Existe-t-il un véritable adultère par la pensée ?

Existe-t-il un véritable adultère par la pensée ?
Question d'un Internaute : «Jésus a dit: quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Cela veut-il dire que l’intention vaut l’action, et que cela équivaut à un adultère physique?»

Qu'il me soit permis de dire tout d'abord qu'à mon sens, cet adage populaire «l'intention vaut l'action», qui s'est hissé au rang des proverbes, est une parfaite absurdité.

Il faut tout d'abord définir ce qu'est une intention. Le dictionnaire précise que ce mot vient du latin intentio, qui signifie «action de diriger». Puis il nous donne une définition: «Dessein délibéré d'accomplir tel ou tel acte.» L'intention est donc une pensée dirigée vers un dessein particulier; cela ressemble fort à un projet. Or, chacun conviendra qu'il existe toujours une certaine distance entre un projet et son accomplissement, et il est impossible de les confondre. Dans les bureaux d'étude naissent de nombreux projets qui finissent leur carrière, pour beaucoup d’entre eux, à la poubelle. Seuls certains seront mis en œuvre: l'intention deviendra action.

Que l'action puisse devenir la conséquence de l'intention est indéniable. Mais cela ne nous permet pas d'affirmer péremptoirement que «l'intention vaut l'action». La première se situe dans l'abstrait, la seconde dans le concret.

L'apôtre Jacques avait parfaitement compris cette différence lorsqu'il a écrit:

«la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort» (Jacques 1.15).

C'est dans l'imaginaire que la convoitise conçoit et enfante le péché, mais c'est dans le réel que le péché est consommé.

Venons-en maintenant aux paroles de Jésus:

«Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras point d'adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur» (Matthieu 5.27-28).

Jésus a-t-il voulu dire, comme certains s'empressent de l'affirmer allègrement, qu'il y a équivalence entre une pensée d'adultère et un adultère réel physique? Force est de constater, d'après nos précédentes réflexions, que ce dont Jésus parle se situe uniquement dans l'imaginaire: celui qui convoite une femme, nous dit Jésus, se laisse aller à des fantasmes d'adultère, qui peuvent, bien entendu, mais non nécessairement, déboucher sur la consommation de l'acte. Si l'individu en reste à ses fantasmes, il peut sans doute s'accuser de pensées impures, dont il devrait chercher la délivrance, mais certainement pas d'adultère !

Ce que Jésus veut souligner ici, comme dans tout le sermon sur la montagne, c'est l'importance primordiale de la vie intérieure de ses disciples, contrairement au formalisme stérile des scribes et des pharisiens. Ce qui compte pour Jésus, ce n'est pas le faire, mais l'être.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

22 commentaires
  • Etoil Il y a 11 mois, 1 semaine

    Pardon mais je ne suis pas d'accord. Les paroles de Jésus sont claires : quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Il n'y a pas de quoi tergiverser. Tout comme sur cette parole où Jésus nous dit que si on insulte son frère, on est un meurtrier. Pourquoi vouloir déformer la parole de Dieu ? L'issue n'est pas de demander pardon pour de mauvaises pensées mais de reconnaître qu'on est adultère par nature ! Quel est l'enseignement ici ? Je crois que c'est que le péché débute dans nos pensées et révèle qui nous sommes. Le fantasme met en lumière la nature pécheresse. S'adonner à des fantasmes, c'est ouvrir la porte au péché et s'exposer. Souvenons-nous de la triste histoire de David. D'abord il a désiré Batshebah ensuite il a commis l'adultère puis le meurtre. Lorsqu'il l'a regardée avec désir, il ne manquait plus que "l'occasion". Il avait déjà commis l'adultère dans son cœur, il n'était plus fidèle à sa/ses femmes. Reconnaissons notre misère, et venons à Jésus pour être pardonnés. Osons mettre les mots justes sur nos péchés tels que la parole les décrits. Le sang de Jésus-Christ purifie de tout péché.
  • Joe-972 Il y a 2 années, 10 mois

    Bonjour à tous et à toutes. Il est de coutume de considérer l'adultère de manière sexuelle et mélanger des notions qui font l'objet de commandements distincts ! Le commandement qui dit "Tu ne commettras pas d'adultère" ne remplace pas celui qui dit "Tu ne convoiteras pas" La loi de Dieu existe avant toute création et bien-sûr, les tables de la Loi ne sont qu'une manière de porter à la connaissance des hommes cette Loi. Quand Lucifer, ange de lumière se révolta contre Dieu, il fut rempli de pensées de convoitise qui n'avaient pas de caractère sexuel mais de domination. Cela est exprimé en Esaïe 14 : 13 Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, J'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; Je m'assiérai sur la montagne de l'assemblée, A l'extrémité du septentrion; 14 Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très-Haut. Il convoitait la place de Dieu, l'élévation sans le caractère pur et sans taches ! La convoitise est l'une des premières manifestations de la présence du mal dans un cœur ! Pour arriver à ses fins et s'appuyant sur sa présomption et sa prétention il (Satan) offrît son cœur aux Ténèbres. En Ézéchiel 28, il est dit entre autre : 15 Tu as été intègre dans tes voies, Depuis le jour où tu fus créé Jusqu'à celui où l'iniquité a été trouvée chez toi. ! Là, il il a double lien :Lumière/ Ténèbres. C'est ça le principe de l'adultère. Maintenant, il est important de comprendre la portée pécheresse de ces sentiments, vis à vis de Dieu. Lorsque que l'on convoite la hauteur de Dieu, on éprouve de la jalousie qui est associée à de l'envie, de l'admiration de la....colère ! Le pécheur désire s'approprier ce qu'il voit, admire mais qui appartient à l'autre ! Il se lie aux forces du Mal pour arriver à ses fins. Il entre en conflit avec Dieu, Lui-même, avec...L'Amour ! Cela se répercute dans nos vies humaines. Exemple fiction (quoique !) : Un homme (marié) convoite une femme. Il trahit ses sentiments en engagements envers sa femme, détourne l'autre femme de son mari, expose les sentiments de son épouse et ceux du mari de l'autre à la destruction. Il combat l'amour, Dieu de la même manière ! Le but étant une satisfaction personnelle égocentrique et égoïste ! L'adultère est le seul motif qui peut justifier une répudiation d'un membre du couple, comme Lucifer fut chassé du Ciel ! Mais l'adultère n'est pas que sexuel ! Une église qui a des pratiques contraires à la Loi de Dieu est en adultère spirituel ! Toute notion de double liens, de chaud/froid...de tiédeur dans un but égoïste, déterminent l'adultère. La convoitise est déjà "péché", puisque c'est l'action du cœur de péché ! Le péché ne s'exprime pas que par des actes physiques : L'hypocrisie, le mensonge, la fausseté, la critique, les jugements sont aussi des dispositions intérieures. On peut sourire et être en colère ! S'il est vrai qu'il faille "être" au lieu de "faire", ce que nous faisons nous révèle qui nous somme réellement. La pensée est le début de l'Amour ou du péché !
  • Afficher tous les 22 commentaires