Des œuvres plus grandes

Des œuvres plus grandes Des œuvres plus grandes

L’Évangile de Jean révèle une parole de Jésus qui est à la fois excitante et mystérieuse disant : « Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais et il en fera de plus grandes… »

Il ajoute que ces œuvres sont préparées afin que nous les pratiquions…

Comment est-il possible de faire des œuvres plus grandes que de guérir des malades par millier, multiplier les pains, calmer la tempête, porter les péchés du monde, ressusciter des morts ?

Jésus ne parle certainement pas « d’œuvres plus grandes » dans le sens de plus puissantes, car c’est impossible ; il parlerait plutôt d’œuvres plus importantes. Or qu’est-ce qui est le plus important ?

De son vivant, et par sa parole, Jésus n’a amené personne au salut (à part peut-être le brigand repentant sur la croix). Sa mission était d’accomplir le sacrifice parfait qui ôte le péché du monde.

Par contre, le témoignage des enfants de Dieu a amené des centaines de millions de femmes et d’hommes à la vie éternelle.

C’est par leur témoignage que les lois de la société sont encore et malgré tout, imprégnées des valeurs Judéo-chrétiennes.

Par leur témoignage ils ont été le sel de la terre et empêché jusqu’à ce jour que la corruption du péché détruise intégralement l’œuvre de Dieu.

Voilà les « œuvres plus grandes » que Jésus a préparées pour ses enfants !

Jésus donne des clés pour que nous les accomplissions :

  • La première clé, c’est l’Esprit Saint

Ces œuvres ne peuvent être accomplies par nos propres forces. C’est par la puissance de l’Esprit-Saint uniquement que cela peut se faire. C’est l’Esprit du « tout puissant » créateur de l’univers que Jésus a donné quand nous nous sommes tournés vers lui.

Esprit qui transmet la puissance du Père par des dons afin que nous accomplissions notre devoir d’enfant de Dieu ; c’est pourquoi nous demandons à être remplis du Saint-Esprit.

  • La deuxième clé, c’est « le Nom de Jésus »

Il dit à ses disciples, « Sans moi vous ne pouvez rien faire ». Son nom libère la puissance de Dieu pour lier les esprits mauvais et délier ceux qui en sont prisonniers.

Au nom de Jésus les démons sont chassés, le diable recule parce que Jésus l’a dépouillé de son pouvoir à la croix. Il n’a aucune autorité sur ceux qui confessent le nom qui est au-dessus de tous noms : Jésus le Christ de Dieu.

Son Nom fait de nous un peuple de vainqueurs, sur le mal, la pauvreté, la maladie, les épreuves, les puissances et les dominations du monde des ténèbres. En Jésus nous sommes vainqueurs….

Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu afin d’accomplir de grandes œuvres à sa gloire. C’est notre mission, notre vocation, notre ministère. Sans notre engagement il n’y a pas d’œuvres accomplies, le sel de la terre perd sa saveur.

Le sens de notre vie, c’est d’accomplir ces grandes œuvres préparées par Jésus et ainsi être ouvrier avec Dieu.

Il y a une troisième clé pour réaliser « des œuvres plus grandes ». Une clé essentielle qui engage notre responsabilité et interroge quant à la puissance de l’Église.

Ce sera l’objet de notre prochaine chronique.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire