La "folie" de Noël

La "folie" de Noël

Si vous vouliez communiquer un puissant message afin qu’il obtienne un impact maximal, quelle serait votre stratégie ?  Est-ce que vous convoqueriez une grande conférence de presse – ou encore est-ce que vous lanceriez une importante campagne de publicité et de relations publiques, avec force fanions, panneaux publicitaires, orchestres et dirigeables ?  Peut-être que vous choisiriez d’être sponsor de vedettes du spectacle ou du sport pour véhiculer votre message.  Ou encore, vous pourriez passer des annonces durant les émissions de télévision et de radio les plus populaires.

D’une façon ou d’une autre, votre objectif serait certainement de faire en sorte à obtenir la plus grande visibilité pour vous même, pour votre entreprise et pour votre message.  Il y a un vieux dicton qui dit : « si tu as quelque chose de spécial, ne le cache pas ! »

Voilà pourquoi l’histoire de Noël est si étonnante.  Elle est aux antipodes des principes sur lesquels nous nous basons d’habitude en matière d’efficacité marketing.  C’est l’histoire d’un bébé – Jésus, le Fils de Dieu, qui avait été annoncé – qui est né à une époque, à un endroit et au milieu d’un peuple qui garantissaient pratiquement l’anonymat de sa naissance.  Pensez-y un instant :

•    Une période bizarre
. Dans l’ancien Israël d’il y a 200 ans, il n’y avait ni internet, ni télévision cablée, ni radio, ni journaux.  Il n’y eut aucun bulletin spécial relatif à cet événement.  En fait, certains chercheurs disent que les rois mages qui vinrent rendre visite au Christ nouveau-né arrivèrent peut-être deux ans après sa naissance.

•    Un endroit bizarre. Jésus ne naquit même pas dans une ville importante. Il vint au monde dans le petit village retiré de Bethléhem, un endroit qui est loin d’être un carrefour du commerce et de la culture.

•    Un groupe de témoins bizarre.  Ceux qui pouvaient attester de la naissance de Jésus formaient un groupe hétéroclite : quelques adolescents ; des animaux dans une étable ; et quelques bergers – des hommes de classe sociale inférieure qui se sentaient probablement beaucoup plus à l’aise en compagnie de moutons qu’avec des gens.

Dieu aurait pu attendre qu’on puisse passer cette information sur CNN, sur tous les réseaux TV importants, sur d’innombrables sites web, ainsi que dans tous les journaux et magazines populaires.  Quant à l’endroit, Il aurait pu choisir New York, Hong Kong, Paris ou quelqu’autre énorme cité cosmopolite où les centres de communication auraient pu instantanément répandre l’information dans le monde entier.  Et bien sûr qu’on aurait pu avoir de meilleurs témoins que ces espèces de gardiens d’animaux illétrés.

Mais, comme le dit Dieu dans la Bible : « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies » (Esaïe 55 ; 8) et « Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes » (1 Corinthiens 1 ; 25)

Dieu n’a pas choisi une stratégie de communication de masse parce que Son message se propage mieux sur une base individuelle, d’une personne à une autre.  Ce qu’il a à offrir, ce n’est pas une nouvelle philosophie ou une idéologie, c’est une vie radicalement différente.  Les disciples de Jésus célèbrent Noël en mémoire de ce cadeau incomparable que Dieu a offert à tous ceux qui croient « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3 ; 16)

Ce sont des millions de personnes qui prennent Jésus comme modèle, comme guide pour une vie épanouie.  Il est cela, bien sûr, mais Il est beaucoup plus que ça.  Par Sa mort, Son enterrement et Sa résurrection, Jésus nous a aussi donné les moyens de vivre la vie que Dieu avait prévu pour nous au tout début : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi. » (Galates 2 ; 20)

A l’occasion de ce premier Noël, Dieu nous fit un don – et Il continue de nous faire don jusqu’à ce jour.  La vraie question est celle-ci : Est-ce que vous avez reçu ce cadeau qu’Il offre, le cadeau du pardon de vos péchés et d’une vie nouvelle – en Christ – afin que vous puissiez faire l’expérience de la vie telle que Lui l’a voulue pour vous ? Jean 1 ; 12 fait cette promesse : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu »





© MANNE DU LUNDI est un article hebdomadaire de CBMC INTERNATIONAL, un ministère évangélique à but non lucratif qui a pour objet de servir les gens d’affaires et les professionnels qui veulent suivre Jésus, de présenter Jésus-Christ en tant que Seigneur et Sauveur auprès des autres gens d’affaires et professionnels.

1 commentaire
  • mich86 Il y a 10 années, 5 mois

    "la vraie question est de savoir si on a reçu le pardon de nos péchés et une vie nouvelle"...merci d'avoir rappelé si précisément et sobrement la raison de l'intervention divine pour notre humanité toute entière! Que les vagues divines d'amour de compassion... envahissent nos coeurs afin de transmettre tout à nouveau le plus extraordinaire message jamais émis, la bonne nouvelle qu'il nous a confiée,et qui a bouleversée nos vies!