Jeûner ou déjeuner ?

Jeûner ou déjeuner ?

Lecture Luc 14 : 15-24.

1) LES AVANTAGES DE LA DETENTE DANS L'EGLISE.

Il est essentiel de favoriser la qualité de la vie de l'assemblée afin de connaître une croissance numérique. Le Seigneur désire que tous les humains soient sauvés et possèdent la vie éternelle.

1 Tim 2 : 4; 2 Pi 3 : 9. Il souhaite également une vie riche et fructueuse pour chaque disciple. Prov 15 : 6; Jean 10 : 10. Ainsi, Dieu considère les 2 aspects complémentaires de la qualité et de la quantité.

L'Eglise doit donc s'investir dans un programme qui permet de promouvoir les relations fraternelles, les contacts appréciables entre les membres, les activités encourageant l'écoute, le partage, la découverte des autres. Le but est que les chrétiens soient heureux et épanouis pour conduire les incroyants à expérimenter la vie nouvelle en Jésus.

La sortie d'église agrémentée d'un agréable pique-nique dimanche dernier s'inscrit tout à fait dans ce cadre. Il convient de remarquer que le Seigneur participait souvent à des repas. Dans le contexte oriental de l'époque, les gens passaient des heures à table car c'était un endroit propice pour les échanges et les conversations et un respect de la coutume de l'hospitalité. Mat 8 : 14-15; Luc 7 : 36-50; 14 : 1.

Néanmoins, Jésus invite Ses disciples à participer à d'autres rassemblements, non pas autour d'une table avec des mets succulents mais auprès de Lui dans le jeûne et la prière. Si l'Eglise est motivée quand il est question de repas, elle devrait l'être au moins autant quand il s'agit de chercher la face de Dieu dans le jeûne.

Il est intéressant d'effectuer cette remarque : une cinquantaine de personnes était présentes pour le pique-nique, alors que 18 à 25 participants s'investissent régulièrement dans les moments de jeûnes et prières.

2) LES EXCUSES PAR RAPPORT A L'INVITATION AU JEUNE.

Le passage de Luc 14 évoque l'invitation au salut de la part de Dieu. Le souper est le symbole de la communion et de l'intimité avec le Seigneur. Apo 3 : 20. Ces réalités connaîtront une dimension parfaite dans le ciel lorsque les chrétiens jouiront de la présence de leur Sauveur en plénitude.

Au travers de la réflexion de ce matin, nous allons considérer que le Seigneur convie chacun à un repas spirituel au moyen du jeûne. Jésus a évoqué la nécessité pour le corps d'être alimenté, mais Il a aussi souligné l'importance de la nourriture de l'âme et de l'esprit. Mat 4 : 4. Pour Lui, accomplir la volonté du Père constituait Son mode de subsistance, Sa raison de vivre. Jean 4 : 34.

Ainsi, Dieu souhaite voir Ses enfants s'impliquer de façon active dans des temps de rencontres de jeûnes et de prières. Cependant, comme dans Luc 14, les croyants peuvent présenter des excuses afin de ne pas participer.

a) L'excuse du champ. Luc 14 : 18.

L'invité ne répond pas favorablement à la proposition car il a fait l'acquisition d'un champ. Ceci correspond à la personne qui donne la priorité à son patrimoine. Les affaires en relation avec la maison et les choses matérielles viennent en premier et sont une préoccupation majeure. Elles empêchent ou limitent la consécration spirituelle.

b) L'excuse des bœufs . Luc 14 : 19.

Cet empêchement est en rapport avec le travail nécessaire pour le pourvoit des besoins de chacun. Si l'activité professionnelle est indispensable, elle peut devenir un piège pour s'enrichir et acquérir un maximum de confort terrestre au détriment de la recherche spirituelle. (Il n'est pas ici question des contraintes et des obligations auxquelles un chrétien est tenu de se soumettre dans le monde du travail)

c) L'excuse du couple. Luc 14 : 20.

Celui-ci vient de se marier, il n'est donc pas question pour lui d'honorer l'invitation. Cet homme représente le croyant qui préfère son couple, ses enfants, sa famille voir ses amis à un moment de jeûne et prières. Il est bienséant d'honorer ses proches et ses connaissances. La sagesse et l'équilibre demandent parfois de ne pas participer au programme de l'assemblée pour être avec les siens. Cependant, lorsque la priorité leur est donnée systématiquement au détriment de la recherche spirituelle, le Seigneur désapprouve. Mat 10 : 34-38; Luc 14 : 25-27.

Il est légitime d'entreprendre une vie de couple avec comme base solide et commune la foi dans le Seigneur. De la même façon, il est normal de profiter des possessions terrestres et du travail source de revenus car ce sont des bénédictions que Dieu accorde selon Ses largesses. Derrière des excuses présentables sur un plan humain se cache souvent un manque de consécration, de ferveur au niveau de la foi. Le problème réside dans la priorité qui n'est pas accordée à Jésus. Mat 6 : 33; Col 3 : 2.

d) D'autres excuses.

La distance et le fait de rentrer tard à la maison. Rester jeûner le dimanche midi oblige certains à gagner leur domicile en fin d'après-midi à cause du déplacement.

Certains sont découragés car ayant participé à un temps de prières, ils n'ont pas été bénis à la hauteur de leur attente. Ils ne viennent donc plus. Les Ecritures encouragent à la persévérance et à l'abnégation. Luc 18 : 1-8; Act 1 : 14; 2 : 42.

D'autres ont cherché le Seigneur et ont participé au jeûne avec les frères et sœurs car ils étaient dans une situation de souffrance ou d'échec. Ils ont été bénis richement et sont repartis avec un bienfait divin authentique. Malheureusement, ils n'ont pas poursuivi dans la même voie et ont toujours d'autres occupations au moment des rassemblements de l'église pour chercher la face de Dieu.

Luc 17 : 11-19 Þ Les 10 lépreux ont manifesté la foi pour être purifiés. Ils ont crié à Jésus qui a eu pitié d'eux et ils ont été bénis. Seulement, 9 parmi eux ont poursuivi leur route enrichis de la grâce divine sans revenir vers le Fils de Dieu et prendre du temps avec Lui. Le comportement qui réjouit le cœur du Père est celui d'un disciple qui reste avec son Seigneur et demeure dans Sa présence. Marc 5 : 18.

3) LE DESIR DE DIEU.

Luc 14 : 21-23 Þ Dans le cadre du salut, le Créateur aspire ardemment à ce que Son ciel de gloire soit rempli de personnes sauvées. Au niveau de la vie de l'Eglise, Il désire voir Ses enfants s'investir dans le jeûne et la prière et remplir le lieu prévu à cet effet.

La bible présente des personnages animés d'un profond désir et motivés pour rechercher le Seigneur. Zachée a rencontré des obstacles (sa petite taille, la foule, le rejet et le mépris des autres, sa mauvaise réputation) mais il les a surmontés car il était résolu et déterminé à voir Jésus. Luc 19 : 1-10.

L'eunuque Ethiopien a parcouru 2000 kilomètres pour se rendre à Jérusalem et adorer Dieu. La distance ne l'a pas effrayé ni les difficultés d'un trajet long, fatiguant et pénible. Il a certainement traversé des zones arides et austères et même dangereuses. De plus, il s'est organisé afin que les affaires liées à sa fonction soient assumées. Il a certainement planifié et préparé à l'avance son voyage. Act 8 : 26-40.

Toutes ces qualités devraient être celles du disciple motivé pour se tenir devant Dieu. Le courage permet de surmonter les inconvénients liés à la distance. Le zèle pousse à programmer les moments de jeûne dans son emploi du temps afin d'y participer. La motivation aide à trouver l'organisation nécessaire face aux différentes contraintes.

Des personnes présentes à la fête de Pâques ont souhaité voir Jésus. Jean 12 : 20-22. Ils ont réclamé Sa présence avec "instance". Ils ont formulé à Philippe une requête, une sollicitation pressante. Cette attitude doit nous inspirer car elle dénote une aspiration réelle à rencontrer le Seigneur. Les disciples ayant à cœur une vie épanouie et utile avec Dieu ont besoin de démontrer une détermination identique car Dieu se laisse découvrir et trouver par ceux qui Le cherchent de tout leur cœur avec persévérance. 1 Chro 28 : 9;

2 Chro 15 : 2; 15; Ps 34 : 5; Es 55 : 6; Jér 29 : 13; Mat 7 : 7-8; Act 2 : 46-47.

Jacob a manifesté de la pugnacité jusqu'à ce qu'il soit béni. Gen 32 : 22-32. Le fils d'Isaac a passé une grande partie de sa vie à lutter avec ses moyens humains pour accomplir une œuvre charnelle. Au travers de cette rencontre avec l'Eternel, il se bat pour être béni. Suite à ce moment, son nom a été changé, traduisant la transformation opérée en lui.

Cette expérience montre que vouloir rencontrer le Seigneur passe parfois par des luttes et des combats contre le découragement, le doute, la maladie, la lassitude, le manque de motivation, la souffrance. Néanmoins, la persévérance ouvre la porte de la bénédiction et permet de vivre des transformations intérieures et des victoires. Gen 32 : 28.

Le Seigneur agit dans le cadre de Sa souveraineté mais aussi en fonction de la consécration de l'Eglise. L'assemblée est appelée à relever plusieurs défis : croissance de l'œuvre de Niort et des annexes, restauration et épanouissement de ses membres. En effet, la volonté de Dieu est d'attirer à Lui et de sauver les perdus. Jean 3 : 16. Parallèlement, Il désire le bien-être de Ses enfants. Mat 7 : 11; 1 Tim 6 : 17. Pour atteindre ces objectifs, cela nécessite de privilégier les temps de recherche du Seigneur au travers du jeûne et la prière. Jésus a précisé que certaines victoires sont remportées à ce prix-là. Mat 17 : 21.

La question posée à chacun est la suivante : "Suis-je disposé à payer le prix de la consécration, du renoncement, de la mort à soi afin de privilégier les choses d'en haut ?" Le jeûne est l'abstinence volontaire de nourriture pour se tenir devant le Père. Il passe nécessairement par l'oubli de soi et l'acceptation de la privation pour placer le Seigneur au-dessus des préoccupations terrestres. Est-ce la motivation de chacun ?

Bien évidemment, dans un souci d'équilibre, il convient de mentionner la réalité des impossibilités absolues empêchant la participation au jeûne et prières (maladie, handicap, conjoint inconverti, circonstance particulière, nécessité d'absence…)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire