Comment aider quelqu'un à développer de bonnes habitudes spirituelles

Comment aider quelqu'un à développer de bonnes habitudes spirituelles

La méthode la plus pratique et la plus puissante pour aider les croyants à avancer vers la maturité spirituelle est de les aider à instaurer des habitudes qui favorisent la croissance spirituelle.

A Saddleback nous préférons le terme d'habitudes spirituelles à celui de 'discipline' spirituelle, c'est moins impressionnant pour les nouveaux croyants.

Même si nous enseignons que le fait d'être disciple demande une certaine discipline, nous croyons que ces habitudes devraient être une joie plutôt qu'une souffrance. Nous ne voulons pas que les gens aient peur de ces exercices spirituels qui vont les muscler et les aider à se développer.

On ne peut pas parler de caractère sans parler d'habitudes. Le caractère s'exprime par la façon dont on agit habituellement. Par exemple, si vous êtes honnête seulement une partie du temps ou uniquement lorsque vous choisissez délibérément de l'être, vous ne pouvez pas revendiquer l'intégrité comme qualification de votre caractère.

Etre intègre signifie être toujours honnête. C'est une habitude. On n'y pense même pas. Si on vous pose une question ou si la caissière vous rend trop de monnaie, votre réaction est d'être toujours honnête.

Bien sûr, il y a des douzaines de bonnes habitudes à développer lorsque nous croissions vers la maturité. Mais quand j'ai fait notre programme pour le Cours 201 j'ai passé pas mal de temps à réfléchir sur quelles sont les habitudes indispensables à acquérir pour pouvoir grandir.

Quelles sont les exigences minimales ?

Quelles sont les habitudes qui donnent naissance à toutes les autres ?

En y réfléchissant je retombais chaque fois sur les habitudes qui influencent notre emploi du temps, nos finances et nos relations. Lorsque Christ règne dans ces trois domaines Il est vraiment Seigneur de ma vie – donc nous visons particulièrement ces trois domaines dans notre Cours 201.

Cours 201: 'Découvrir la maturité spirituelle' vise la mise en place de quatre habitudes de base pour le disciple : l'habitude de passer du temps dans la Parole de Dieu; l'habitude de prier; l'habitude de donner la dîme; et l'habitude de la communion fraternelle. Ceci a comme fondement des paroles de Jésus pour définir ce qu'est un disciple : un disciple est attaché à la Parole (Jean 8.31-32); un disciple prie et porte du fruit (Jean 15.7-8); un disciple n'est pas possédé par ce qu'il possède (Luc 14.33); et un disciple manifeste de l'amour envers les autres croyants (Jean 13.34-35).

Après avoir enseigné le quoi, le pourquoi, le quand et le comment de ces quatre habitudes, le cours fait découvrir des moyens pratiques pour mettre en place et maintenir beaucoup d'autres habitudes. Le cours se termine par la signature de l'Alliance pour la Maturité, qui est de la taille d'une carte de crédit.

Concevoir un Programme Equilibré d'Education Chrétienne.

Je crois qu'il existe cinq dimensions à la croissance spirituelle : la connaissance, la perspective, la conviction, les aptitudes et le caractère. 

La Connaissance de la Parole.

Pour préparer un programme de croissance spirituelle il est nécessaire de se poser deux questions : Qu'est ce que les gens savent déjà ? et Qu'est ce qu'ils ont besoin de savoir ?

Une église qui s'est développée surtout par une croissance biologique (la conversion des enfants des membres) ou par transferts a probablement beaucoup de membres avec une bonne connaissance de base de la Bible. Mais dans une église qui cherche à atteindre des non-pratiquants l'enjeu est différent. Vous ne pouvez pas présumer que vos nouveaux membres connaissent quelque chose de la Bible. Il faudra commencer tout à la base.

Lors d'un de nos services mensuels de baptême, nous avons baptisé 63 nouveaux membres dont un ancien bouddhiste, un ancien mormon, un homme d'origine juive et une ancienne religieuse catholique ! Si vous ajoutez à ce tableau quelques personnes du Nouvel Age et quelques véritables païens, vous obtenez un drôle de mélange avec lequel travailler. L'analphabétisme biblique est quasi la norme parmi les non-croyants. Ils ne reconnaissent même pas les plus fameux personnages ou histoires de la Bible.

Tom Holladay, qui a dirigé pendant quatre ans notre Equipe pour la Maturité, m'a raconté une récente conversation avec un tout nouveau croyant qui luttait avec plusieurs épreuves dans sa vie. Tom lui a fait lire Jacques 1 et expliqué les objectifs derrière les épreuves. L'homme semblait satisfait.

Mais comme il s'apprêtait à quitter le bureau de Tom il disait "Je croyais que peut-être ces épreuves étaient le résultat de certains pêchés dans une autre vie". Tom s'est rendu compte que l'homme avait besoin de bien plus qu'une explication sur les épreuves ! Il fallait lui acquérir une vision biblique sur la vie.

Dans ce domaine de la connaissance l'église doit organiser régulièrement des cours bibliques pour les nouveaux croyants ainsi que des cours d'exploration de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Bien que tous les livres de la Bible sont importants, à Saddleback nous voulons que les membres comment par l'étude de cinq livres qui forment le "noyau" avant de s'aventurer dans d'autres études. Ces livres sont la Genèse, L'Evangile selon Jean, les épîtres aux Romains, Ephésiens et l'épître de Jacques.

La Perspective.

La perspective permet de comprendre quelque chose parce qu'on le regarde depuis un cadre de référence plus grand. C'est la possibilité de voir la relation entre les choses et de juger de leur importance en les comparant.

Dans le sens spirituel, cela veut dire regarder la vie depuis le point de vue de Dieu. Dans la Bible, des mots tels que "intelligence", "sagesse" et "discernement" réfèrent tous à la perspective. Le contraire de la perspective est "cœur endurci", "aveuglé" et "insensible".

Psaume 103.7 dit "Il (Dieu) a manifesté ses voies à Moïse, Ses oeuvres aux enfants d’Israël". Le peuple d'Israël a vu ce que Dieu a fait mais Moïse a compris pourquoi Dieu le faisait. Voilà la différence entre la connaissance et la perspective. La connaissance c'est apprendre ce que Dieu a dit et fait. La perspective, c'est comprendre pourquoi Dieu l'a dit ou fait.

La perspective répond aux "pourquoi" dans la vie.

La Bible dit que les non-croyants n'ont pas de perspective spirituelle (1 Cor. 2.14). Ainsi, un manque de perspective est un indicateur pour l'immaturité spirituelle (1 Cor. 3.1-2, 13.11, 14.20). A maintes reprises Dieu se plaignait du manque de perspective de la part d'Israël. Beaucoup de prophètes ont réprimandé cette faiblesse (Esa. 44.18, Jér. 4.22, Michée 4.12).

A l'opposé, avoir de la perspective est une preuve de maturité spirituelle. Hébreux 5.14 dit "Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal". Il y a plein d'avantages à apprendre à voir les choses depuis la perspective de Dieu. Je vais juste en nommer quelques uns.

La perspective fait que nous aimons Dieu davantage. Plus nous comprenons la nature et les voies de Dieu, plus nous L'aimons. Paul priait "...vous serez aussi à même, dans la communion avec les autres chrétiens, de sonder toutes les dimensions du plan de Dieu pour vous, et de réaliser combien long, large, profond, élevé est l’amour du Christ" (Eph. 3.18 PVV)

La perspective nous aide à résister à la tentation. Lorsque nous regardons une situation depuis le point de vue divin nous réalisons que les conséquences à long terme d'un péché sont bien plus importantes que les plaisirs immédiats que ce péché peut nous procurer. Sans perspective nous suivons nos désirs naturels. "Telle voie paraît droite à un homme, Mais son issue, c’est la voie de la mort" (Prov. 14.12).

La perspective nous aide à traverser les épreuves. Lorsque nous avons la perspective de Dieu sur notre la vie, nous nous réalisons qu'effectivement "…toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu" (Rom 8.28) et que "si votre foi résiste à l’épreuve, celle-ci produit la persévérance" (Jacq 1.3 BFC). La perspective était une des raisons qui ont permis à Jésus de supporter la croix (Heb. 12.2). Il pouvait regarder plus loin que la souffrance en voyant la joie qui Lui était réservée.

