Dieu au milieu de son peuple

Dieu au milieu de son peuple

Dès sa sortie d’Égypte, Dieu accompagne le peuple hébreu dans sa marche au désert. (Exode 13.21-22 et 14)
Il le fait au travers d’une colonne de feu la nuit et d’une colonne de nuée le jour.  Ainsi, quand la nuée s’arrête, le peuple campe et lorsqu’elle se lève, il part à sa suite.

Non seulement Dieu guide le peuple mais il le protège de ses ennemis. Ainsi, afin d’empêcher l’armée de pharaon de rattraper les Hébreux, Dieu, par ses serviteurs les anges, accomplit des prodiges et crée la panique dans les rangs de l’armée égyptienne. 
La nuée va même jusqu’à se placer entre les Hébreux et Pharaon pour qu’il ne les rattrape pas.

Dieu agit pour son peuple avec puissance. La colonne de feu et de nuée est un miracle permanent, extraordinaire, un acte surnaturel difficile à concevoir dans un monde matérialiste et incrédule.

Ces événements sont racontés dans la Bible avec une telle simplicité qu’ils apparaissent comme évidents, alors que ce sont des prodiges incroyables !

Paradoxalement, les Hébreux semblent ne plus faire attention à ces miracles, comme si cela était normal. Pire que cela ! Alors qu’ils ont sous les yeux la manifestation de la présence de Dieu, ils se permettent de murmurer contre l’Éternel et de provoquer Moïse comme s’ils n’avaient rien vécu.
Cela peut paraître incroyable et pourtant, gardons-nous de les juger trop sévèrement, parce que, finalement, ne sommes-nous pas exposés à faire la même chose aujourd’hui ?

La Bible dit que Dieu habite en nous ; il nous parle, nous donne notre pain quotidien et il comble de bénédictions ceux qui lui sont fidèles.  Il pardonne nos péchés, nous appelle ses enfants et nous promet une éternité de joie et de paix. Et s’il ne nous gardait des projets du diable, nous serions détruits en un instant.

Or, comme les Hébreux, nous risquons de nous habituer à ses bienfaits comme eux s'habituaient aux miracles et à la colonne de nuée et de feu… Parce que Jésus en a payé le prix à la croix, Dieu le père nous a donné le Consolateur, le Saint-Esprit, qui vit en nous et avec nous jusqu’à la fin du monde. 

Comme Dieu conduisait les Hébreux dans le désert, le Saint-Esprit, de la même manière, conduit nos vies et agit pour nous chaque jour. 

  • Le voyons-nous encore ?
  • Ou sommes-nous devenus sourds et aveugles ? 
  • Vivons-nous avec lui comme avec un ami qui nous accompagne ?
  • Discernons-nous l’action de l’Esprit dans nos entreprises, nos engagements, nos combats ?

Sous la conduite de l’Esprit, Dieu envoie ses anges pour nous protéger et pour nous servir, accomplissant en notre faveur des miracles permanents. Il agit pour nous aujourd’hui de la même manière qu’il l’a fait pour le peuple hébreu dans le désert.

Que Dieu nous garde de nous comporter en enfants gâtés et ingrats.

Qu’il nous garde de nous habituer à sa bénédiction et sa présence jusqu’à ne plus nous rendre compte de rien et même devenir des chrétiens qui murmurent et se plaignent en permanence.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire