Comment prendre position et s’engager ?

Comment prendre position et s’engager ?

Dans tout groupe humain comme dans l’Église, il y a toujours des gens positifs, pleins d’entrain et dynamiques. Il y a aussi ceux qui voient toujours le mauvais côté des choses et qui sont prompts à se décourager, critiquer et maugréer. En général, ce sont ceux qui en font le moins dans l’Église et qui en profitent le plus. Cet état d’esprit peut être dû à de nombreux facteurs : les mauvaises fréquentations, le manque de connaissance, la convoitise de la chair, l’orgueil, la jalousie et aussi la personnalité propre à chacun ; mais ce n’est pas une excuse.

Dans le désert, c’est Dieu qui conduit lui-même son peuple sous la forme d’une nuée le jour et d’une colonne de feu la nuit.

Lorsque la nuée s’élève et s’éloigne, le peuple plie bagage et suit la nuée. Lorsqu’elle s’arrête, le peuple s’arrête et Installe le campement, chacun à une place déterminée.

Il arrive au désert de Paran et là, le peuple pleurniche à nouveau. Cette fois, c’est la nourriture de l’Egypte qu’il regrette. Une autre fois c’est le manque d’eau. Et c’est ainsi que, pendant toute la traversée du désert, il y aura des plaintes qui attireront sur lui les jugements de l’Éternel. Enfin, après des mois de marche, il arrive à Kadès Barnéa, l’entrée du pays promis.

Dans ce lieu, Dieu ordonne à Moïse d’envoyer des espions afin d’explorer le pays. (Nombres 13.1-2) Douze espions : un homme par tribu. Leur mission va durer quarante jours. À leur retour, ils font un compte rendu à Moïse et au peuple. Il y a de très bonnes choses dans ce pays où coulent le lait et le miel. Mais de nouveau la peur et la crainte s’installent lorsque les Hébreux entendent parler des habitants du pays décrits comme de « redoutables géants habitant des villes fortifiées ». Et sans discernement, dix des douze espions critiquent le choix de Dieu et démoralisent le peuple. Seuls Caleb et Josué s’opposent à eux. Ils affirment leur conviction que le pays est excellent et que, si l’Éternel leur est favorable, ils en prendront aisément possession.

Mais leur énergie ne suffit pas ; le peuple se lamente et se retourne contre Moïse et l’Éternel : c’est la révolte. Alors le Dieu tout-puissant du Sinaï, l’Éternel, veut détruire à nouveau son peuple. Moïse intercède. Dieu pardonne, mais le peuple portera le poids de sa faute : il doit retourner dans le désert de Paran, où il va tourner en rond pendant quarante ans, jusqu’à ce que toute une génération disparaisse. (Nombres 14.19)

Josué et Caleb, pleins de foi, s’opposent à la foule. Ils ne sont que deux mais ils n’ont pas peur de tenir tête aux défaitistes et aux pleurnichards. Ils risquent leur vie tellement la foule est en colère. Et pourtant ils ne reculent pas, et si Dieu n’était intervenu, le pire serait arrivé. (Nombres 14.10)

Que de fois ne devons-nous pas résister au courant de ce monde, prendre position, affirmer notre foi dans la Parole de Dieu et sa justice ?

Oui, le disciple de Jésus-Christ est un soldat qui n’a pas peur de s’opposer au mensonge et au monde, en affirmant sa position dans l’amour et le respect des personnes.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires