Une épouse doit-elle en tout temps se soumettre à son mari ?

Une épouse doit-elle en tout temps se soumettre à son mari ?

Comment comprendre la notion de soumission biblique quand on voit l'attitude de certains hommes tyranniques envers leurs épouses ? Et comment, concrètement dans la vie de tous les jours, se manifeste le fait que l'homme est la tête de la femme (Eph 5.22-33) ?

Il nous est arrivé, entre collègues pasteurs, de prendre une seule voiture pour nous rendre à une conférence. Nous sommes tous sur un pied d'égalité ; l'un n'est pas supérieur à l'autre. Pourtant un seul tient le volant !

Aucune structure sociale ne fonctionne bien sans un responsable. Le foyer chrétien n'échappe pas à cette règle. L'homme et la femme sont égaux devant Dieu, mais leur fonctionnement psychologique présente des différences. La femme ressent les choses, et elle est beaucoup plus intuitive que l'homme. En revanche, l'homme est plus déductif et raisonne davantage. Ce sont là des tendances générales qui peuvent, bien sûr, présenter des exceptions.

L'homme, de par sa structure mentale, est donc mieux adapté à être le leader de son foyer, à être celui qui tient le volant. Mais dans mon image des pasteurs en voiture, il est clair que le "conducteur" ne devient pas le "maître" de ses collègues. Il est seulement à leur service pour les mener à bon port. Chacun a le loisir de demander qu'on s'arrête, de donner son avis sur la route à prendre, etc.

Le rôle de conducteur de son foyer ne confère pas à l'homme une toute puissance tyrannique, et la soumission n'est demandée à la femme (Eph 5.22-24) que pour permettre à l'homme de jouer son rôle, tout particulièrement à l'égard des enfants qui doivent apprendre la vie en société. Dans les qualités requises pour les anciens, Paul déclare :

"Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Église de Dieu ?" (1Timothée 3.4-5)

La contrepartie à cette soumission, c'est l'amour du mari. Pas l'amour égoïste qui n'a d'amour que le nom, mais celui qui, à l'image de Christ, se donne entièrement, "comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle" (Ephésiens 5.25).

Mais par ailleurs, dans leur relation réciproque, le mari et l'épouse sont à égalité :

"Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme. Car, de même que la femme a été tirée de l'homme, de même l'homme existe par la femme, et tout vient de Dieu." (1Co 11.11-12)

"Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari ; et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme." (1Co 7.3-4)

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

📚 Un livre exceptionnel !

Nous avons réuni dans un livre, rien que pour vous, les 100 meilleures "Pensées du Jour" du Top !
Pour quelques jours encore, le tarif de ce très beau livre est réduit pour vous permettre de le découvrir et de l'offrir à vos amis.
Plus d’infos en cliquant ici !

35 commentaires
  • Sylvienordelafrance Il y a 4 semaines, 1 jour

    La Bible dit : " Soyez soumis les uns aux autres " , ce qui signifie, me semble-t-il, qu'il n'existe pas de hiérarchie entre les humains . " Il n'y a ni Juif ni grec, ni homme ni femme …." A l 'époque de l 'apôtre Paul et dans l Antiquité en général, la femme était dans une situation précaire. Elle ne pouvait pas gérer ses revenus . En se mariant, elle passait de la tutelle de son père à celle de son mari . Elle était juridiquement considérée comme une éternelle mineure et lorsqu'elle devenait veuve, sa situation pouvait devenir catastrophique si elle était sans enfant. De plus, elle n'avait pas accès à l instruction. La condition de la femme était telle qu'elle avait effectivement besoin d'être protégée par un mari aimant , qui prenait pour elle toutes les décisions , et elle devait le respecter en retour. Donc, à mon avis, la phrase de Paul était tout à fait justifiée à l 'époque. Mais à l 'heure actuelle , dans de nombreux pays, les femmes se sont émancipées, elles ont accès à l instruction, peuvent exercer une profession , possèdent un compte en banque . Certaines sont chirurgiennes, écrivains, ministres ou chefs d'état. Elles sont tout aussi capables de raisonner, gérer ou diriger que les hommes . Elles n'ont donc plus besoin d'être guidées dans la vie par leur mari. Dans le couple, à mon avis, l 'homme et la femme sont des partenaires , des compagnons de vie qui s'aiment, se soutiennent et s'encouragent mutuellement.
  • jerome Il y a 1 année, 5 mois

    soumise oui mais soumettre n'est pas a s’aplatir devant l'homme l'homme et la femme devient qu'une seul chaire un fois unis
  • Afficher tous les 35 commentaires