L'OPPOSITION AVANT LA BENEDICTION (2)

L'OPPOSITION AVANT LA BENEDICTION (2)

 1) SITUATION DANS LA VIE DE JESUS. 

 
Jésus a élaboré des projets pendant l'exercice de Son ministère pour témoigner de Son œuvre de salut. Parmi ceux-ci, le Seigneur a souhaité un jour traverser le lac de Tibériade afin de se rendre dans la région de la Décapole. Marc 4 : 35-36.

Il parcourait toutes les villes de la Judée et de la Galilée. Son désir était de révéler l'amour du Père à tous. C'est pourquoi Paul a précisé que le salut divin est proposé à tous les êtres humains sans exception : jeunes, adultes, aînés, personnes en situation de précarité, érudits, cadres supérieurs, blancs, noirs… Jean 3 : 16; 1 Timothée 2 : 4. 
 
Une terrible tempête s'est abattue sur le lac au point de mettre en péril les embarcations.
Marc 4 : 37-38. La bourrasque était certainement impressionnante car les disciples ont été pris de panique. Il convient de considérer que plusieurs parmi eux étaient des pêcheurs professionnels ayant l'habitude de naviguer sur le lac. Marc 1 : 16-20. 
 
L'ennemi s'est toujours opposé au Seigneur. Il L'a séduit, tenté, éprouvé pour le faire chuter et L'empêcher d'accomplir Sa mission en faveur de l'humanité. Matthieu  4 : 1-11.

Jésus est remonté au ciel dans la présence du Père. Actes 1 : 9-11. Il a ensuite envoyé Son Esprit afin de qualifier les chrétiens, de les perfectionner, de les remplir de la puissance divine pour qu'ils poursuivent Son œuvre.
Actes 1 : 8; Romains 12 : 6-8; 1 Corinthiens 12 : 1-11; 12 : 27-31.

Ainsi, chaque disciple membre de l'Eglise a un ou plusieurs rôles à jouer sur cette terre dans le cadre du service divin. Ephésiens 2 : 10; Tite 3 : 8.
Le chrétien est un acteur en puissance investi de la plus belle des missions : participer à la croissance et au développement du royaume de Dieu en fonction de l'appel divin, de ses capacités et de ses aptitudes. 
 
Ainsi, lorsqu'un disciple de Jésus s'implique avec consécration, zèle, amour et foi pour servir son Seigneur, il est béni et utile. Son travail porte du fruit et réjouit le cœur de Dieu.
Matthieu  25 : 19-21; 1 Corinthiens 15 : 58. Satan peut entreprendre alors des actions pour le décourager et le déstabiliser afin de le freiner ou de le stopper dans son engagement.
Luc 22 : 31-32. Ce passage dévoile les projets malsains du diable dans ce sens.

Jésus n'a jamais affirmé à Pierre avoir totalement empêché l'adversaire d'agir ou d'intervenir. Mais Il a intercédé en faveur de l'apôtre pour le fortifier dans sa foi et lui permettre ainsi de triompher de toute adversité.

De la même manière, les chrétiens zélés pour le Seigneur ne sont pas immunisés contre les épreuves. Néanmoins, ils sont assurés de Son secours, de Son soutien et de Sa puissance pour surmonter les difficultés et poursuivre leur implication efficace en faveur de la croissance de l'œuvre de Dieu.
 
Quand un croyant est éprouvé, cela ne signifie pas automatiquement qu'il est consacré et bouillant pour Dieu. En effet, certaines souffrances s'abattent sur sa vie car elles sont tout simplement en rapport avec sa condition terrestre. Ainsi, les chrétiens comme les incroyants sont exposés aux problèmes liés à la vie sur terre.

D'autres épreuves se présentent sur son chemin pour le réveiller d'une profonde léthargie spirituelle, pour le conduire à se repentir de son péché ou pour lui apprendre un enseignement. Job 33 : 19; 36 : 15; Psaume 32 : 3-4.

Des difficultés sont le fruit et les conséquences du péché, de la désobéissance à la Parole de Dieu ou de mauvaises orientations dans la vie.
Genèse 13 : 10-13; 19 : 15-38; 2 Samuel 12 : 13-14.
Un croyant charnel prisonnier de son péché ne doit donc pas croire que le malheur dans son existence est la preuve de sa haute spiritualité !
 
Face à la tourmente, Jésus est intervenu de manière puissante et glorieuse. Marc 4 : 39. Il a réellement tout pouvoir sur la nature, sur la maladie, sur les forces ténébreuses et même sur la mort. Esaïe 53 : 5; 1 Corinthiens 15 : 55-57; Colossiens 2 : 15. Grâce à Son action, la traversée a pu se poursuivre. Les barques ont accosté sur l'autre rive. Marc 5 : 1. Puis, un homme s'est présenté. Il était tourmenté à cause de sa possession démoniaque.
Marc 5 : 2-10. Le Seigneur l'a totalement libéré. Marc 5 : 11-17. Ensuite, il est retourné vers sa famille pour reprendre une vie normale et témoigner de sa transformation grâce à Jésus.
 
Cette succession d'événements nous éclaire sur une réalité spirituelle. Le Seigneur avait un projet de bénédiction et une œuvre à accomplir dans le pays des Gadaréniens. C'est la raison pour laquelle il a entrepris de traverser le lac. Des éléments déchaînés ont failli faire échouer ce projet. Mais le Fils de Dieu a déployé Sa puissance pour écarter l'obstacle. Il a ensuite délivré le possédé. L'objectif divin a donc été atteind malgré les empêchements.
 
Les Evangiles montrent Jésus enseigner et agir au milieu de la foule. Lors d'une multiplication des pains, plusieurs milliers de personnes ont bénéficié du miracle. Matthieu  14 : 13-21. Mais l'épisode relaté par Marc révèle que le Seigneur a su prendre le temps nécessaire pour rencontrer une seule personne.

Ainsi, Dieu souhaite sauver l'humanité entière et toucher le cœur de plusieurs milliards d'individus. Il S'intéresse également à chacun d'entre nous de manière spécifique. Il a un plan pour le monde, Il a aussi un plan pour l'assemblée et pour chaque personne présente ce matin.

Il est le Dieu de l'infiniment grand et Celui de l'infiniment petit. Il S'occupe de la destinée des nations. Il est captivé par la vie de chacun.
 
La délivrance du possédé de Gadara a eu bien évidemment un impact extrêmement positif sur sa propre vie. Les répercussions ont été bien plus larges. En effet, cet homme a suivi la recommandation de Jésus : il a partagé à sa famille son expérience. Mais il est allé bien au-delà puisque toute la région de la Décapole a entendu son témoignage. Marc 5 : 18-20

Ainsi, le diable se doutait probablement qu'une œuvre glorieuse se préparait. Une tempête s'est abattue mais le Seigneur l'a domptée pour accomplir Son plan.

Ces principes spirituels se retrouvent dans la vie du disciple comme pour l'église : le Seigneur entreprend de réaliser Son œuvre malgré les obstacles et les empêchements. 
 
 
2) SITUATIONS DANS LA VIE DE PAUL.
 
Le Seigneur a conduit Paul et Barnabas sur l'île de Chypre. Actes 13 : 4-5. Le texte précise bien le rôle du Saint-Esprit qui a favorisé cette direction. Un proconsul romain a émis le souhait d'entendre l'Evangile. Dieu a préparé le terrain pour qu'un homme soit mis au contact des apôtres et reçoive ainsi la vie éternelle. Mais l'ennemi a suscité un obstacle par l'intermédiaire d'un individu maniant la magie pour empêcher l'œuvre divine de se réaliser. Actes 13 : 6-8. 

Comme dans le cas précédent, on note les mêmes principes : le Seigneur a un projet. Il y associe des hommes zélés et consacrés. Mais une opposition surgit pour contrecarrer la réalisation divine.
Si l'ennemi a une certaine puissance, notre Dieu est tout-puissant !

Lors de la traversée du lac de Tibériade, Jésus a agi seul pour écarter l'épreuve. Les disciples ont été spectateurs car ils n'étaient pas encore pleinement conscients de leurs responsabilités et de la puissance de leur foi. Dans la situation de Paul et Barnabas, l'intervention divine s'est produite par le moyen des apôtres. Actes 13 : 9-11.

Ils n'ont pas attendu passivement que le Seigneur intervienne. Ils ont agi eux-mêmes et sont parvenus à écarter l'obstacle. La puissance du Saint-Esprit s'est répandue et le Seigneur a triomphé.

Elymas le magicien a été réduit à l'impuissance. Le proconsul s'est converti. Le plan divin s'est réalisé. Actes 13 : 12.

Ce passage confirme que Dieu travaille avec des hommes et des femmes remplis de foi et consacrés. Marc 16 : 20; Act 14 : 3; 1 Corinthiens 3 : 9.

La foi déplace effectivement les montagnes qui se présentent sur le chemin de l'église pour empêcher le plan de Dieu de s'accomplir. Il pourrait agit seul sans aucune intervention humaine.

