De la Parole aux actes !

De la Parole aux actes !
Pourquoi se mobiliser face à la pauvreté quand on est chrétien ? Voici le quatrième article d'une série proposée par le SEL dans laquelle chaque auteur donne son regard personnel sur la réponse à apporter à cette question.

Nous vivons dans un monde où nous sommes sollicités de toutes parts par la question de la pauvreté (mendiants, immigrés, photos et reportages poignants…). C’est un sujet qui préoccupe, à juste titre. Face à l’ampleur de la tâche, il faut bien avouer que nous ne savons pas toujours comment (ré)agir efficacement. Finalement, démunis, nous baissons les bras et nous contentons d’envoyer de faibles sourires désolés aux mendiants sur notre chemin. Nous nous réconfortons par diverses excuses, comme « des pauvres, il y en a toujours eu et il y en aura toujours, que puis-je y changer ? ». Toutefois, la question demeure : en tant que chrétiens, quelle est notre responsabilité vis-à-vis des plus nécessiteux ?

Cause de Dieu

En lisant la Parole de Dieu, il est difficile de ne pas remarquer les multiples occurrences relatives à la condition des personnes en situation de pauvreté. C’est incroyable ! Au point qu’un chrétien a fait l’expérience de découper (littéralement) dans sa Bible tous les passages liés à la pauvreté et à l’action sociale. Ils étaient si nombreux, qu’à la fin, elle tombait en lambeaux.

Que la question de l’action sociale soit quasi-omniprésente dans la Bible ne devrait pas nous surprendre. Après tout, notre Dieu n’est-il pas un Dieu rempli d’amour, de bonté et de compassion envers sa création ? En tant que Créateur, il a fait de nous des êtres pleins de dignité, une dignité qui ne devrait être bafouée par rien ni personne. Ainsi, aux yeux de Dieu, chaque être humain a une valeur immense. Elle ne dépend ni de notre statut social, ni de la taille ou l’aspect de notre maison et encore moins des vêtements que nous portons. Parce que nous avons une dignité et de la valeur, Dieu accorde une grande importance au traitement fait à tout individu, peu importe sa couleur de peau, son rang social, sa religion, son sexe, son âge… Tous doivent être traités de manière juste.

Ainsi, l’engagement social découle directement du caractère juste et bon de Dieu, comme nous le rappelle ce psaume :

« Il fait droit aux opprimés, il donne du pain aux affamés. L’Eternel délivre les prisonniers, l’Eternel ouvre les yeux des aveugles, l’Eternel redresse ceux qui sont courbés, l’Eternel aime les justes. L’Eternel protège les étrangers, il soutient l’orphelin et la veuve, mais il fait dévier la voie des méchants. » Ps 146.7-9

Ce passage est plein d’espérance pour celui qui se sait faible. Dieu n’écarte personne de son champ d’action : l’opprimé, l’affamé, l’orphelin, le juste, l’étranger. Nous sommes tous appelés à être restaurés par lui.

Cause des chrétiens

Si les pauvres sont dans le cœur de Dieu, ils devraient être aussi dans le nôtre. Prenons exemple sur Christ : lui n’a pas chômé en matière d’action sociale ! Guérir des malades, rendre la vue aux aveugles, prendre soin des délaissés. C’était sa mission – comme nous le rappelle Mt 11.5 : « les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. » - et il l’a accomplie parfaitement.

En acceptant Jésus dans notre vie, nous avons accepté de devenir des « petits Christs » (ndlr : chrétiens) ; la cause de Dieu est devenue notre cause. Mais cela se voit-il ?

Le prophète Jérémie rappelle que notre adhésion à la cause de Dieu révèle la connaissance que l’on a de lui. Ainsi, si l’on connait Dieu, on se rend compte qu’il y a certains fondamentaux à côtés desquels nous ne pouvons pas passer : soutenir notre prochain plus faible en fait partie. Le défi est simple :

« Venez, vous qui êtes bénis par mon Père, prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la création du monde ! En effet, j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger et vous m'avez accueilli ; j'étais nu et vous m'avez habillé ; j'étais malade et vous m'avez rendu visite ; j'étais en prison et vous êtes venus vers moi. » (Matthieu 25.34-36)

Dans sa grâce, Dieu nous offre l’occasion de mettre en pratique le commandement d’aimer notre prochain et de lui montrer du respect. Etre chrétien ne se résume donc pas seulement à lire la Parole et aller à l’église. C’est aussi se mettre en action ! Les champs d’actions sont multiples : offrir de la soupe aux Sans-logis, soutenir un projet de développement en Afrique, parrainer un enfant, partager nos vêtements avec les immigrés… Des actions simples qui font beaucoup dans la vie des autres ! C’est à l’arbre que l’on reconnait ses fruits, dit Jésus. Nous sommes ambassadeurs sur terre de la cause du Seigneur : nos œuvres en témoignent-elles ?

Appelés à faire la différence

Deutéronome 15.11 résume : « Il y aura toujours des pauvres dans le pays. C’est pourquoi tu ouvriras ta main à ton frère, à celui qui vit dans la misère et la pauvreté dans ton pays. ». Ouvrons les yeux sur le monde qui nous entoure et ses réalités. Apprenons à regarder les autres avec le regard de Dieu. Oui, nous sommes appelés à faire une différence dans ce monde. Alors qu’attendons-nous ?

Laura Boyadjian

Découvrez aussi les autres articles de la série :

N'oublions pas d'être "humains"
Agir en faveur des pauvres : une réponse à la grâce !
Se soucier des pauvres pour suivre la "règle d'or"

SEL

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

10 commentaires
  • madestine Il y a 3 années, 3 mois

    Lorsques que l'on parle des pauvres ca viens me chercher car je suis très émotive et pour moii avec tout les richesses que Dieu à donner aux hommes de tout les pays dans les matières premières aucun homme , femme et enfant ne devrait avoir faim ni être nu et n'avoir que la rue pour dormir PERSONNE Je ne suis pas capable de voir un Étinerant dormir dehors manger dans les poubelles et j'ai donner ce que j'avais Mais j'ai compris que donner un poisson ne servait à rien si la personne ne s'avait pas pêcher faut apprendre aux pauvres a prier et à demander à Dieu de l'aide un jour un mendiant demanda à Pierre de lui donner de l'argent et Pierre n'en avait pas il dit ce que j'ai je te le donne et lui parla de Jesus Christ le jeune homme riche s'en. Alla tout triste plus pauvre que le plus pauvres des pauvres car il venais de dire non au salut , sur l'émotion j'ai été voir des pauvres pour les aider Mais j'ai tellement été dessus car comme à Jesus qui nourrissait des foules entière beaucoup le suivirent que pour les miracles et la nourriture Mais l'ont abandonné quand il leurs parlait de repentance et du jugement , le royaume de Dieu n'es pas que le manger et le boire sans Jesus tous mourrons et seront dans les tournent et une pauvreté Éternel le rôle de l'église est d'annoncer le salut une âmes sauver c'est sortir une personne de la pauvreté spirituelle et Dieu pourvoira à ses besoin primaire prions pour que les riches milliardaire de ce monde cesse d'appauvrir par la guerre , les divorces la drogues la corruption et témoignons le salut car tous périrons éternellement aidons nos frères nos familles La vrai richesses c'est Jesus Mourir de faim est une chose Mais mourir sans Jesus en est une autres
  • Christine olive Kewang Il y a 3 années, 3 mois

    Amen
  • Selumiere Il y a 4 années

    Je dirai qu'il faut faire attention à ne pas faire pour faire. Parce que même nos oeuvres en faveur des pauvres peuvent être charnelles si elles ne sont pas conduites du Seigneur. Il y a plusieurs dangers : l'humanisme, la gloire de l'homme, le légalisme... En fait, il faut toujours chercher la conduite du Seigneur, car Dieu nous conduira forcément à agir en faveur des pauvres ... mais pas comme on croit! Dieu sait ce qu'il veut traiter en nous, il sait ce qui est bon et ne conforte pas notre chair : si au fond de notre coeur on recherche une reconnaissance humaine, Dieu va nous conduire à faire des petites actions qui ne se remarquent pas par exemple. Moi, j'ai beaucoup de mal à aller vers les gens. Un jour Dieu m'a grandement bénie en fruits et légumes, il y en avait tellement que je disais : Seigneur, si tu donnes en abondance comme ça, ce n'est pas pour mon propre intérêt égoïste, c'est pour que je partage! Mais n'ayant aucune idée de ce j'allais faire de tous ces fruits et légumes, Dieu me montra comment il voulait que je fasse : aller dans les rues et les distribuer aux passants que Dieu placerait sur ma route... moi la timide qui n'ose pas aborder les gens!! C'est intéressant parce que les pauvres ne sont pas toujours ceux qu'on croit et on en trouve dans des endroits que jamais on n'aurait été si on militait par nous-même. Si j'avais agi par moi-même, je n'aurai eu cette idée! Il y a de multiples manières d'aider les pauvres mais la meilleure façon, c'est celle de Dieu! Laissons-le agir en nous :) Je crois que tout chrétien qui se laisse conduire par le Seigneur intervient forcément en faveur des pauvres à un moment où à un autre, mais c'est très spontané et naturel. Si on se rend compte qu'on ne fait rien pour les pauvres, je ne crois pas qu'il faille s'y mettre histoire de remplir le quota "actions pour les pauvres" dans notre CV de bon chrétien, mais plutôt s'examiner : il y a peut-être un lien de l'argent? Du matérialisme? Je suis peut-être trop centré sur moi-même? Ou pas assez à l'écoute du Seigneur?
    • Yimgos Il y a 3 années, 12 mois

      Très très pertinent votre commentaire. Il ne s'agit pas de faire, pour faire. Ni pour se racheter une conduite de ''bon chrétiens'', car l’Éternel regarde toujours au cœur! Merci pour cette riche contribution. Ouvrons nos oreilles, et soyons à l'écoute du Seigneur. La vérité c'est que comme vous l'aviez souligné, celui/celle qui est réellement ne(e) de Dieu, aura compassion pour les âmes, et ceux qui sont dans le besoin, et d'une façon ou d'une autre, finira par leur être utile. Je vois aussi, dans la pauvreté, plus que le manque matériel, même si c''est cet aspect que priorise les ministères comme le Sel (et ils n'ont nécessairement pas tort, à lire Jacques 2), je vois aussi des gens qui sont le besoin de Dieu, qui ont faim spirituelle, et qui ont grandement besoin d'un secours, d'une aide. Et qui d'autres que nous à qui Dieu a fait grâce déjà, partager avec eux ce qu'on reçu de Lui, tout en retenant que nous sommes nous même toujours dans le besoin de Sa grâce et de Son aide? Vraiment, que Dieu nous éclaire, et que nous nous laissions conduire par Lui Seul, et non par nos émotions, ni par motif de vaine gloire. Shalom!
  • Afficher tous les 10 commentaires