Est-ce un péché que de se marier avec un(e) non-chrétien(e) ?

Est-ce un péché que de se marier avec un(e) non-chrétien(e) ?

Peut-on devenir une même chair, un même corps, avec quelqu’un qui ne partage pas notre foi ? En d’autres termes, peut-on s’associer durablement à un non-chrétien de manière à ne faire qu’un ?

Un couple marié choisit de marcher ensemble sous le même joug, dans la même direction, à la même vitesse, pour sa vie durant.

C’est pourquoi la Bible réprouve tout mauvais assortiment.

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger.
Quelle part a le fidèle avec l'infidèle ?

2 Corinthiens 6.14-15

Dans ce passage, Paul nous parle de toute forme d’association qu'un chrétien peut engager avec autrui. A fortiori, ces recommandations s’appliquent à la plus forte union qui soit : celle qui fait d’un homme et une femme une seule chair. 

C’est pourquoi il est dit : L’homme quittera père et mère
pour se lier à sa femme, et les deux ne feront plus qu’un,
si bien qu’ils ne seront plus deux, mais un seul être.
Que l’homme ne dissocie donc pas une unité que Dieu lui-même a créée.
Marc 10.7-9 (Parole Vivante)

Ce verset va même beaucoup plus loin : il précise que c’est Dieu lui-même qui unit les époux.

Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut ; seulement, que ce soit dans le Seigneur.
1 Corinthiens 7.39

La Parole de Dieu réprouve donc clairement l'union d'un chrétien avec une non-chrétienne, ou inversement.

Et si un couple spirituellement non assorti persiste et se marie ?

L'argument souvent avancé par ceux qui s'apprêtent à passer outre cette prescription divine est : "J'amènerai mon futur conjoint au Seigneur". L'expérience montre que beaucoup des chrétiens qui ont tenu ce raisonnement, non seulement n'ont pas gagné leur conjoint au Seigneur, mais sont eux-mêmes devenus rétrogrades. Ils ont souvent vécu de telles difficultés, qu’ils ont amèrement regretté leur désobéissance. En effet, la personne mariée à un incroyant devra parfois suivre la mauvaise direction imposée par son conjoint. Et si elle résiste, alors ce seront tiraillements, disputes, dysfonctionnements, et mise en péril du couple lui-même ...

Isabelle Rivière nous donne son témoignage ici.

Une des difficultés pour gagner quelqu'un au Seigneur, après avoir établi une relation amoureuse (même dans la chasteté), est la tentation pour le non-chrétien de vouloir se convertir pour plaire à l'être aimé qui veut le conduire à Christ. Il y a là un énorme facteur de risque, même si le phénomène est inconscient.

En conclusion :

Dieu nous laisse libres d’épouser qui nous voulons. Mais lui désobéir en épousant un non-croyant aura des conséquences qu’il faudra supporter, peut-être même quotidiennement. L’harmonie entre les deux époux, par laquelle passe le bonheur du couple, est bien difficile à atteindre quand les fondements ne sont pas les mêmes.

De façon générale, quand Dieu interdit, c’est pour notre bien. Alors si nous voulons être heureux, obéissons joyeusement à notre Dieu et laissons-le nous guider dans le choix de notre futur(e) époux(se) !

Petite précision :

Cet article est une étude biblique. Il ne veut porter aucun jugement sur les personnes qui auraient épousé un(e) non chrétien(e). Car nous sommes tous en cheminement et en voie de sanctification, et notre Dieu est un Père plein de miséricorde.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

107 commentaires
  • Yann SIMON Il y a 1 année, 2 mois

    Âgé de 43 ans, je pense avoir plus que le droit de penser à une union par les liens du mariage, comme l'ayant vu chez tant d'autres personnes, souvent plus jeunes... Comme beaucoup, voyant les années passer, bien que sachant que ce n'est pas le cas, j'ai tendance à demander au Seigneur s'il ne m'a pas oublié, lui qui a comblé tant de couples et familles... Par principe, étant croyant, l'on a tendance à chercher ’’l’âme sœur ’’ dans une église, une structure chrétienne.... Je travaille avec des non-croyantes, et il m'arrive souvent de voir en beaucoup d'elles des personnes plus vraies, plus accessibles par rapport à des personnes d'églises plus distantes et froides... Je ne cache pas que si cela dure trop longtemps, si une opportunité se présentait avec une non-croyante, je finirais par mettre de côté ces principes qui rendent tant de célibataires malheureux par la solitude et l'incompréhension, et qui pourtant se confient au Seigneur pour une réponse tellement légitime qu'ils ne voient jamais arriver contrairement à des ’’privilégiés’’ en couples. Les ’’donneurs de leçons ’’, grands absents actuels, surgiraient soudain, mais trop tard...
    • Virginie Il y a 7 mois, 1 semaine

      C'est un peu mon vécu yann Sur ce la parole de Dieu la seule chose à écouter et à pratiquer pour éviter de ce tromper de chemin c'est vrai que le refroidissement des chrétien aujourd'hui na jamais était aussi présent mais c'est normal c'est biblique je suis célibataire et malade mais non malheureuse Car Dieu a mis des eaux vives dans ma solitude mais je pense que en tant que chrétien n'est pas compatible de se marier avec non chrétien car il ya 2 mondes qui s'affrontent et c'est une réalité même si ont crois être bien tomber faut pas se fier aux apparences...
    • BetiaPamelaKouassi Il y a 9 mois

      Je bénis le Seigneur pour votre vie, cher Yann. Je respecte votre opinion et je la comprends car j'en ai fait l'expérience.Je me permets quand même d'apporter ma contribution sur un point. Nous sommes tous des frères en humanité. De ma petite expérience, j'ai compris un peu la parole de Dieu qui nous dit que les enfants de ce monde sont très habiles. Gardez la parole de Dieu comme une lumière sur votre pat et cela en tout, et vous arriverez à bon port. Si vous choisissez une personne avec qui vous voudrez faire le chemin de la vie, il est important et préférable que vous ayez les mêmes fondements, ou du moins que vous soyez d'accord à avoir les mêmes fondements. Si le Christ Jésus est votre fondement, alors vous comprenez que cheminer avec un non croyant pose un problème de base. Or un immeuble aussi joli soit t'il ne tiendra pas longtemps sans une bonne fondation. Recevez mes amitiés en Christ.
  • Luigi Delfino Il y a 2 années

    Je suis en désaccord complet avec cet article, bien que je respecte son auteur plus qu’il ne semble respecter nos frères non croyants. Le Seigneur accueille tout le monde, quelles que soient les convictions religieuses de ses enfants, je ne pense dès lors pas que les non chrétiens, dès lors que leur amour pour une chrétienne est sincère, doivent se voir jeter la pierre. Outre le fait que la Bible regorge d’exemples de non croyants bien plus proches dans leurs attitudes de notre Seigneur que certains croyants voire certains membres de l’autorité religieuse (le cas le plus probant étant probablement celui du bon samaritain, qui païen est le seul à venir en aide à l’homme agressé là où le rabbin a passé son chemin), je ne pense pas que l’on puisse jeter la pierre à nos frères non croyants ou d’une religion autre que la nôtre et qui constituent au passage la majorité des 7 milliards d’humains que nous sommes sur cette Terre. Quitte à être un peu provoquant, j’ajouterais que l’incroyance est même une chance pour la foi, en ce qu’elle nous force à la modestie et nous pousse à aller vers l’autre et à nous enrichir de lui par sa différence et par son altérité. Un couple constitué d’un(e) croyant(e) et d’un(e) non croyant(e), si ses deux membres s’aiment sincèrement, peut dès lors constituer une richesse pour les enfants et pour leur esprit critique. Le Pape François, qui a compris qu’au siècle auquel nous vivons, nous ne pouvons plus considérer celui qui diffère de nous comme un éternel pêcheur, nous invite justement à nous tourner vers ceux dont les convictions diffèrent des nôtres, dès lors qu’ils cherchent eux aussi à œuvrer pour le bien de l’humanité.
  • KeevinnDelignyy Il y a 2 années, 6 mois

    Bonjour... La question est Difficile pour moi et les réponses pas si évidentes... Je m'explique. J'ai 38ans et jai eu mon appel à Jésus à 33ans. J'ai bcp vécu dans le péché, et dans le désert, en disant a qui me posais la question, que je de croyais pas forcément en Dieu. Chacun fait comme il l'entend. Mais voilà. Je me suis rapproché de Dieu, je me suis fait baptiser, comme une affirmation de ma foi... Et petit à petit ma famille non croyante s'est mis à venir à l'église. Ma sœur d'abord, son mari, ma mère ensuite. Pour comprendre certaines choses sachez que ma maman quelques années plus tôt c'était marié avec un musulman et avait eu mon petit frère, qui lui même est musulman. (On a tjrs été assez ouvert d'esprit dans la famille). Pour moi le non croyant et le non chrétien est très différent alors que tel qu'on le lit ici... Ça a l'air similaire. Mais mon problème est le suivant, je suis tombé amoureux d'une femme croyante et très pieuse, elle prie beaucoup... Mais elle est musulmane (française, d'origine marocaine et très bien intégré). On prie le même Dieu, de manière différente peut être, mais avec ferveur. Ce qui me chagrine c que quand je cherche des réponses humaine, d'un côté on me dit les hommes musulmans peuvent se marier avec des "gens du livres" (ça c nous). Mais pas les femmes... C pas bien, c interdit... (Alors que c pas si évident et clair que ça dans les paroles du Coran). Et des théologiens moderne lâche du leste doucement, en le. Confirmant, c pas si évident que la femme ne pourrai pas se marier avec "des gens du livre" et l'homme si... Et c presque des injure qui pleuvent envers leurs propre sœurs, et ceux qui veulent se marier avec elles. Comme si on voulait leurs volaient leurs femmes. Et côté chrétien j'entends: Dieu te dis que tu fais ce que tu veux, mais attention tu vas au devant de pleins de problème... Mais g aussi des exemple de couple chrétien/musulmans pour qui tout se passe très bien. Alors, si Dieu est amour et que nous croyons tout deux en lui... Ou est le soucis ? Prier assis ou a genoux. Le craindre ou le respecter. Connaître sa bonté... Sans essayer de convertir mais seulement de d'épauler et s'élever mutuellement dans la foi, même si les coutumes, la façon de prier ont different. On suis tout 2 un chemin d'amour envers notre prochain. (Certe pour eux Jésus est seulement un prophète, pour nous c le Sauveur). Mais Dieu nous a fait tous différents, non. Même si je me mariait avec une chrétienne, elle n'aurait pas forcément la même opinion sur tout. Même les chrétiens entre eux ne sont pas tjrs d'accord... Alors je finirais en Disant que Si Dieu est Amour... Laissons le parler à notre coeur. Et si dans une foule immense je n'ai vu qu'elle parmi une multitude. Peut être que c le Seigneur qui me l'a envoyé.... Alors je dis oui a l'amour et oui a la foi. Dans le respect de nos différence. Parce qu'on est tous différents. C Dieu qui la voulu ainsi... La paix soit sur vous.
  • Afficher tous les 107 commentaires