La perspective nous protége de l'erreur. Plus que jamais en nos jours les chrétiens ont besoin d'être fondés sur la vérité. Nous vivons dans une société qui rejette la vérité absolue et qui considère que toutes les opinions sont d'égale valeur. Le pluralisme a créé une culture de confusion. Le problème n'est pas tant que notre culture ne croit en rien mais plutôt qu'elle croit tout. Le syncrétisme et non le scepticisme est notre plus grand ennemi. La perspective est l'antidote.

Jérémie 3.15 dit que des bergers selon le cœur de Dieu s'occupent du troupeau avec sagesse et perspective. Il en résulte des croyants solides comme un rocher. "Car il ne faut pas que nous restions toujours de petits enfants, ressemblant à ces esquifs ballottés par les flots et entraînés ça et là par chaque coup de vent, c’est-à-dire chaque doctrine en vogue; que nous soyons à la merci d’hommes instables et sans scrupules qui, par leur art de présenter leurs inventions mensongères, cherchent à entraîner les autres dans les séductions de l’erreur" (Eph 4.14 PVV)

Le programme à Saddleback pour enseigner la perspective s'appelle Perspectives de Vie. C'est une théologie systématique écrite par mon épouse Kay et Tom Holladay. Perspectives de Vie traite douze doctrines essentielles du christianisme.

Les Convictions

Les dictionnaires définissent la conviction généralement comme une opinion ferme ou une certitude. En réalité la conviction est bien plus que cela. Les valeurs, les engagements et les motivations s'incluent dans les convictions. J'aime la définition donné un jour par Howard Hendricks : "Sur des croyances, on discute. Pour des convictions, on est prêt à mourir !" Nos convictions déterminent notre conduite. Elles nous motivent à agir de certaines façons.

Quand nous devenons chrétiens, nous faisons la plupart du temps certaines choses parce que les chrétiens autour de nous le suggèrent ou sont notre modèle. Vous pouvez prier, lire la Bible, être présent à des réunions parce que les autres nous montrent l'exemple. C'est bon ainsi pour des nouveaux chrétiens. Les petits enfants apprennent de cette façon. Mais en grandissant il vaut mieux connaître la raison pourquoi l'on fait ce qu'on fait. Ces raisons deviennent des convictions. Des convictions bibliques sont indispensables pour la croissance et la maturité spirituelle.

Un des plus grands succès dans les années 80 était "Karma Chameleon" de Boy George. La phrase clef disait tout :"Je suis un homme sans conviction". Malheureusement cela est représentatif pour beaucoup de gens de nos jours. Leurs valeurs sont troubles, leurs priorités sont embrouillées et leurs engagements pas nets. James Gordon a dit : "Un homme sans conviction est aussi faible qu'une porte qui ne pose que sur une charnière".

Une personne sans conviction flotte sur les circonstances. Si vous ne décidez pas ce qui est important et comment vous allez vivre, les autres vont le décider à votre place. Une personne sans conviction est molle comme une méduse, le type d'individu qui suit la foule sans réfléchir. Je crois bien que c'est de convictions que Paul parlait quand il disait " Ne vous coulez pas simplement dans le moule de tout le monde. Ne conformez pas votre vie aux principes qui régissent le siècle présent; ne copiez pas les modes et les habitudes du jour. Laissez-vous plutôt entièrement transformer par le renouvellement de votre mentalité" (Rom 12.2 PVV).

L'église doit enseigner les convictions bibliques pour contrecarrer les valeurs de ce monde auxquelles les croyants sont constamment exposés. Un vieux dicton dit : "Si vous ne tenez pas ferme pour une opinion précise, vous tomberez pour n'importe quelle opinion. C'est ironique de voir que de nos jours les gens ont parfois de fortes convictions sur des sujets de faible importance (le foot, la mode, etc.) alors qu'ils n'ont que de faibles convictions au sujet de ce qui est important (ce qui est bien, ce qui est mal).

La conviction nous aide à être diligent pour notre croissance spirituelle. La croissance demande du temps et de l'effort. Sans des convictions au sujet de la croissance les gens se découragent et abandonnent. Personne ne persiste dans une tâche difficile sans la conviction qu'il existe une bonne raison pour s'y atteler. Une église peut apprendre aux gens comment prier, étudier la Bible et témoigner mais si elle le fait sans pour autant communiquer les convictions correspondantes, les gens ne continueront pas sur ce chemin.

Savoir ce qu'il faut faire (la connaissance), pourquoi il faut le faire (la perspective) et comment il faut le faire (aptitudes) est sans valeur tant que vous n'avez pas de conviction qui vous motive à le faire !

Les personnes qui ont eu le plus grand impact dans notre monde, que ce soit en bien ou en mal, étaient tous des gens avec des convictions fortes et profondes. Ils n'étaient pas forcément les plus intelligents, les plus riches ou les mieux éduqués, mais ce sont leurs convictions qui les ont mis en mouvement pour faire bouger des choses. Marx, Bouddha, Mahomet, Colomb, et De Vinci sont juste quelques unes de ces personnes qui ont changé ce monde par leurs convictions.
 
La vie de Jésus était dominé par sa conviction d'être envoyé pour faire la volonté du Père. Ceci a produit une conscience de l'objectif de sa vie telle que cela lui empêchait d'être distrait par les agendas des autres. Etudiez les passages où Jésus utilise la phrase "il faut que…" afin de distinguer Ses convictions. Lorsque les gens développent des convictions semblables à celles de Christ, ils développent par la même occasion un sens de l'objectif de la vie.

La conviction a quelque chose d'attirant. Ceci explique le succès des sectes. Leurs croyances sont erronées et parfois même illogiques mais ils y croient avec une conviction tellement intense. Au contraire, les églises sans convictions nettes et fortes n'attireront jamais les gens à ce niveau d'engagement que Christ mérite. Il nous faut enseigner et prêcher avec conviction.

En 1943, cent mille jeunes gens dans des chemises marron ont rempli le stade de Munich en Allemagne, le stade le plus large du monde en ce temps. Avec leurs corps ils ont formé un message pour l'homme fanatique qui se tenait sur le podium. Le message disait : "Hitler, nous sommes à toi".

Leur engagement leur a permis de conquérir l'Europe. Des années plus tard, un groupe de jeunes étudiants chinois s'est engagé à mémoriser et vivre la philosophie d'un petit livre rouge, Les Citations du Président Mao. Cela a donné la Révolution Culturelle qui garde encore actuellement un milliard de personnes dans le pays le plus vaste au monde sous l'esclavage du communisme. Voilà la puissance de conviction !

En nous devrait brûler la conviction que le Royaume de Dieu est la cause la plus importante du monde. Vance Havner disait "Jésus exige une allégeance plus forte que n'importe quel dictateur que ce monde a connu. La différence est que Jésus a le droit de l'exiger !"

Utiliser de petits groupes pour communiquer des convictions

A Saddleback, nous communiquons les convictions bibliques dans chaque programme, cours, séminaire et message. Notre refrain est : La conviction s'attrape chaque fois qu'elle est lancée. Elle se diffuse le mieux à travers des relations. La conviction est contagieuse. Les gens attrapent des convictions en étant en contact avec des gens qui ont des convictions. Nous attirons l'attention sur cela. Etre en contact direct avec des personnes de conviction a bien souvent plus d'impact que d'écouter un message dit avec conviction.

Les petits groups à Saddleback sont modelés selon les groupes de maisons décrits en Actes 2.42-47. On y incorpore les huit éléments décrits dans ce passage : l'étude de la Bible, la communion fraternelle, la fraction du pain, la prière, le partage des biens selon les besoins, les repas en commun, la louange par le chant et le témoignage. Ceci décrit le contexte qui se prête très bien pour le développement de convictions.

Les aptitudes.

Une aptitude est la capacité de faire quelque chose aisément et efficacement. On développe une aptitude non en écoutant un message mais en la pratiquant et en acquérant de l'expérience. Dans la vie chrétienne il faut développer certaines aptitudes afin de pouvoir grandir en maturité : l'aptitude à étudier la Bible, les aptitudes au ministère, l'aptitude à témoigner, les aptitudes relationnelles, l'aptitude de gérer son temps et encore beaucoup d'autres.

Les aptitudes sont le "comment faire" de la croissance spirituelle.

La connaissance et la perspective concernent le "savoir". La conviction et le caractère concernent le "être". Les aptitudes concernent le "faire". Nous devons être de ceux qui mettent en pratique la Parole et non pas de ceux qui se contentent de l'entendre seulement (Jacq 1.22). Nos actions forment la preuve de notre appartenance à la famille de Dieu. Jésus a dit "Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique" (Luc 8.21).

Beaucoup de croyants de nos jours sont frustrés parce qu'ils ont bien appris ce qu'il faut faire mais ils n'ont jamais été enseignés comment il faut le faire.

Ils entendent maints messages sur l'importance de l'étude de la Bible mais personne ne leur montre comment le faire.

Ils sont amenés à se sentir coupables pour une faible vie de prière mais personne ne prend le temps de leur expliquer comment faire une liste de prières, comment louer Dieu en utilisant Ses noms ou comment d'intercéder pour les autres. Je répète ce que j'ai déjà dit au chapitre 13: Exhorter sans expliquer amène à la frustration. Lorsque nous exhortons les gens à faire quelque chose nous sommes aussi tenu de leur expliquer comment le faire.

Si vous voulez que votre église produise des chrétiens efficaces, il faut enseigner les aptitudes nécessaires à la vie chrétienne et au ministère. Souvenez-vous que l'aptitude plus que la consécration sont la clef du succès dans n'importe quel domaine. "Si le fer est émoussé et qu’on n’en aiguise pas le tranchant, il faut redoubler de forces; il y a profit à exercer comme il convient la sagesse" (Eccl. 10.10 TOB).

Le caractère

Un caractère tel que celui du Christ est l'objectif final de toute éducation chrétienne. Se contenter de moins que cela est louper l'essentiel de la croissance spirituelle. Nous sommes appelés à atteindre "...l’état d’adultes, à un stade où se manifeste toute la plénitude qui nous vient du Christ" (Eph 4.13 SEM).

Développer le caractère de Christ est la tâche la plus importante dans la vie puisque c'est la seule chose que nous emporterons pour l'éternité. Dans le Sermon sur la Montagne Jésus a rendu parfaitement clair que les récompenses dans le ciel seront basées sur le caractère que nous développons et montrons ici bas sur terre.

Cela signifie que le but de tout notre enseignement doit être de transformer des vies et non seulement de communiquer de l'information. Paul disait à Timothée que le but de son enseignement était la formation du caractère de ceux qui l'écoutaient : "Le but de toute vraie prédication et de tout enseignement chrétien authentique est d’éveiller l’amour, un amour jaillissant d’un cœur pur, d’une conscience droite et d’une foi sans hypocrisie" (1 Tim. 1.5 PVV). Paul disait à Tite de faire pareil : "Etre chrétien exige un mode de vie en accord avec cette doctrine" (Tite 2.1 PVV).

Le caractère ne se forme jamais dans une salle de cours. Le caractère se forme dans les circonstances de la vie. L'étude de la Bible dans une salle est seulement le lieu où l'on identifie les caractéristiques du caractère qui doivent être formées et où on enseigne comment le caractère se forme. Lorsque nous comprenons comment Dieu utilise les circonstances pour développer le caractère, nous sommes capables d'agir correctement quand Dieu nous met dans ces circonstances qui forment le caractère.

Comment Dieu agit-Il dans nos vies pour former notre caractère ?

Est-ce qu'Il pousse un bouton quand nous marchons dans la rue pour que sommes changés instantanément ?

Pas du tout. Dieu forme notre caractère en nous permettant de passer par des expériences qui nous tentent à faire exactement le contraire de cette qualité de caractère qu'Il désire former. La formation du caractère passe toujours par un choix. Lorsque nous faisons le bon choix, notre caractère devient plus comme celui du Christ.

Je vais vous donner un exemple. Si vous voulez une description du caractère comme celui du Christ il est bon de commencer par la liste des neuf qualités que Paul énumère dans Gal 5.22-23 : "Le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, le bon caractère, l’amabilité, la serviabilité, la bonté, la générosité, la fidélité, la confiance dans les autres, la douceur, la modestie, l’humilité, l’aptitude à céder et à s’adapter, la tempérance, la chasteté, la maîtrise de soi" (PVV).

Le fruit de l'Esprit nous montre parfaitement comment était Christ. Il personnifiait toutes ces neuf qualités. Si vous voulez développer un caractère comme celui du Christ, il vous faudra ces neuf qualités.

Alors, comment Dieu produit-Il le fruit de l'Esprit dans nos vies ? En nous amenant dans des circonstances contraires qui nous invitent à faire un choix ! Dieu nous enseigne à vraiment aimer les autres en nous plaçant parmi ceux qu'on n'aime pas naturellement. (Vous n'avez pas besoin de caractère pour aimer ceux qui sont bien à tout point de vue). Dieu nous enseigne la joie dans ces moments de tristesse. Le bonheur dépend de ce qui se passe mais la joie est indépendante des circonstances. La joie vient de l'intérieur.

Dieu forme la paix en nous en nous plaçant dans des situations chaotiques pour que nous y apprenions à Lui faire confiance. (Ici aussi, il ne faut pas de caractère pour être en paix lorsque tout va comme on veut.)  La patience se développe dans des circonstances où nous sommes obliges d'attendre. Vous avez compris le système ?

Chaque fois que nous choisissions de répondre à une situation selon le caractère de Dieu plutôt que selon notre enclin naturel, notre caractère se forme.

Dieu se soucie bien plus de notre caractère que de notre confort. Son plan, c'est nous perfectionner et pas nous dorloter.

C'est pour cette raison qu'Il admet dans notre vie toutes sortes de circonstances qui mènent à cette formation du caractère : des conflits, des déceptions, des difficultés, des tentations, des temps désertiques et des délais.

Une de vos plus importantes responsabilités pour le programme d'éducation chrétienne est justement de fournir aux gens la connaissance, la perspective, les convictions et les aptitudes nécessaires pour bien passer à travers ces circonstances. C'est votre part de fournir ces choses pour que les gens aient, comme résultat, un caractère formé.

Il y a un siècle, Samuel Smiles a constaté ceci :

Semez une pensée et vous récolterez une action;
Semez une action et vous récolterez une habitude;
Semez une habitude et vous récolterez du caractère;
Semez du caractère et vous récolterez une destinée.

Les différents niveaux de l'éducation se suivent logiquement.

Je crois qu'il existe un ordre logique pour acquérir connaissance, perspective, conviction, aptitudes et caractère. D'abord il faut déposer des fondations de connaissance. Comme la croissance spirituelle vient de la Parole de Dieu, la première étape sera l'acquisition d'une connaissance de base de la Bible. Nous voulons que la perspective et les convictions soient basées sur la Bible.

A la connaissance de la Parole vous pouvez ajouter la perspective. Plus on connaît la Parole de Dieu, plus on est capable de voir de la vie depuis le point de vue de Dieu. La conviction se développe naturellement de la perspective. Quand on commence à voir les choses selon la perspective divine, on commence à développer des convictions bibliques. La compréhension des objectifs et plans de Dieu change vos motivations.

La conviction ensuite vous donne la motivation requise pour maintenir des habitudes spirituelles. Eventuellement, à travers la répétition, ces habitudes deviendront des aptitudes. Vous n'avez plus besoin de vous y concentrer pour faire ces choses. Quand quelque chose est devenu facile pour vous, vous pouvez appeler cela une aptitude.

En mettant ensemble la connaissance de la Parole, la perspective, la conviction et les aptitudes correspondantes vous obtenez comme produit final du caractère ! D'abord on sait quelque chose, puis on le comprend, ensuite on y croit de tout son cœur et commence à le faire. Le résultat est un caractère formé.

Voici donc cinq questions qu'il est bon de se poser concernant un programme d'éducation chrétienne :

- Est-ce qu'on y apprend à connaître le contenu et la signification de la Bible ?
- Est-ce que les gens se voient eux-mêmes, la vie et les autres davantage d'un point de vue divin ?
- Est-ce que les valeurs de ces personnes s'alignent davantage avec les valeurs de Dieu ?
- Acquièrent-elles plus d'aptitudes pour servir Dieu ?
- Deviennent-elles plus comme Christ ?

Ceci sont les objectifs vers lesquels nous travaillons sans relâche à Saddleback. 

Comme le disait Paul en Col 1.28 "C’est ce Christ que nous, nous annonçons, en avertissant et en enseignant tout homme, avec toute la sagesse possible, afin de faire paraître devant Dieu tout homme parvenu à l’état d’adulte dans son union avec le Christ" (SEM).

 
A Saddleback notre vision de la maturité est clairement de glorifier Dieu en présentant Jésus-Christ à travers des disciples aussi ressemblant à Christ que possible, et ce en attendant Son retour !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire