Fils prodigue

Cette semaine nous lisons: le chapitre 15 de l’Évangile selon Luc.

Deux fils reçoivent l’amour sans partage de leur père mais se plaignent. Le père fait-il une différence entre les enfants?


Ce passage parle d’un père qui aime ses fils et veut leur épanouissement. Cet amour respecte leur choix (versets11 a 13), surtout celui du plus jeune. Ce dernier fait le choix douloureux de quitter la maison avec tout son héritage

Le père en souffre et attend secrètement, et sans nul doute avec anxiété, le retour du jeune fils (verset 20). Lorsqu’il revient, le père est heureux de le revoir (verset 22). Il manifeste sa joie, son amour avec actions de grâces et par une fête (verset 23). Il ne demande pas des comptes. Son cœur est rempli de reconnaissance car son fils est en bonne santé (verset 27). Il ne comprend pas la réaction de son fils aîné et ne s’y attarde pas car il a la conscience tranquille. Il n’a pas fait de différence ni de préférence. Il aime ses enfants.

Le plus jeune, quant à lui, connaît son père et est confiant. Il parle facilement (verset 11). Il doit se surestimer ou désire prouver qu’il n’a pas besoin d’être couvert par son grand frère ou son père (verset 13). Après une série de combats intérieurs (verset 17), il ose revenir à la maison (verset18). Il vit un sentiment d’échec mais a l’assurance qu’il ne sera pas rejeté par son père Il sait que la demande de pardon est la première étape pour rétablir une relation brisée (versets 18 et 19).

Le fils aîné travaille avec son père et ne semble pas avoir de problèmes. Quand il rentre et entend l’effervescence de la maison, il s’informe de ce qui se passe (verset 26). Il se met en colère et refuse l’invitation de son père (verset 28).Cet événement a ouvert un océan d’amertume, d’accusations déguisées vis-à-vis de son jeune frère et le grand frère semble insensible au sort de son cadet et de la famille (verset 29). Il ne se réjouit pas et trouve même un motif pour se plaindre.

A première vue, ce texte semble loin des intérêts des femmes, mais combien de fois ne nous sommes-nous pas entendu dire « Tu préfères mon frère ou ma sœur! » Combien de fois n’avons-nous pas pleuré en silence pour une relation brisée avec un être qui nous est proche? Combien de fois n’avons-nous pas, comme le fils aîné, murmuré ou compté le temps passé à servir d’autres sans être appréciée ?

Ce texte nous donne matière à réflexion et espérance.

Notre prière : Seigneur, aide-nous, comme ce père, à retrouver ce que nous avons perdu. Donne-nous le désir de vouloir réjouir ton cœur de père en ramenant à la vie toutes nos relations mortes!

Verset-clé : Luc 15: 24 "Car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et je l’ai retrouvé".

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire