La prière collective (2)

La prière collective (2)

Lecture Act 1.13-14; 2.1-4.

1) EFFICACITE DE LA PRIERE COLLECTIVE.

a) La Pentecôte.

- Avant de remonter au ciel, Jésus a fait une promesse à Ses disciples : l'effusion de l'Esprit en vue d'un témoignage probant pour le salut du plus grand nombre. Act 1 : 5-8. Ils se sont donc rassemblés et ont prié avec foi dans l'attente de la bénédiction divine. Ils se sont réunis dans un lieu où ils avaient l'habitude de se retrouver (verset 13) Il est dangereux de tomber dans le piège de la routine mécanique dans le domaine spirituel (prières automatiques, présence à l'assemblée parce que c'est le programme, ministère exercé par devoir et sans ferveur…) Cependant, il est précieux d'inscrire dans son mode de fonctionnement de bonnes et utiles habitudes (prières personnelles et avec les frères et sœurs, lecture et méditation de la Parole, service accompli avec joie…) Tout ce que nous sommes ou faisons avec Dieu a besoin d'être renouvelé par le Saint-Esprit afin de favoriser l'expression de la joie, de l'amour, du zèle, de l'épanouissement.

- Ces disciples se réunissaient régulièrement dans la chambre haute d'une maison. Que chaque membre de l'église ait réellement à cœur de retrouver les frères et sœurs dans la communion fraternelle pour des temps de prières et de recherche de la face de Dieu.

- Verset 14  Ils étaient tous "d'un commun accord". Le sens du texte grec souligne les notions de passion, d'unanimité, d'être à l'unisson; c'est l'image d'un orchestre qui interprète une œuvre dans l'unité, chacun jouant sa partition en étant à l'écoute des autres et en suivant le chef. Dans d'autres passages du livre des Actes, l'auteur évoque l'unité d'esprit des disciples. Act 4 : 32; 5 : 12-13. Cette unité ne signifie pas uniformité de pensée et de tempérament, mais une même volonté, une même détermination pour le développement de l'œuvre de Dieu, une même envie de privilégier la prière, un même zèle pour servir Dieu dans la diversité et la complémentarité des ministères avec le respect des différences.

- Pierre, Jacques et Jean avaient des tempéraments entiers, forts, de leaders capables de prendre des initiatives avec vivacité, pugnacité, rapidité d'analyse. Les autres ont été visiblement plus en retrait, plus retenus, moins expansifs, moins sanguins. L'assemblage et la coordination harmonieuse de toutes ces différences sont possibles lorsque les disciples se placent ensemble dans la prière pour permettre au Saint-Esprit d'agir en eux et avec eux.

- Pendant 3 ans ½, les disciples ont vécu ensemble avec Jésus et ont connu des moments de joie, des expériences fortes. Marc 6 : 12-13; Luc 10 : 17-20. Ils ont aussi vécu des tiraillements, la compétition, des frustrations et des blessures dans leurs relations. Marc 10 : 35-41; Luc 9 : 46-48; 24 : 11. Les 10 jours de prières et de recherche spirituelle leur ont certainement permis de se rapprocher les uns des autres, de régler leurs différents, de se réconcilier, de se pardonner réciproquement. Eph 4 : 31-32; Col 3 : 13 . De plus, les femmes, la mère et les frères de Jésus étaient présents, c'est-à-dire la quasi-totalité de la famille de Jésus. Ceci conduit à la réflexion selon laquelle le Seigneur désire voir l'unité dans les familles, à commencer par les couples, puis les enfants et les relations élargies.

- Le souhait et le plan de Dieu est que tous les membres de la famille se convertissent, puis recherchent ensemble Jésus afin de marcher dans l'unité de la foi et développer une vie de prières communes. Pour y parvenir, cela demande de l'humilité, une attitude de repentance, la volonté de réconciliation et la prise en compte de l'intérêt des autres, de reconnaître ses fautes, ses erreurs, ses maladresses dans le but de se faire grâce réciproquement.

- Ils ont tous été convaincus de la nécessité de se réunir tous ensemble afin de voir se réaliser les promesses de Jésus dans leur vie. Puis, ils ont persévéré. Ce passage est un encouragement à rechercher de tout cœur la communion fraternelle pour développer des temps de prières avec persistance et abnégation.

b) L'emprisonnement de Pierre . Act 12 : 1-17.

- Verset 12  "Beaucoup de personnes étaient réunies et priaient". Il ne s'agit pas de quelques personnes, mais la majorité des chrétiens était présente. Il est intéressant de constater que la réunion de prières à laquelle s'est joint Pierre après sa libération a eu lieu la nuit. (Verset 5) Les disciples étaient donc fervents dans la prière et en faisaient une priorité dans leur emploi du temps. Act 2 : 42. Cette activité spirituelle faisait partie de toute évidence de leur mode de vie. Il est juste de rappeler qu'ils évoluaient dans un contexte d'intimidation et de persécution. Act 4 : 1-4; 18; 8 : 1; 12 : 1-3. Rappel de la citation de Martin Luther : "L'Eglise grandit sous la persécution, mais là où il y a le calme et la paix, les chrétiens deviennent paresseux et apathiques."

- N'attendons pas des épreuves douloureuses pour commencer à réfléchir à la possibilité d'une implication plus conséquente dans la prière collective ! Que cette motivation se développe dans tous les cœurs afin que l'assemblée croisse dans la recherche de la face de Dieu en commun.

- Les disciples étaient réunis pour intercéder en faveur de Pierre (verset 5) Lorsque des chrétiens s'assemblent pour prier pour des situations et des besoins précis, cela les aide à s'oublier eux-mêmes et à considérer les nécessités du prochain. Cette attitude permet de relativiser les difficultés personnelles et conduit à détacher les regards de soi pour les orienter vers le Seigneur et vers les autres. Quand on traverse la souffrance, la tendance naturelle pousse à s'isoler et à s'entretenir dans sa douleur. Une bonne thérapie consiste à s'attacher à la communion fraternelle et à prier pour l'œuvre de Dieu.

- De plus, ce passage révèle la puissance de la prière en commun. En effet, l'apôtre a été miraculeusement libéré de prison. Ainsi, lorsque des disciples s'assemblent pour prier avec foi et ferveur, le Seigneur répond et Il est capable de se glorifier de façon extraordinaire en manifestant des prodiges et des interventions remarquables.

c) L'église d'Antioche. Act 13 : 1-3.

- Cette assemblée a vraisemblablement inscrit dans son programme des moments de jeûnes et prières au travers desquels la communauté était réunie. Cette excellente disposition de cœur et la disponibilité des chrétiens a permis au Saint-Esprit d'intervenir et de donner des directions précises pour Paul et Barabas. Lorsque l'Eglise se regroupe autour de Jésus, Il garantit Sa merveilleuse présence.

Mat 18 : 19-20. Il répond aux prières et communique Sa volonté par le moyen des dons spirituels. L'ardeur dans la prière et la volonté de promouvoir la communion fraternelle permettent un climat spirituel favorisant l'expression de la vie de l'Esprit.

- L'Eglise est confrontée à des défis importants. De ce fait, elle a besoin de la lumière divine, d'orientations, d'indications afin de se laisser dirigée selon les voies du Seigneur. Ces éléments jaillissent quand elle est réunie pour prier.

- Chaque chrétien qui s'est mis à la disposition de Dieu pour Le servir a besoin d'une onction de l'Esprit avec un renouvellement permanent pour être efficace et performant dans l'exercice de son ministère. Eph 5 : 18.

d) Daniel est ses compagnons . Dan 2 : 1-23.

- Daniel, cet homme de Dieu au service du roi de Babylone, s'est retrouvé dans une situation délicate. Dans ce contexte inconfortable et incertain (Il pouvait perdre la vie d'après les paroles du souverain si ce-dernier ne recevait pas l'explication de son songe), il invita ses compagnons à se réfugier avec lui dans la prière. Dan 2 : 17-18. Daniel n'a pas porté son fardeau seul, mais il l'a partagé à ses compatriotes. Le problème fut alors exposé à l'Eternel par des hommes unis et soudés.

- Il est précieux dans le cadre de la communion fraternelle de bénéficier d'appuis humains qui acceptent de prendre à cœur les situations périlleuses et qui s'engagent à manifester un puissant soutien dans la prière. La confiance et l'amour permettent de partager des fardeaux. Cette attitude est libératrice et soulage celui qui croule sous l'accablement et le poids d'un contexte pesant. Gal 6 : 2.

2) DES ELEMENTS PRATIQUES.

La plupart des croyants sont convaincus de la nécessité et des bienfaits de la prière individuelle et collective. Cependant, la conviction n'empêche pas toujours les obstacles et les difficultés de mise en application. Il convient donc de considérer les éléments suivant :

- La prière avec les frères et sœurs demande de la volonté et de la détermination. Le Seigneur n'a jamais promis la facilité et l'absence d'efforts dans la vie chrétienne. Notre condition humaine est soumise à de multiples contraintes qu'il s'agit de gérer avec la grâce de Dieu. La discipline fait partie intégrante des nécessités de la relation avec le Père et l'Eglise. Ainsi, pour enclencher et développer une implication efficace dans la prière avec l'assemblée, il convient de ne pas écouter son absence d'envie et parfois il est nécessaire de se forcer. Le résultat est l'approbation et la bénédiction divines qui se traduisent généralement par une paix et un bien-être intérieurs.

- La discipline est appelée à s'exercer au niveau de l'organisation dans toutes les sphères de la vie (professionnelle, familiale, personnelle, temps libres) Les nombreuses activités et contraintes peuvent restreindre voir empêcher la présence pour la prière communautaire. Dans la limite des possibilités de chacun, il convient d'affiner son organisation afin de placer les moments de prières avec l'assemblée au niveau des priorités personnelles.

- La part individuelle est indispensable. Cependant, il est essentiel de considérer l'action efficace du Seigneur dans les cœurs. Ainsi, Dieu renouvelle les forces physiques, morales et spirituelles de Ses enfants. Par Son Esprit, Il intervient dans l'être intérieur de la personne bien disposée afin de créer la soif, l'envie et le besoin de la prière collective. Lorsque le désir et l'engouement diminuent ou s'évaporent, Il est capable de susciter un élan nouveau et d'accorder un regain de motivation.

- Il est important pour plusieurs d'être débarrassés de la culpabilité. Quand les difficultés sont réelles pour prier à haute voix au milieu de la communion fraternelle, quand la ferveur n'est pas au rendez-vous, quand l'envie fait défaut, la culpabilité et la condamnation apparaissent, s'installent et paralysent le croyant. Lorsque le désir de plaire à Dieu est manifesté et la volonté de suivre Ses pas évidente, il est alors impérieux de se réfugier avec foi dans la Parole qui libère et affranchit totalement. Jean 8 : 36; Rom 8 : 1.

1 commentaire