Doit-on être parfait ?

Doit-on être parfait ?

Question d'un Internaute : "Jésus dit : « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait ». Une telle exigence semble complètement hors de portée des humains que nous sommes. Comment comprendre ce texte ?"

Dans le sermon sur la montagne, cinq fois Jésus prend le contre-pied des ordonnances religieuses de son temps, non pour les contredire, mais pour les élever vers une nouvelle dimension. Effectivement à cinq reprises, Jésus introduit son enseignement par ces mots : "… Il a été dit… Mais moi je vous dis…". Et à chaque fois, il transcende l'observance strictement mécanique d'un commandement en une affaire de cœur.

Le texte qui nous occupe est en quelque sorte la conclusion d'une grande leçon sur l'amour du prochain :

"Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. […] Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait." (Matt 5.43-48)

Alfred Plummer, un commentateur du 19ème siècle, écrit :

« Le contexte semble montrer qu'il s'agit tout particulièrement de la perfection dans l'amour. Rendre le mal pour le bien est diabolique ; rendre le bien pour le bien est humain ; rendre le bien pour le mal est divin. Aimer comme Dieu aime constitue une perfection morale, et c'est cette perfection que Jésus nous demande d'avoir pour but. Avec quelle sérénité il nous donne ce commandement impressionnant ! mais il sait qu'il peut nous aider à l'accomplir. »

Le Nouveau Testament Annoté nous donne ce commentaire :

« Grec : Vous serez parfaits . Futur mis pour l'impératif ; ou bien : Vous le serez, je l'attends de vous et, par la voie que je vous ouvre, vous y parviendrez. Parfaits pourrait se rapporter à tout ce qui précède dans ce chapitre, et indiquerait une perfection morale ressemblant à tous égards à celle de Dieu, autant que la créature peut égaler Celui qui est infini. Mais il est plus probable que Jésus applique cette grande parole à ce qu'il vient de dire de l' amour depuis le verset 44. (Voir verset 45 ) C'est ce que confirme le passage parallèle dans Luc 6.36 , qui porte : "soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux." Ce sens se comprend mieux aussi ; car il est certain que l'amour, surtout l'amour divin répandu dans le cœur, ne connaît et ne veut pas de bornes, il tend à une perfection toujours plus idéale et toujours plus complète. Le but ainsi placé par le Sauveur devant les yeux de ses disciples est encore assez sublime pour effrayer leur faiblesse.

Il leur est bon de se rappeler la prière d'Augustin : "Donne ce que tu ordonnes, Seigneur, et ordonne ce que tu veux !" »



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • Joe-972 Il y a 1 année, 1 mois

    Bonjour. En français, l'impératif est le temps utilisé pour donner des ordres, des instructions, de fortes recommandations. Quand on lit les 10 commandements, on n'a pas envie de discuter le contenu ! Il s'agit là de l'impératif futur ! L'impératif présent est utilisé par Christ dans beaucoup de versets, et là aussi la négociation n'est pas au rendez-vous : Aimez-vous les uns les autres ! Qui veut croire que cela se discute ? Quand Christ dit : Ne jugez pas....ou repentez-vous, ...Allez et baptisez au nom de.... ! Personne ne veut discuter cela, mais puisqu'il est question de perfection, le même Jésus, Fils de Dieu qui dit "Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" trouve des explications qui relativisent des propos !!! Si je ne comprends pas, je ne dois pas présumer de ma propre capacité à comprendre et dire qu'il faille voir cela d'une manière plutôt que d'une autre ! N'est-ce pas ce qui arriva à Nicodéme quand Christ lui parla de Nouvelle Naissance ? Il n'avait rien compris aux propos de Christ qu'il trouvait irréalisables ! Je dois dire au Seigneur que je ne comprends pas, mais ne pas remettre en cause la faisabilité tout en Lui demandant de me rendre CAPABLE de comprendre. De plus, pour que l'on ne s'y trompe pas, Jésus nous renvoie directement au Père ! Tous ces efforts de donner du sens aux dires du Seigneur sont aussi des aveux d'absence de révélation, alors chacun y va de son interprétation ! Un des buts du salut est de ramener l'homme au Père, ramener l'homme à son créateur, à la perfection perdue ! Tout le monde s'accordera à dire que Christ est parfait, qu'Il n'a jamais péché, qu'Il ne ment pas. Qu'il est né homme, qu'il a bu, mangé, dormi, pleuré, qu'il a eu les mêmes besoins naturels que nous, qu'Il saignait et est passé par la mort. Donc Christ a manifesté une perfection relative à la condition humaine, et c'est cette condition là qu'Il nous demande de revêtir ! Quand vous lisez 1 Pierre 4 versets 1&2 vous voyez bien qu'il est dit : 1 Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, 2 afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair.… Le mot chair prend là les deux sens. Celui de la loi du péché pour la souffrance dans la chair. Celui ensuite de l'enveloppe corporelle pour le reste de la vie sur Terre ! Celui qui a fini avec le péché et qui vit selon la volonté de Dieu....pendant le temps qu'il lui reste à vivre dans la chair (c'est a dire dans son enveloppe corporelle), il st comment ? N'a-t-il pas accompli ce verset de Matthieu 5 : 48 ? Bien-sûr ! La vraie requête, qui doit d'adresser au Saint-Esprit est la suivante : Accomplit cette perfection en moi ! (Psaume 139 verset 23 et 24) L'autre problème qui vient corrompre la compréhension de ce verset, est le fait que l'on ne comprend pas que c'est lorsque cette perfection est accomplie en nous, que l'on est....né de nouveau ! Le chrétien n'a aucune compréhension correcte de la nouvelle naissance. Sans l'avouer, on attribue au baptême d'eau de vertus de conférer la nouvelle naissance, alors celle-ci est l'accomplissement de la sanctification. Si vous êtes nés de nouveau et que vous péchez c'est qu'il y a un problème ! A quoi êtes-vous né de nouveau puisque rien n'a changé ! Les bases sont fausses, l'aboutissement le sera ! Cherchez à savoir comment on naît de nouveau (par l'action du Saint-Esprit), et vous serez un jour "....parfaits comme votre Père céleste est parfait." !
  • fredofred Il y a 3 années, 7 mois

    J'aime cette explication mais je pense qu'elle minimise un peu le pouvoir de l'évangile sur une vie bien disposée. Bien sur, les biens pensants, pour décomplexer l'homme, peuvent insister sur le fait d'aimer parfaitement, et nous le devons, c'est déjà bien compliqué, mais je pense qu'il ne faut pas chercher midi à quatorze heures : Soyez donc parfait comme votre père l'est" est un encouragement à nous améliorer, quotidiennement, heure après heure, minute après minute ... L'amour, selon 1 Cor. 13 est ce qui demeurera mais pour le moment, nous ne prêchons pas l'amour, nous prêchons la bonne nouvelle, avec l'amour mais avec un amour mais l'amour de Dieu, contrairement au notre, est sans faiblesse. Cette bonne nouvelle concerne Jésus notre modèle qui est parfait. Si je veux suivre mon modèle, je dois tout faire pour être irréprochable (soit parfait) ... Ce n'est pas chose aisée mais ce n'est pas parce que c'est difficile qu'il est interdit d'essayer. Que notre progrès soit évident, nous enseigne l'apôtre Paul, et bien, que chaque jour nous progressions vers la perfection. Il y a beaucoup de travail ! Surtout pour moi ...