Le combat

Le combat

Lecture : Ephésiens 6 : 10-17; 2 Timothée 4 : 7-8. 

1) REALITE DU COMBAT POUR LE CHRETIEN.

 

² Quand on vient à Jésus et qu'Il devient le Sauveur de notre âme et le Seigneur de notre vie, on vit la dimension du pardon divin, de la grâce, l'assurance de la vie éternelle (une vie qui ne prendra jamais fin dans la présence de Dieu, mais également une vie de qualité, d'abondance devant la face du divin berger), on bénéficie de la présence du Maître, de son soutien, de sa consolation, de sa paix. On vit également des guérisons, des délivrances…

² 2 Corinthiens 5 : 17 Þ il s'agit d'une vie réellement nouvelle en Jésus.

² Le jour où le croyant prend le baptême, il s'engage à suivre le Seigneur, à l'aimer, à le servir, à lui confier sa vie. De plus, au travers de l'immersion, il effectue une véritable déclaration de guerre à Satan et Lui annonce en réalité être déterminé à ne plus le suivre, à ne plus être une marionnette entre ses mains, à ne plus faire sa volonté, et à lui tourner le dos.

² Quand 2 armées s'affrontent et que des éléments d'une troupe passent à l'autre camp, l'état major qui constate les pertes entreprend les mesures nécessaires pour capturer ses soldats, les convaincre de revenir, les punir, voir les éliminer. Quand un homme, une femme, un jeune, un vieillard passe de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière, il change de camp. Actes 26 : 18. Le nouveau croyant provoque alors des réactions chez l'ennemi qui n'a jamais accepté sa conversion, d'où la réalité de souffrances, de tentations, de séductions, d'attaques visant les enfants de Dieu.

² Dans ses épîtres, Paul emploie un vocabulaire particulier :"combat" : 2 Timothée 4 : 7 "J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi."; "soldat" : 2 Timothée 2 : 3 "Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus-Christ"; "adversaire" : 1 Pierre 5 : 8 "Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera."; "armes" : Ephésiens 6 : 10 " Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable".

2) LE COMBAT INTERIEUR.

² Romains 7 : 18-24; Galates 5 : 17. La conversion, la régénération ne suppriment pas la vieille nature. Elles ne transforment pas non plus la nature humaine en nature divine. Le jour où le chrétien n'est plus soumis à sa propre nature, c'est qu'il a atteint sa patrie céleste. La nouvelle naissance par contre apporte la nature de Jésus dans le croyant.

² Tous les jours, nous sommes confrontés à des choix :

1) Celui de suivre les tendances de la chair, de sa volonté propre. Les décisions sont prises uniquement en fonction du raisonnement, de la logique et de la sagesse humaine, des sentiments ou des émotions, ou même des aspirations du corps.

2) Celui de suivre les désirs de l'Esprit au travers de décisions personnelles prises en harmonie, en accord avec la volonté du Seigneur.

² L'Esprit parle à la conscience, par le moyen des Ecritures, des dons spirituels, d'un conseil, d'un évènement…Job 33 : 14 Þ "Dieu parle tantôt d'une manière, tantôt d'une autre…"

² Il existe des domaines de la vie où choisir de se soumettre aux indications, aux souhaits de l'Esprit est devenu relativement facile car ce-dernier a effectué une œuvre de transformation, de délivrance remarquables. Ainsi, la chair n'a plus la prédominance (Exemple de personnes ayant été libérées de l'alcool, du tabac, du mensonge, de la malhonnêteté, de l'infidélité, de traits de caractères négatifs…) Ces bien-aimés ne vivent plus dans ces péchés, non pas principalement parce qu'il ne faut pas les pratiquer, mais parce qu'ils n'enont plus envie. Ces éléments ne font pas l'objet d'un combat particulier. Le Seigneur a déposé dans le cœur de ses enfants des aspirations, des désirs nouveaux.

² Par contre, concernant d'autres domaines, décider de ne pas suivre ses penchants naturels, ses désirs personnels, ses sentiments pour se soumettre volontairement à la Parole du Seigneur peut demander de livrer un combat âpre, douloureux qui occasionne des souffrances.

 

 

² C'est ce genre de difficulté que rencontre par exemple le célibataire qui veut rester fidèle aux Ecritures. C'est la situation du disciple qui choisit de pardonner, de supporter le (la) conjoint(e) inconverti(e), d'aimer les personnes désagréables de son entourage (non pas en ronchonnant, en critiquant, en calomniant mais de bon cœur)

² Marcher par l'Esprit, ce n'est pas seulement louer Dieu pendant le culte et parler en langues dans la journée, c'est aussi accepter cette notion de combat, la réalité de l'opposition entre le moi charnel et l'Esprit dans le cœur du chrétien et choisir de façon déterminée de se soumettre au Seigneur dans ses pensées, ses paroles, ses actes.

 

 

3) LE COMBAT EXTERIEUR.

 

² Nous avons tous des ennemis intérieurs en relation avec notre vieil homme, mais nous sommes également confrontés à un ennemi extérieur : Satan. 1 Pierre 5 : 8.

² Ainsi, la bible rappelle que notre adversaire n'est pas le mari inconverti, ni le collègue de travail, ni le frère ou la sœur qui a peut-être des opinions, des avis, des idées différentes des nôtres (et pas forcément plus mauvaises !) Notre ennemi n'est pas l'enfant de Dieu que l'on ne comprend pas ou qui s'est éventuellement trompé.

² 2 Timothée 4 : 7. Paul évoque le bon combat. Il en existe donc un mauvais quand on se trompe d'adversaire.

² Notre opposant commun possède plusieurs cordes à son arc pour décourager les enfants de Dieu, les conduire à abandonner la foi, à se refroidir dans la consécration, à vivre une vie charnelle.

² Citation de Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France : "La vérité est que nous sommes dans une guerre et avons un ennemi qui rode comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. La guerre prend des formes différentes. Comme un bon stratège, notre ennemi adapte ses tactiques au terrain et aux possibilités qui se présentent. Dans beaucoup de pays, son arme principale est la persécution (…) L'autre tactique est la séduction. C'est comme un nuage de gaz qui envahit le champ de bataille et qui endort le soldat. Il ne fait pas de bruit, il ne fait même pas mal, mais avec cela la victoire est assurée. La force de la séduction, c'est que les soldats eux-mêmes oublient qu'ils sont dans une bataille. Ce sont les soucis du monde et la séduction des richesses qui deviennent leur préoccupation principale."

² Sans être de la même nature et sans avoir une dimension comparable à celle agissant dans certains pays, la persécution se manifeste également au milieu de nous sous forme de rejet, d'intimidation, de harcèlement, de haine.

² Pour nous prévenir des risques de la séduction, Paul nous encourage à "nous affectionner aux choses d'en haut et non à celles qui sont sur la terre". Colossiens 3 : 2; Mathieu 6 : 33.

² Le seigneur a communiqué un jour une vision de l'ensemble des croyants à un chrétien. Il a aperçu 3 camps :

1) Dans le premier, les croyants étaient tous blessés, prisonniers de la peur, de la dépression, de la condamnation, c'est-à-dire de la culpabilité. Les plus faibles trébuchaient et tombaient. Dès qu'ils étaient au sol, d'autres prisonniers se mettaient à les frapper. (Cela fait penser à tous les coups donnés par le moyen de la langue avec laquelle on peut meurtrir profondément )

2) Dans le deuxième camp se trouvaient des gens de nature différente. Ils avaient l'air exagérément heureux, comme drogués. Ils s'amusaient, chantaient, festoyaient. Ils ne croyaient pas à la guerre et de toute façon, le Seigneur ne permettrait pas qu'il leur arrive malheur. Ils étaient dans une paix et une joie parfaites. (Ce sont des bien-aimés qui ne saisissent pas la réalité du combat et dont la vie est orientée vers les choses de la terre en mettant exclusivement l'accent sur la grâce de Dieu)

3) Un troisième groupe regroupait des chrétiens dont une petite partie avait revêtu toute l'armure : Ephésiens 6 : 13-17. Ils étaient nombreux à n'en avoir qu'une ou deux parties. Certains n'en avaient même pas du tout. La plupart de ceux qui portaient leur armure entière ne tenaient cependant qu'un petit bouclier qui ne suffirait pas à les protéger. En outre, la majorité de ces soldats étaient des femmes et des enfants… Et faute de formation, seulement une minorité de ceux qui avaient revêtu l'armure complète savaient l'utiliser.

Le Seigneur souhaite ouvrir nos yeux sur ces réalités bibliques, afin que nous fassions partie de ceux qui combattent le bon combat en ayant revêtu toutes les armes spirituelles.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires