Eliminez ''impossible'' de votre vocabulaire

Eliminez ''impossible'' de votre vocabulaire

Pendant une croisière sur le Canal de Panama, j'ai de nouveau réalisé qu'il s'agit-là d'une des grandes prouesses mondiales d'ingénierie.  Un diplomate français, de Lesseps, avait débuté les travaux en 1879 mais son entreprise échoua 10 ans plus tard à cause d'une mauvaise planification, de la maladie et des actions frauduleuses.  Le "miracle" d'une longueur de 80 kilomètres finit par être inauguré en 1914, sous supervision américaine et avec la contribution de milliers de travailleurs étrangers qui chantèrent cette chanson :

"Avez-vous des rivières que vous croyez infranchissables ?
Avez-vous de montagnes où l'on ne peut percer un tunnel ?
Nous nous spécialisons dans les choses réputées impossibles
Et nous pouvons réaliser ce que les autres ne peuvent pas faire"

"IMPOSSIBLE"  Avoir du succès dans la vie, cela veut dire qu'on a appris depuis longtemps qu'il faut bannir ce mot de  notre vocabulaire.  Impossible n'arrive jamais à rien.  Impossible n'essaye même pas.  Impossible est lâche.  Impossible abandonne quand ça devient dur.  Impossible  ne croit pas aux miracles.  D'ailleurs, il ne croit même pas au bon vieux travail acharné.

Le négativisme consiste à voir l'impossible en toute occasion.  Le positivisme consiste à voir les possibilités qui se présentent et à dire : "Bien sûr, nous pouvons relier l'océan Atlantique et l'océan Pacifique.  Faisons-le !".  Formidable mais vrai.  Impossible, mais c'est arrivé et on peut maintenant naviguer à travers les écluses, les chenaux et les lacs du Canal de Panama en une demi-journée.

Elles ne sont pas qu'improbables, mais tout bonnement impensables, les "impossibilités" de l'histoire de Noël  racontées dans la Bible..  Celles d'un enfant, né d'une jeune vierge juive, par la semence du St-Esprit ; Celles des prophéties de l'Ancien Testament qui prédisaient que cela arriverait dans le petit village de Nazareth ;  Et comment l'étoile vue en orient guida les mages jusqu'en Palestine et s'arrêta juste au dessus de l'endroit où se trouvait le nouveau-né et ses parents.  Et peut-être même, le plus surprenant, que ce soit Dieu – et non pas Joseph ni Marie – qui donna le nom de Jésus à ce nouveau-né.

L'humanité rabaisserait cette histoire, la raisonnerait, se moquerait d'elle ou la mettrait sur le compte d'un Christianisme vieillot.  Les religieux, les philosophes et les compagnons de travail entonneraient le même écho : Tant que je ne le verrai pas… je ne le croirai pas.  Et pourtant, un ange dit à Marie : Car rien n'est impossible à Dieu (Luc 1 ;37)

Je vous propose de réfléchir à ceci : "Quand Dieu a envie de faire quelque chose de beau, il commence par ce qui est difficile ;  s'il s'agit de quelque chose de merveilleux, il commence d'habitude par ce qui nous semble impossible" (Charles Inwood)


© MANNE DU LUNDI est un article hebdomadaire de CBMC INTERNATIONAL, un ministère évangélique à but non lucratif qui a pour objet de servir les gens d’affaires et les professionnels qui veulent suivre Jésus, de présenter Jésus-Christ en tant que Seigneur et Sauveur auprès des autres gens d’affaires et professionnels.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires