La joie

La joie

Cher Pasteur,

L'apôtre Paul nous dit :

"Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous." (Phil 4.4)

Voici une exhortation qui s'adresse, selon toute évidence, à ceux qui ont la vie belle, ceux à qui tout sourit, qui n'ont pas de fins de mois difficiles, dont la santé est florissante ; On peut y inclure tous les favorisés de la vie, les stars de cinéma aux cachets énormes, les top-models à la beauté fracassante, les footballeurs transférés à coup de millions, bref, tous les gens comme vous et moi !

Vous et moi ? C'est selon ! D'ailleurs, je ne suis pas si convaincu que tous les gens que je viens d'énumérer se réjouissent vraiment. Que la vie leur offre certains plaisirs, je le concède volontiers. Sinon, à quoi servirait-il d'être "né sous une bonne étoile" ? D'ailleurs, quand j'y pense, nous sommes tous nés sous une bonne étoile, le soleil (oui, c'est une étoile !), sans lequel la vie n'existerait pas sur notre planète bleue !

Mais "se réjouir", c'est exprimer sa joie. Or la joie, c'est autre chose que le plaisir. Le plaisir est étroitement lié aux circonstances. Sauf pour les masochistes, la souffrance ne procure pas de plaisir. Il faut chercher longtemps le plaisir dans les problèmes, les difficultés, les crève-cœurs de l'existence, car il ne s'y trouve point.

Parlant de l'amour de Dieu et de celui qu'il a pour les siens, Jésus affirme :

"Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite." (Jn 15.11)

Jésus est venu nous donner la vraie joie, celle que l'on peut connaître lorsque toute cause de plaisir a disparu. "Je suis comblé de joie au milieu de toutes nos tribulations." (2Co 7.4), dira l'apôtre Paul. Parlant des églises de Macédoine, le même apôtre écrit :

"Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part." (2Co 8.2)

Plaisir et joie sont des sentiments fort différents. Le plaisir se ressent uniquement "à cause de". La joie y ajoute la dimension "en dépit de". La vraie joie est d'essence divine, elle fait partie du fruit de l'Esprit : "Le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance " (Gal 5.22-23).

Elle se ressent même au sein de dures épreuves :

"Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. " (1Pi 4.12-13).

La joie du Saint-Esprit n'est pas une acceptation passive des circonstances, une sorte de stoïcisme. C'est un sentiment éclairé sur ce qui est en train de se passer et sur ses conséquences :

"C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu ), ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. " (1Pi 1.6-9)

Oui, nous pouvons vraiment chanter "Y a d'la joie !"

(Rediffusion TL – La joie - 811)

1 commentaire
  • bible Il y a 2 semaines, 1 jour

    je suis dans la joie,une joie vraiment immense car jésus m'a libérer.....je chanterai de tout cœur les merveilles de mon jésus mon roi et cela devant les autorités des ténébres