Être un Annanias

 Lecture : Actes 9 : 10-19.


1) LA DISPONIBILITE D'ANANIAS.

Il est intéressant de constater que le Seigneur s'est adressé à Ananias dans une vision. 2000 ans après ces événements, les chrétiens du 21 ème siècle doivent demeurer dans la foi et disponibles pour recevoir les paroles et les pensées de Dieu. Il ne s'agit pas de dicter ou d'imposer au Seigneur la façon de faire ou de parler mais d'être réceptif et à l'écoute. 1 Sam 3 : 10; Job 33 : 14-19; Jac 1 : 19. Les moyens dont Il se sert pour nous parler sont nombreux et variés : songe, vision, pensée intérieure, parole audible, bible, prédication, chant, prière, musique, conseil humain, nature, événement, maladie, accident… Les disciples, comme Ananias, ont besoin de se tenir prêts car le Saint-Esprit peut les saisir en vue de l'accomplissement d'une œuvre divine.

a) Le monde interpelle le chrétien.

Bien des choses nous interpellent et désirent attirer toute notre attention dans ce monde. Le péché est omniprésent et veut nous prendre dans ses filets. La liberté dans les pratiques sexuelles est depuis longtemps encouragée et défendue. La société de consommation nous entraîne à devenir esclaves du matérialisme. Acquérir avec frénésie est devenu un style de vie. Un mot est particulièrement à la mode actuellement : "pouvoir d'achat". Sa défense, tout à fait compréhensible, est devenue une obsession. Car notre monde occidental veut nous faire croire que le véritable bonheur consiste à avoir un pouvoir d'achat suffisamment élevé pour posséder les biens de la terre et jouir d'un maximum de loisirs. Une pression constante et de plus en plus forte s'effectue pour valoriser le physique et en prendre soin quel qu'en soit le prix. Les magazines montrent des corps sans aucun défaut (c'est cependant oublier l'utilisation de logiciels de retouches des photos !)
Les questions que chaque croyant doit se poser sont les suivantes : "Quelles sont mes réactions face à toutes ces interpellations ? Ai-je tendance à devenir moins vigilent face au péché et plus souple pour éviter d'être marginalisé ? Ai-je l'habitude de minimiser la gravité du péché aux yeux de Dieu ? Ai-je une inclination à adopter la mentalité de ce monde et sa façon de vivre ? Suis-je tenté de vivre prioritairement pour les choses de ce monde ?"
Si nous voulons plaire au Seigneur, il est essentiel de repousser les sollicitations malsaines qui nous entourent (adultère, pornographie, mensonge pour arranger une affaire, magouille professionnelle, critiques et médisances de l'entourage, jeux de hasard…) Gen 4 : 7; Héb 12 : 1; 1 Pie 2 : 1. Pour avancer et grandir dans la foi, il n'est pas envisageable de suivre Jésus tout en répondant favorablement aux propositions à vivre selon la chair. Deut 30 : 15-16; 30 : 19; Mat 7 : 13-14. La recherche effrénée du confort et de la facilité et l'amour des choses du monde ne sont pas compatibles avec le Royaume de Dieu. Jac 4 : 4; 1 Jean 2 : 15-16.

b) Le Seigneur interpelle le chrétien.

Ananias a été apostrophé par le Saint-Esprit. Sa réaction est remarquable car il a démontré de la disponibilité : "Me voici Seigneur". Cette séquence renvoie chaque croyant à une introspection nécessaire qui consiste à réfléchir à la manière avec laquelle il réagit lorsque Dieu l'interpelle. Il peut arriver que le Seigneur demande quelque chose qui ne coûte pas énormément. Il est alors facile de répondre favorablement. Par contre, quand le disciple souhaite évoluer et progresser dans sa vie spirituelle, Dieu l'appelle et lui demande quelque chose de difficile et contraignant. S'il répond favorablement à la requête divine, il aura un prix à payer et un sacrifice à effectuer : changement de programme ou d'habitude, abandon ou report d'un projet agréable, effort à fournir. Luc 9 : 23; 14 : 25-27; 14 : 33.
Les services avec lesquels le Seigneur interpelle les chrétiens sont divers : exercice d'un ministère régulier dans l'église, disponibilité pour conduire des gens à l'assemblée avec son véhicule, temps passé au téléphone pour écouter et exhorter, aide financière ou matérielle, dépannage d'une personne en difficulté… Ananias est appelé "disciple" parce qu'il n'était pas un croyant qui se contentait de recevoir les bienfaits divins. Sa réponse prouve qu'il avait à cœur l'œuvre de Dieu, qu'il était disponible pour servir le Seigneur. Il a accepté d'être dérangé et bousculé et s'est soumis pour accomplir une mission qui n'était pas ordinaire. Osée 3.

2) LES CRAINTES ET L'OBEISSANCE D'ANANIAS.

Act 9 : 13-14 ==> Ananias était légitimement inquiet et craintif à l'idée de rencontrer Saul. Ce-dernier n'était-il pas un persécuteur virulent de l'Eglise ? Le Seigneur a compris sa retenue et sa réserve. Ainsi, il est rassurant de savoir que Dieu nous accueille avec nos doutes, nos incompréhensions, nos craintes. Son attitude n'est ni le rejet ni la condamnation car Il connaît parfaitement les faiblesses liées à notre humanité. Il est un Père aux pieds duquel nous pouvons librement nous décharger de tout fardeau. 1 Pie 5 : 7. Nous pouvons Lui partager nos angoisses, nos interrogations et nos souffrances et être ainsi soulagés d'avoir été entendus et compris. Le secours et la sécurité se trouvent en Lui. Gen 49 : 18; Ps 46 : 2; 121 : 1-2; Es 41 : 10; 41 : 13.
Ananias a reçu une réponse divine et a été alors rassuré. Act 9 : 15-16. Il a découvert quel était le plan du Seigneur pour Saul et a obtempéré. Ainsi, quand un chrétien a compris le dessein de Dieu pour lui ou une autre personne, il est important qu'il mette tout en œuvre pour se soumettre et obéir. Le drame est de savoir ce qu'il convient de faire et de ne pas agir en conséquence. Le véritable disciple de Jésus est celui qui, après avoir été éclairé, prend des décisions et agit conformément à la lumière reçue, même si ça lui coûte. Job 23 : 12; Mat 26 : 39.
Une remarque : Ananias a obtenu une explication suite à son objection. Il a ensuite obéi. Toutefois, il convient de préciser que le chrétien ne reçoit pas systématiquement les réponses à toutes ses questions. Il faut avouer que parfois le Seigneur fait silence ou répond longtemps après. Dans ces conditions, il est nécessaire d'être animé d'une dose supplémentaire de foi et d'amour pour continuer à marcher fidèlement dans les voies de Dieu et Lui être soumis alors que des réponses espérées ne sont pas données et que demeurent l'incompréhension et les "pourquoi". Suivre Jésus sans tout comprendre et Lui faire confiance malgré tout est une caractéristique du disciple.


3) LA FRATERNITE D'ANANIAS.

Ananias est un nom dont la signification est superbe : "L'Eternel a été miséricordieux". Ananias était un disciple de Jésus, il a donc bénéficié de la miséricorde divine pour être sauvé. Celle-ci se manifeste quand le Dieu saint et pur s'approche de l'homme pécheur et souillé. Il lui tend une main secourable et l'invite à entrer dans le salut qu'Il a parfaitement préparé en Jésus-Christ. Act 4 : 12; 1 Thes 5 : 9; 2 Thes 2 : 13; 2 Tim 2 : 10; Héb 5:9. Ananias a réalisé avoir été touché par la grâce et l'amour immérités du Créateur. Son comportement fraternel en faveur de Saul démontre qu'il a manifesté à son tour de la miséricorde. Pourtant, il s'est trouvé en présence d'un homme qui persécutait les chrétiens et les poursuivait afin de les jeter en prison. Act 9 : 1-2; Gal 1 : 13-14. Saul a appuyé et approuvé le meurtre d'un innocent rempli de foi. Act 7 : 57-60; 8 : 1. Lui-même souligne la violence aveugle dont il faisait preuve. 1 Tim 1 : 12-13. Ananias aurait pu lui rappeler ses méfaits, ses agissements et son passé peu glorieux à l'encontre des chrétiens. Il aurait pu être animé de rancune et lui adresser des reproches cinglants. Il n'en a rien été car il s'est certainement souvenu que lui-même a bénéficié de la miséricorde divine. Son choix a donc été d'adopter une attitude identique vis à vis de Saul afin de déployer à son tour la grâce et la faveur du Seigneur.
Ce passage nous montre l'importance de se débarrasser des blocages dans nos vies : rancune, amertume, rancœur, désir de vengeance et de faire payer à l'autre ses fautes, haine. Dans les relations humaines, il n'y a pas d'évolution positive ni d'amélioration ni de guérison des cœurs quand les personnes vivent en ressassant le passé et qu'elles saisissent la moindre occasion pour en parler et ainsi régler des comptes.
Rom 12 : 19-21. Lorsqu'une personne s'est convertie, qu'elle s'est repentie sincèrement de ses péchés et qu'elle marche avec Jésus, il n'y a aucune raison biblique de l'humilier et de la rabaisser en lui rappelant ses fautes passées. Prov 10 : 12; 17 : 9; 1 Pie 4 : 8.
Ananias n'a pas non plus été distant ou froid avec Saul. Il a eu un comportement empreint d'une authentique fraternité : "Saul, mon frère". Act 9 : 17. Malgré ce que Saul a été, il est réellement devenu un frère dans la foi. Les membres de l'Eglise doivent être capables de déployer des trésors de fraternité, quelque soit le passé des uns et des autres. Une assemblée en bonne santé est composée de chrétiens qui ne viennent pas aux offices pour rencontrer Jésus seulement mais pour rencontrer également les autres disciples et entourer les incroyants. Il est normal et souhaitable pour une église d'aspirer à exprimer la vie de l'Esprit. 1 Cor 14 : 1. Cependant, la fraternité est en rapport étroit avec la notion d'amour qui est une qualité majeure. 1 Cor 13. Ainsi, ayons de moins en moins de retenue pour témoigner la fraternité, surmontons la timidité et débarrassons-nous des raisonnements qui limitent ou étouffent cette expression. Ne saluons pas uniquement les gens que nous apprécions et connaissons bien. Allons à la rencontre aussi des autres et ouvrons nos maisons pour des partages et des échanges fraternels. Rom 12 : 13.


4) ETRE UN ANANIAS POUR LES AUTRES.

Ananias n'était ni apôtre, ni un évangéliste de renom. Il n'est pas connu pour avoir exercé un ministère en vue. Dans toute la bible, seuls 12 versets exactement lui sont consacrés. Act 9 : 10-19; Act 22 : 12-13. Ce n'est pas grand chose à côté de Saul devenu plus tard Paul ! Cependant, il a joué un rôle déterminant et a été une riche bénédiction pour l'apôtre. Ce-dernier a appris qu'il avait besoin des autres pour réaliser l'œuvre de Dieu. Paul a été l'homme que nous connaissons parce qu'il y a eu un Ananias sur son chemin.
Nous pouvons aspirer à être un "Paul". Néanmoins, être un "Ananias" si c'est le plan du Seigneur est un privilège glorieux. Pour cela, il faut avoir à cœur la vie des autres et être animé de la vision de les voir évoluer et grandir. Il s'agit d'être animé du désir de bénir le prochain pour que celui-ci entre pleinement dans le plan divin.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires