Jésus mis au tombeau

Jésus mis au tombeau

Jésus est mort l’après-midi de la Pâque, le 14 Nisan après 15h, ce qui correspond au mois d’avril de notre époque. (Matthieu 27)

Il est mort à l’heure où les agneaux sans défaut, qui avaient été choisis 4 jours auparavant, sont immolés sur l’autel du temple de Jérusalem en souvenir des agneaux sacrifiés en Egypte pour le salut du peuple.

La plupart des disciples ont abandonné Jésus.
Près de la croix pour entendre les dernières paroles de Jésus il n’y a que sa mère, Marie et quelques femmes fidèles qui le suivaient depuis le début.
Il y a aussi un certain Jean qui traditionnellement est identifié comme l’apôtre historique et à qui Jésus confie sa mère, Marie.
Judas s’est suicidé quand il comprit les conséquences de sa trahison.

A cause de shabbat, les Juifs ne veulent pas que celui qui est pendu au bois y passe la nuit. Ils demandent donc à Pilate de lui briser les jambes selon la coutume et qu’il meurt asphyxié. Mais Jésus est déjà mort.

Qui maintenant va prendre son corps et le mettre sans doute, dans une fosse commune réservée aux miséreux et aux parias ? Tous sont pauvres et il n’y a personne pour le porter. Un homme se lève. Il s’appelle Joseph de la petite ville d’Arimathée, située à 30 Km de Jérusalem.

Joseph est membre du Sanhédrin. Il n’a pas participé aux décisions des autres religieux. Il est riche et a soif du Royaume de Dieu. Il a le courage, lui le disciple caché, de réclamer le corps de Jésus à Pilate au risque d’être dévoilé, perdre sa réputation et sa place dans la société.
Il prend en charge le corps de Jésus et le place dans un tombeau neuf. En le faisant, il affiche clairement et ouvertement sa position. Dans un contexte des plus dramatique et inquiétant, il n’a pas peur de l’opposition toute puissante de ceux qui pourraient le rejeter et même le faire mourir.

Il fait partie de ces Hommes qui dans des situations extrêmes révèlent un courage extrême. De ces hommes qui ne se contentent pas de grandes déclarations fracassantes quand tout va bien, mais qui s’enfuient dès que le vent tourne. Il agit et paye de sa personne et de son argent.
Ses convictions et son respect pour Jésus sont bien plus fort que ses intérêts propres et sa vie confortable de nantis à laquelle tant et tant de gens sont si fortement attachés.

Dans cette tâche, il est aidé par un autre notable, Nicodème. Celui-là même qui avait rencontré Jésus de nuit. Tous deux l’embaument, mettent les bandelettes traditionnelles autour de son corps ainsi qu’un linge sur son visage.

Jusqu’où aimons-nous Jésus et l’Évangile ?

C’est une question que tout le monde devrait se poser et y apporter une réponse claire et précise. Personne ne peut présager de ses réactions face à l’opposition, l’épreuve, la douleur, la mort, personne !

Dans des temps à venir, que la Bible décrit comme apocalyptiques, et qui le sont déjà pour beaucoup de nos frères, nous devons nous préparer afin qu’au moment voulu, nous prenions les bonnes décisions et accomplissions les bonnes actions, comme Joseph d’Arimathée l’a fait à son heure. 



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire