Corriger son enfant (3 de 3)

Corriger son enfant (3 de 3)

Cher Pasteur,

Pour cette troisième et dernière réflexion sur l'éducation des enfants, arrêtons-nous plus particulièrement sur la responsabilité du pasteur envers sa famille. Paul écrit à Timothée :

"Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Église de Dieu ?" (1 Tim. 3.4-5)

Cette exigence fait partie des qualifications requises par l'apôtre Paul pour accéder à la charge pastorale, ainsi qu'à celle de diacre :

"Les diacres doivent […] diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons" (1 Tim. 3.12).

Je ne voudrais pas commettre ici l'erreur que je dénonce par ailleurs, de vouloir imposer aujourd'hui les principes spirituels immuables de l'Écriture sous la forme et dans le contexte culturel des temps apostoliques (Voir à cet égard la question du lavement des pieds, qui n'a plus aucune signification dans notre culture actuelle).

Il est clair que le chef de famille, du temps de Paul, exerçait normalement une grande autorité sur ses enfants, allant bien au-delà de ce qui serait admissible aujourd'hui. Le point important à retenir pour nous, c'est la capacité à diriger convenablement les destinées de son foyer. Il y a beaucoup à dire dans ce domaine, et nous aurons certainement l'occasion d'y revenir.

Mais il nous faut être prudents, en tant que parents et serviteurs de Dieu, et nous souvenir que dans notre société actuelle, les oisillons quittent le nid très tôt, bien souvent, sinon physiquement (longues études, par exemple), du moins psychologiquement. Plusieurs de mes bien-aimés collègues ont vu, à leur grande tristesse, certains de leurs enfants prendre un mauvais chemin. Bien des raisons peuvent en avoir été la cause. Il serait profondément injuste d'ajouter à leur peine un jugement prétendument fondé sur les textes cités plus haut, déclarant qu'ils seraient disqualifiés pour le ministère !

Cependant il reste vrai que bien des serviteurs de Dieu ont une fausse notion des priorités du ministère : Consécration absolue ! L'œuvre de Dieu doit passer avant toute autre considération ! Avec un tel régime, on ne compte plus les épouses de pasteurs en dépression et les enfants rebelles à l'Évangile. Selon Paul, la relation qui existe entre Christ et l'Église doit se refléter dans le couple chrétien (Éph. 5.25-33). Le pasteur n'est pas marié à son assemblée, mais à sa femme, et ne doit pas être une source d'irritation pour ses enfants (Éph. 6.4). Les vraies priorités sont :

1. Dieu : Toujours et en tout le premier.

2. Moi-même : De mon état spirituel dépend le bien-être de ma famille comme celui de mon église.

3. Ma famille : Prendre soin des siens : "Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle." (1 Tim. 5.8)

4. L'église : Dieu me l'a confiée comme un prolongement de ma famille.

 Cela dit, il reste certain que la manière dont nous élevons nos enfants mineurs est souvent un bon ou un mauvais témoignage. J'ai connu des familles de pasteurs chez qui le comportement des enfants-rois, prompts à faire toutes sortes de sottises sans jamais être réprimandés, ou celui du père-tyran faisant régner une terreur feinte (J'ai vu un des enfants arrêter de pleurer "officiellement" pour ricaner sous cape), ne présageait rien de bon quant à la capacité de conduire une église.

Ni le laxisme qui est de mise aujourd'hui dans notre société moderne, ni la rigueur dominatrice ne devraient avoir droit de cité dans nos familles chrétiennes. Pour cela, comme en tant d'autres domaines, la réponse est dans la mise en pratique de la parole de Dieu, sous la direction du Saint-Esprit, et dans l'amour et la clairvoyance spirituelle qu'il veut déverser à la fois en nous et sur nos enfants.

"Tous tes fils seront disciples de l'Éternel, et grande sera la prospérité de tes fils." (És. 54.13)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire