Seigneur.

d) Actes 9/15; 1 Corinthiens 15/10; 2 Corinthiens 3 /5 ⇒ Des régions entières ont été évangélisées et le Saint-Esprit a manifesté Sa puissance en collaboration avec l'apôtre Paul qui s'est montré disponible entre les mains de son Maître et qui a été ainsi rendu capable d'accomplir des œuvres glorieuses.


3) RECONNAITRE LA PART DE DIEU ET CELLE DE L'HOMME.
Le Seigneur ne fait pas tout ⇒ Matthieu 28/19 emploie des mots d'actions entreprises par les hommes : "Allez";"Faîtes".
Concernant la nécessité de démarches pour trouver un emploi, un logement, le besoin d'ouvrir la bible, de s'arrêter pour se consacrer à la prière… Jésus ne fera pas notre part.

Le disciple n'est pas appelé à remplacer le Saint-Esprit ⇒ Jean 16 /8.
Par exemple, c'est l'Esprit qui convainc les hommes de péché, qui les amène à la repentance, qui opère la régénération dans le cœur, qui change en profondeur la vie des gens. Ceci n'est pas l'œuvre du disciple.
Travailler efficacement avec Dieu consiste à concevoir l'idée biblique d'une collaboration entre 2 associés unis et intimes qui connaissent leur champ d'action et respectent celui de l'autre.


4) UNE COLLABORATION DANS LE PRESENT.
Tous les jours, il s'agit de laisser le Seigneur se former en nous; Jean 3/30; Proverbes 23/26.

2 Corinthines 3 /18:
"Et nous tous qui, le visage dévoilé, reflétons la gloire du Seigneur, nous sommes transfigurés en cette même image, avec une gloire toujours plus grande par le Seigneur, qui est Esprit".

Le visage dévoilé peut être malheureusement voilé quand l'intelligence est obscurcie car la personne s'est rendue coupable en s'entêtant dans ses raisonnements, en fermant volontairement et consciemment son cœur. C'est un refus délibéré de se laisser éclairer, convaincre et de se soumettre.

Exemple de Pharaon qui endurcit 6 fois son cœur. A partir de la 7éme c'est Dieu Lui-même qui exerce un jugement en l'endurcissant. Mathieu 13/14.

Pour refléter la lumière comme un miroir, il est nécessaire d'être placé dans la présence de cette source lumineuse, face à elle. De façon analogue, pour réfléchir la présence, la gloire de Dieu, le chrétien est convié à rechercher l'intimité de son Seigneur.
De plus, le verset souligne une réalité de transformation personnelle.
En effet, collaborer avec Jésus commence par se placer avec un cœur ouvert dans Sa présence (Louange, prière, méditation, étude de la bible, réflexion sur les Ecritures)
Cette démarche ouvre la porte à l'action de métamorphose du Seigneur dans nos vies.

Question pour chacun et chacune: voulons-nous nous donner les moyens d'entrer dans une collaboration plus étroite, plus profonde avec Jésus ?
Souhaitons-nous Le contempler pour pouvoir ensuite Le refléter, aimer davantage Sa présence et rechercher Ses directions ?


5) UNE COLLABORATION DANS UNE PERSPECTIVE D'AVENIR.

Ephésiens 2/10 ⇒ Dans l'Eglise, les croyants ne sont pas tous au même niveau concernant les œuvres (Il ne s'agit pas de différence de valeur, d'importance de personnes ou de hiérarchie)

1) Certains n'ont pas encore découvert les œuvres auxquelles Dieu les destine.
Il n'y a pas de culpabilité à avoir, il s'agit simplement de les rechercher patiemment en s'attendant à la grâce divine.

2) D'autres ont compris quels sont leurs dons, leurs talents, mais ils ne les font pas valoir ou ils ne remplissent pas les conditions bibliques pour les mettre en œuvre.

3) Certains sont entrés dans le dessein de Dieu pour leur vie, mais ils sont dans l'attente d'une évolution, d'une nouvelle dimension spirituelle ou orientation.

4) D'autres peuvent en toute humilité avoir le discours de Paul : 2 Timothée 4 /8.
C'est-à-dire : "j'ai accompli les œuvres que tu m'as demandées, j'ai suivi les indications de Ton Esprit dans mon cœur".

Une remarque: cette déclaration de personnes arrivant au crépuscule de leur vie ne les fait pas mourir ! De plus, le Seigneur peut très bien proposer d'autres sphères d'activités adaptées à la situation de l'enfant de Dieu.

La collaboration avec le Seigneur doit également s'inscrire dans une vision d'avenir car Jésus veut Se glorifier dans Son Eglise pour atteindre les multitudes de perdus et toucher des catégories de personnes peu atteintes par l'évangile (Sidéens; handicapés; alcooliques; délinquants; les victimes de viol, les suicidaires…)

Il est important d'avoir la vision de se former en fonction de ce que le Seigneur place sur le cœur. Ceci passe par la nécessité d'effectuer des investigations personnelles, de consacrer du temps, de l'argent parfois, de renoncer momentanément à certains loisirs

Avoir une vision éclairée de la collaboration avec Dieu concernant les bonnes œuvres.

Ces-dernières appartiennent à 2 catégories distinctes:

1) Les mauvaises sont celles qui ne sont pas en harmonie avec l'évangile, avec la pensée divine. Elles peuvent être entachées de péché.
D'autres œuvres ne sont pas mauvaises ou néfastes en elles-mêmes, elles peuvent être louables. Cependant, elles ne sont pas bonnes pour le disciple concerné car il n'a pas été appelé à manifester ces actions. C'est le cas de chrétiens qui sont actifs mais qui ne sont pas à leur place (Ils prennent celle que Dieu a destinée à un autre) ou qui accomplissent un service acceptable sur un plan moral mais que le Seigneur ne leur a pas demandé. Il peut en résulter une certaine satisfaction personnelle. Dieu, dans Sa grâce qui ne dépend pas des choix des hommes, bénit éventuellement. Cependant, le fruit porté ne sera jamais à un niveau de qualité attendu par Jésus, et des récompenses dans le ciel manqueront.

2) Les bonnes correspondent au désir du Seigneur et elles sont mises en pratique par les disciples que Jésus a sollicités. Ephésiens 2/10.
Avoir la perception que l'Eglise n'est pas encore ce qu'elle est appelée à être. Le Seigneur collabore avec Ses enfants dans le présent et travaille le cœur de ceux qui sont disponibles en vue d'une collaboration future efficace.
3 commentaires
  • fleurdesiles2 Il y a 6 années, 11 mois

    Amen amen! Magnifique message. Merci :)
  • sistamalik971 Il y a 7 années

    Tout simplement AMEN. Merci Seigneur pour ton serviteur et pour cet outil qui nous permet d'être enseigné. A toi seul soit la Gloire aux siècles des siècles. Amen
  • Essodina Djato Il y a 7 années

    Collaborateurs de Dieu et non du diable. Entre Dieu et sa créature il est établi une collaboration active et dynamique en vue d'accomplir une oeuvre merveilleuse toute particulière. C'est vrai que Dieu dans sa souveraineté pouvait agir seul pour accomplir ses projets mais dans son amour infini il désire associer l'homme afin de lui rendre utile. Entre Dieu et son chef d'oeuvre il existe en quelque sorte une complicicité positive.On peut conclure en conséquence que "Sans Dieu l'homme ne put rien faire et sans l'homme Dieu ne le fera pas" Aussi, dans le cas contraire le diable dans ses basses besognes ne fait rien sans associer l'homme. Je voudrais attirer notre attention sur ce second aspect afin que nous restions éveillé et vigilent pour ne pas devenir des collaborateurs ou des instruments entre les mains du diable. Soyons des collaborateurs de Dieu et travaillons en synergie avec le Saint Esprit pour accomplir la volonté de Dieu en vue du Salut de toute l'humanité.