Le Créateur Maître et Seigneur de tout n'a pas besoin de l'aide ou de l'assistance de Sa créature pour agir. Néanmoins, dans Sa grâce, Il a choisi d'associer Ses disciples pour la réalisation de Ses objectifs. Ainsi, la réussite du projet du nouveau local est étroitement liée à la foi et à l'implication réelle de l'assemblée.

Les obstacles sont normaux : l'ennemi veut empêcher l'église d'entrer dans une nouvelle dimension, il s'oppose à ce que les incroyants se convertissent plus tard dans le futur lieu de culte, il ne supporte pas qu'une belle œuvre divine se prépare.
 
Plus tard, Paul a été conduit par le Seigneur dans un autre projet : apporter le témoignage de l'Evangile dans la capitale de l'Empire. Actes 23 : 11. Une certaine naïveté serait de croire que l'apôtre a pu atteindre Rome sans encombre et parler du Seigneur sans aucune difficulté. Or, la réalité est toute autre. Son parcours souligne une nouvelle fois un principe spirituel : le Seigneur a un projet, Il associe un ou plusieurs disciples ou une église qui rencontrent de l'opposition.
 
La navigation sur la méditerranée a été particulièrement tumultueuse. La description nous montre des conditions terribles. Même des marins chevronnés ont été impuissants face au déchaînement des forces de la nature. Actes 27 : 9-20. Le désarroi et l'impuissance ont conduit les hommes à perdre tout espoir d'être sauvés.

Si Paul avait perdu la vie lors de cette traversée, le projet divin aurait échoué. Mais Dieu veille sur Son œuvre. Il a envoyé un ange pour fortifier et rassurer l'apôtre. Actes 27 : 23-25. Celui-ci devait se rendre à Rome pour accomplir sa mission au nom du Seigneur. Rien ni personne ne pouvait l'empêcher.
 
La suite de récit prouve une nouvelle fois que Dieu était à la manœuvre pour contrôler la situation. Parfois, lorsque les événements sont contraires, lorsque la tempête fait rage dans une vie, on peut être tenté de croire que tout est perdu. L'incompréhension, le doute, la colère, l'impuissance, les sentiments d'abandon et d'échec dominent le cœur.
1 Rois 19 : 3-4; Job 7 : 1-21; Psaume 22 : 2-3.

Mais le Seigneur a sauvé tout l'équipage qui s'est échoué sur une île. Les habitants de la contrée ont ensuite porté secours aux naufragés qui ont plus tard pu embarquer à destination de Rome. Actes 28 : 1-14. 

Le Seigneur a fixé les limites à la tempête et l'a ensuite calmée. De la même manière, Il détermine les limites de l'épreuve dans la vie des croyants. Il S'est engagé à ce que la force de la difficulté ne surpasse pas les capacités humaines et spirituelles. 1 Corinthiens 10 : 13.

De plus, Il a utilisé des moyens humains pour manifester le secours dont l'équipage avait besoin. Actes 28 : 2.

Une des méthodes divines consiste à utiliser des hommes et des femmes disponibles pour secourir Ses enfants et accomplir Son œuvre.

L'Eglise est appelée à être constituée de chrétiens bénis déterminés à bénir les autres, consolés pour consoler les autres, guéris pour guérir les autres, délivrés pour délivrer les autres, encouragés pour encourager les autres, vivant la grâce de Dieu pour conduire les autres à la découvrir personnellement.
 
Des tempêtes se sont abattues dernièrement sur plusieurs vies au travers de la maladie et de problèmes personnels. Cela fait partie de l'opposition qui vise à empêcher la réalisation du plan divin pour l'église.

La position des membres de l'assemblée doit être la foi pour croire que le Seigneur va accorder du succès au projet du nouveau local. La consécration dans la prière et le jeûne, la communion fraternelle vont aider les frères et sœurs affectés par des problèmes graves à tenir bon au sein de l'ouragan.

En effet, la solidarité fraternelle et la foi sont des armes efficaces pour faire reculer l'adversaire et permettre à l'œuvre de Dieu d'avancer. Luc 4 : 13; Actes 14 : 19-20.

Lors de son séjour à Rome, Paul a pu témoigner de sa foi à des multitudes. Actes 28 : 30-31. C'est dans ce cadre que le Saint-Esprit l'a inspiré pour écrire plusieurs lettres du Nouveau Testament (Epîtres aux Ephésiens, Philippiens, Colossiens et Philémon) Ces écrits fortifient et encouragent les chrétiens du monde entier.

Le plan divin s'est réalisé au-delà de ce qu'on pouvait imaginé ou concevoir. Ephésiens 3 : 20. Concernant la future église, Dieu sait à quel point elle sera un instrument de bénédiction pour la région. A nous de saisir cette réalité par la foi.
 
12 commentaires