En marche

En marche

Lorsque les Hébreux sont arrivés en Égypte, ils étaient seulement soixante-dix personnes. 430 ans plus tard, ils sont 600 000 hommes adultes qui fournissent à Pharaon une main-d’œuvre très bon marché dont il ne veut pas se séparer. Cependant, Dieu appelle son peuple à sortir de l’esclavage de l’Égypte tout comme il appelle tous les hommes à se libérer des chaînes du monde et du péché. Pharaon, prince d’Égypte, résiste à Dieu. Cette résistance est allée jusqu’à entraîner la mort de tous les premiers-nés du pays. Seuls ceux qui s’étaient placés sous le sang d’un agneau, conformément à la Parole de Dieu, sont épargnés. C’est au prix de tous les premiers-nés d’Égypte que les Hébreux sont libérés de l’esclavage, comme nous le sommes par le sacrifice de Jésus le fils unique de Dieu.

En souvenir de cela, tous les premiers-nés d’Israël devront lui être consacrés.

Lire Exode 12.21 à 13.22

Le peuple est prêt à partir. Il a mangé à la hâte l’agneau sacrifié ; Moïse donne l’ordre du départ. Cette expérience de la sortie d’Égypte du peuple hébreu nous instruit quant à cinq principes auxquels l’enfant de Dieu doit prendre garde lorsqu’il décide de se mettre en marche à la suite de Jésus :

  1. Les Hébreux partent en prenant aux Égyptiens leurs vases d’argent et d’or. De même, le jour où nous nous tournons vers Jésus, nous emportons avec nous notre histoire de vie, nos qualités, notre capital culturel, intellectuel, matériel. Tout n’est pas mauvais, mais tout n’est pas bon. Pour suivre Jésus, il est nécessaire de faire le tri, il y a forcément des choses à abandonner.

  2. Des gens de toutes sortes quittent l’Égypte avec les Hébreux. Quand on sort du monde, il y a des coupures avec certaines personnes, des séparations à opérer à la demande de la parole de Dieu. 

  3. Dieu demande de consacrer tous les premiers-nés des hommes et des animaux. Il veut être le premier dans nos cœurs et dans nos vies, nous devons tout lui abandonner. Alors, et alors seulement, il peut tout nous donner.

  4. Ils prennent le chemin le plus long. Pour devenir une femme ou un homme de Dieu, il faut du temps et de la persévérance. C’est une voie d’excellence et aussi de paix, de joie et de bénédiction. Mais il faut persévérer et tenir bon.

  5. Dès qu’ils sortent, une colonne de nuée et de feu s’élève devant eux. Cette colonne, c’est Dieu qui accompagne le peuple et lui montre le chemin. Dieu vit au milieu de son peuple, comme il vit au milieu de l’Église par le Saint-Esprit qui la conduit.

Quitter le monde et le péché est la première exigence de Jésus envers ceux qui décident de se mettre en marche à sa suite. Cette exigence ne peut être accomplie partiellement. Ce qui n’est pas consacré à Dieu sur la base de sa parole devra forcément l’être, à un moment ou à un autre, pour entrer dans la bénédiction et la vocation du disciple de Jésus.

Tout ce qui est du monde, et qui n’est pas abandonné, finit par entraver la marche en avant du disciple de Jésus-Christ.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire