Faut-il avoir peur des épidémies ?

Faut-il avoir peur des épidémies ?

Les épidémies existent depuis toujours. Peste, choléra, variole, tuberculose, grippe espagnole, Ebola, coronavirus, des mots qui font peur ... 
Les chrétiens auraient-il une "arme secrète" face à ces ennemis cachés que sont les virus ?

Un tsunami balaie actuellement la planète. Tout ce qui semblait solide s’effondre sous nos yeux. Santé, économie, vie sociale … se conjuguent au passé un peu partout dans le monde. Un ennemi microscopique, invisible et mortel est potentiellement caché dans chaque individu rencontré, chaque objet effleuré. En un mot : c’est la panique à bord du vaisseau planétaire. En cause, un virus, minuscule être vivant imprévisible et méchant, qui n’avait même pas de nom il y a quelques semaines : COVID-19.

Quelques chiffres

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde, soit 31% de décès par an, 17,7 millions de personnes.

Le cancer est la première cause de mortalité en France. Sans oublier les accidents de voiture, pourtant nous n’hésitons pas à prendre le volant.

Nous sommes informés, et même surinformés, et pourtant nous continuons de vivre comme si nous n’étions pas concernés. Malbouffe, sédentarisation, stress conduites à risques …  font partie intégrante de la vie quotidienne d’une majorité des contemporains du XXIè siècle. Les multiples études et mises en garde ne remettent pas fondamentalement en cause les fonctionnements individuel et sociétal.

Des peurs primitives

L’être humain est par définition un mammifère doté de conscience et en capacité de développer du lien social. Quand il subit une forte pression, quand il a le sentiment de ne plus rien maîtriser et d’être dans une situation préjudiciable, un environnement hostile, il peut se laisser dominer par des peurs primitives.

Sa raison passe au second plan, il est terrorisé par l’inconnu, par ce qui”pourrait” arriver. Il a peur de souffrir et de mourir … Il a peur de tout et de tout le monde.

Il existe tout un vocabulaire pour définir les multiples peurs : de l’arachnophobie (araignées) à la pogonophobie (barbe). Le summum revient à la pantophobie (peur de tout)

Pourtant on estime que 95% de nos peurs ne se sont jamais fondées et ne se réalisent jamais.

Peur de la maladie

La nosophobie (ou pathophobie) est la peur de la maladie.

Un être humain “normal” n’aime pas souffrir, être malade, limité dans son activité, dépendant des autres. Et il n’aime pas voir souffrir les autres, ses proches, les enfants, les personnes fragiles ...

En période d’épidémie ou de pandémie, il est normal de chercher à se protéger. Diverses consignes sont diffusées en masse pour permettre d’endiguer le fléau au plus vite. Il nous faut les appliquer. Ce n’est pas le lieu pour les rappeler.

Et pour les chrétiens ?

Dans l’Histoire, les chrétiens ont toujours été au service des plus pauvres et des malades. Création des hôpitaux, ONG, présence sur les lieux de conflits, soins aux malades pendant les grandes épidémies … Beaucoup ont donné leurs vies pour les autres, sans que l’Histoire ne retienne leurs noms et ne leur élève des monuments. 

Manifester l’amour de Dieu est facile en période de paix avec nos proches et nos amis. Mais Jésus nous demande d’aller beaucoup plus loin. En tant qu’enfant de Dieu, nous ne nous appartenons plus, et nous devons aimer et servir les autres.

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?
1 Corinthiens 6.19

Et celui qui vous donnera à boire un verre d'eau en mon nom, parce que vous appartenez à Christ, je vous le dis en vérité, il ne perdra pas sa récompense.
Marc 9.41

Quand t'avons-nous vu malade ou en prison et sommes-nous allés vers toi ?’
Et le roi leur répondra : ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait cela à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.’
Matthieu 25.34-40

Quand l'agressivité et la peur montent, faisons la différence par notre attitude et nos gestes d’amour

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta pensée et de toutes tes forces.
Et voici celui qui le suit immédiatement : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus important que ceux-là.
Marc 12.30-31 (Parole Vivante)

Si quelqu’un m’aime, il mettra en pratique ce que j’ai dit. Ainsi mon Père aussi l’aimera : nous viendrons tous deux (vers) lui et nous nous établirons à demeure chez lui.
Jean 14.23

Le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, le bon caractère, l’amabilité, la serviabilité, la bonté, la générosité, la fidélité, la confiance dans les autres, la douceur, la modestie, l’humilité, l’aptitude à céder et à s’adapter, la tempérance, la chasteté, la maîtrise de soi. Aucune loi n’interdit cela, et contre ceux qui vivent ainsi, elle n’a pas même besoin d’intervenir.
Galates 5.22-23 (Parole Vivante)

Concrètement : 

  • Téléphonons aux personnes seules ou fragiles

  • Encourageons par nos paroles

  • Ne relayons pas d’infos et de témoignages non vérifiés et très angoissants

  • N’agressons pas les employés du supermarché si certains rayons sont vides

Cadeau : Dieu nous donne SA PAIX !

Je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne. Ce cadeau n’a rien de commun avec ce que le monde peut donner, avec sa paix à lui. C’est pourquoi, cessez d’être inquiets et de vous laisser troubler. Bannissez toute crainte de vos cœurs.
Jean 14.27 (Parole Vivante)

Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde.
Jean 16.33

Vous, mes chers enfants, vous appartenez à Dieu et vous avez la victoire sur ces esprits-là, car celui qui vit en vous et qui agit au milieu de vous est plus puissant que le prince de ce monde qui les inspire.
1 Jean 4.4

Ne nous inquiétons de rien, mais en toute circonstance demandons à Dieu dans la prière ce dont nous avons besoin, et faisons-le avec un cœur reconnaissant. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut imaginer, gardera nos cœurs et nos pensées en communion avec Jésus-Christ.
Philippiens 4.6-7 (Français Courant)

Si vous êtes malade, ou si quelqu'un de votre connaissance est touché, vous pouvez mettre une requête de prière dans notre groupe de prières sur Facebook.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

71 commentaires