Fayola, une violette dans la ville

Fayola, une violette dans la ville
Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent.
2 Corinthiens 2:15

J'ai connu il y a pas mal d'années une vieille femme qui évangélisait parmi les gens du voyage. Je ne me rappelle plus son prénom et je ne l'ai peut-être même jamais su. Mais ils l'avaient comme « adoptée » et l'appelaient Fayola, c'est à dire Violette en manouche. Et de fait elle était aussi discrète que cette petite fleur et elle sentait très bon, elle exhalait la bonne odeur de l'évangile du Seigneur. Elle était toute petite et toute fluette, mais elle était accueillie avec joie dans toutes les caravanes, tant par les parents que par les enfants. Mon mari et moi avions été très touchés et même très impressionnés de ces quelques heures passées en sa compagnie, chez des gens que nous ne connaissions pas ou si mal.

Les médias nous gavent littéralement d'images de « people », jusqu'à en avoir la nausée. La nouvelle robe « osée » de telle starlette … L'entrée éblouissante de telle actrice sur le tapis rouge du festival de Cannes. Image tout aussitôt chassée par celle, encore plus éblouissante, d'une toute jeune, inconnue jusqu’alors, mais « remarquée » par un grand réalisateur qui lui a confié LE grand rôle de sa jeune carrière, celui qui vient de l'amener sous les projecteurs du célèbre tapis rouge.

Pas de tapis rouge pour Fayola, mais un simple parking, sans aucun éclat ni aucun confort. Les lumières : quelques réverbères. Rien de bien exaltant et encore moins poétique !

Je ne me souviens plus de sa physionomie, mais cette vieille femme est restée dans ma mémoire comme un témoin tout simple et très précieux aux yeux du Seigneur, des gens du voyage et de tous ceux qui la côtoyaient, ne serait-ce qu'une fois, comme un rayon de soleil dans la grisaille de la ville et du parking en bitume où étaient stationnées les caravanes.


Cantique des degrés. De David.
Éternel ! Je n'ai ni un coeur qui s'enfle, ni des regards hautains ;
je ne m'occupe pas de choses trop grandes et trop relevées pour moi.
Loin de là, j'ai l'âme calme et tranquille,
comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère ;
j'ai l'âme comme un enfant sevré.
Israël, mets ton espoir en l'Éternel,
dès maintenant et à jamais !

Psaume 131



Ma prière :


Seigneur je désire de tout mon cœur sentir bon ton évangile et laisser un sillage de ta bonne odeur partout où tu m'enverras.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

9 commentaires
  • emiliev Il y a 7 années, 11 mois

    Que soit un instrument à ta gloire et que je puisse toucher les personnes autour de moi a travesti de mon comportement, attitude. Afin qu'on puisse se souvenir que tu es dans mon cœur.
  • Armelle Il y a 8 années

    Merci Elisabeth, j'aime, j'approuve et je me joins à ta prière ! C'est ce que je demande moi aussi !!! Puissions-nous tous exhaler la bonne odeur de Jésus pour tous ceux qui nous entourent et, chacun à notre manière, leur transmettre un peu de Sa Vie ! Sois bénie !
  • rogerluk Il y a 8 années

    Merçi de nous avoir rappelé que les mamans ont aussi un grand rôle à jouer dans le champ de Dieu.
  • Afficher tous les 9 commentaires